☰ Menu eFinancialCareers

Conseil : le secteur public en redemande !

Signe des temps, les ministres seront bientôt notés. Et ceci n’est que la partie visible de l’iceberg. Les départements secteur public des cabinets se renforcent.

Il n’y a jamais eu tant de grands chantiers publics : révision générale des politiques publiques (RGPP), projets CHORUS (réorganisation comptable de l’État) et ONP (uniformisation de l’opérateur national de paye)… En outre, les prochaines élections municipales, si elles voient un basculement de majorité, pourraient entraîner rapidement une charge importante de travail pour les cabinets , prévient Françoise Larpin, associée, directrice nationale de la branche secteur public de KPMG.

Dans un tel contexte, tous les grands cabinets, généralement dotés de départements dédiés comprenant entre 50 et 100 personnes, recrutent. Pour 2008, Ernst & Young prévoit d’ajouter à son équipe secteur public 10 à 20 collaborateurs ; Deloitte, une vingtaine ; KPMG, une quinzaine et PricewaterhouseCoopers, une trentaine.

Les profils seniors convoités

L’éventail des compétences recherchées est large : finance pure (fiscalité, comptabilité), évaluation et pilotage des politiques publiques, systèmes d’information (SI), analyse des risques, processus métiers (fonction achats, RH…), etc. Les profils experts expérimentés peuvent constituer jusqu’à 50 % des nouvelles recrues. Ces derniers, en particulier les profils SI et RH (ressources humaines), constituent les cibles d’embauche prioritaires avec des salaires sous tension.

Apparu en France avec la loi de décentralisation au début des années 1980, le business s’est fortement développé au début des années 2000 grâce notamment à la Loi organique relative aux lois de finance (LOLF). Chez PricewaterhouseCoopers, on est ainsi passé de 3 personnes en 2001 à une centaine aujourd’hui. En 2006, les services publics constituaient 10 % de l’activité des sociétés de conseil en management (un marché de 490 millions d’euros), soit le 4e secteur client du conseil, derrière la banque, l’industrie et le secteur Energie Utilities, selon les chiffres du Syntec.

Rattrapage

Pour Gilles Pedini, associé, responsable du consulting secteur public chez Deloitte, l’actuel dynamisme du secteur ne représente pas un pic d’activité mais plutôt un rattrapage sur les Anglo-Saxons : Le secteur public est et restera demandeur en raison d’impératifs croissants de performance et de transparence. Même son de cloche chez PwC qui fait de cette branche d’activité un axe prioritaire de son développement . L’objectif est de doubler dans les 5 prochaines années sa part dans le chiffre d’affaires de la firme, aujourd’hui à 10 % , nous a précisé Jean-Louis Rouvet, associé responsable secteur public de PricewaterhouseCoopers.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici