☰ Menu eFinancialCareers

Retail Banking : les métiers phare sous pression salariale

Si la BFI se montre prudente en matière de recrutement, il n’en est rien de la banque commerciale.

La banque de détail continue de constituer le gros des embauches des principaux établissements bancaires. À titre d’exemple, BNP Paribas a embauché en France plus de 5 300 collaborateurs en 2007, la majorité concernant le Retail Banking et les services financiers spécialisés contre 10 % pour la BFI. Nous tablons sur les mêmes volumes pour 2008 , nous a confié la banque.

Robert Half Banque & Assurance, qui a récemment publié une étude sur la banque commerciale, distingue trois métiers phare en 2008. Les rémunérations de ces profils, recherchés par tous les acteurs de la place, ont bénéficié de la chasse aux compétences et d’un marché tendu.

1. Le gestionnaire de patrimoine, chargé de gérer et de développer une clientèle haut de gamme en apportant des solutions patrimoniales (juridiques, fiscales, financières…). Ce métier s’est beaucoup développé, notamment sur l’année 2007, avec une demande croissante de la part des cabinets de gestion de patrimoine , note Caroline Le Canu, responsable du département Banque commerciale de Robert Half Banque & Assurance. Parmi eux, on peut citer Meeschaert, UBS, Oddo. En banque de détail, le professionnel peut escompter un salaire fixe de 30 à 40 k€ s’il possède 1 à 3 ans d’expérience ; de 40 à 55 k€ s’il possède 3 à 5 ans d’expérience. Quant à la partie variable, elle se situe dans 50 % des cas entre 0 et 5 k€, elle peut aller jusqu’à 10 k€ dans un établissement bancaire classique. À noter que les cabinets accordent des niveaux de rémunération beaucoup plus élevés, notamment des variables situés entre 20 et 30 k€ en moyenne, voire largement au-delà.

2. Le chargé de clientèle entreprises a pour mission de gérer et de développer une clientèle de PME-PMI par la vente de produits et de services. C’est la fonction qui a connu la plus grande progression salariale. En 4 ans, le fixe d’un professionnel expérimenté aurait pris environ 8-10 k€. Il peut aussi désormais compter sur un variable, ce qui n’était pas le cas il y a à peine 10 ans ! Ce professionnel, doté de 1 à 3 ans d’expérience, perçoit aujourd’hui une rémunération fixe située entre 30 et 40 k€, à laquelle il faut ajouter jusqu’à 5 k€ maximum de variable. S’il possède 3 à 5 ans d’expérience, son salaire fixe s’échelonne entre 40 et 55 k€ et son variable peut atteindre jusqu’à 10 k€ maximum.

3. Le chargé d’affaires professionnels développe, conseille et gère une clientèle de professionnels (commerçants, artisans, micro-PME, professions libérales…). Selon Caroline Le Canu, ce métier incontournable (environ 30 % des embauches du secteur) connaît une tension continue depuis 5 ans, notamment parce que le turn-over est important . Sa rémunération ? Un salaire fixe de 26 à 32 k€, bonifié d’un variable maximum de 3 k€ s’il possède 1 à 3 ans d’expérience ; un salaire fixe de 32 à 38 k€ avec un variable de 5 k€ maximum s’il possède 3 à 5 ans d’expérience.

Des variables appelés à disparaître ?

Enfin – et cette information est encore à considérer avec précaution – il semblerait que dans le cadre de l’application de la MIF (directive européenne Marchés d’instruments financiers), certaines banques aient décidé de remettre à plat leur système de rémunération variable. Celle-ci, liée à la vente de produits financiers, pouvant en effet aller à l’encontre des intérêts premiers du client. Pour couper court au problème, certains établissements seraient en train de négocier la réintégration des primes variables (moyenne lissée sur les 3 dernières années) dans la rémunération fixe , nous a indiqué Caroline Le Canu.

commentaires (1)

Comments
  1. 6 ans de droit , deux master II et DESS, spécialisée en gestion de patrimoine, j’éprouve pourtant des difficultés à intégrer le marché du rétail banking. Cela fait 2 ans que je cherche à intéger des banques et mis à part des postes de chargé de clientèle à 30K€ à peine, on me refuse souvent leur porte.
    Je peux constater que cette année va effectivement être meilleur pour des profils comme le mien puisque j’intéresse enfin des banques qui veulent et me recoivent en entretien. Quoiqu’il en soit, j’ai pu me rendre compte que les banques et cabinet de recrutement recherchent toujours ” le mouton à 5 pattes” qui aurait 2 ans minimum d’expériences en banque de réseaux avec les mêmes diplomes que moi. Sauf que ces deniers oublient que jamais dans les 3 dernières années ils m’ont offert un poste de conseiller équivalent. Il a fallu que je sois patiente et n’accepte pas de dévaloriser mon CV.
    Au final, avec les nouvelles règlementations ils vont bien devoir considèrer que les bac + 5 et plus sont plus scrupuleux dans la gestion de leur portefeuille client

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici