☰ Menu eFinancialCareers

Les introductions en Bourse à la merci des marchés

La crise financière a entraîné une baisse des introductions en Bourse. Mais les professionnels du secteur, rompus aux soubresauts des marchés, restent confiants.

Après avoir connu des niveaux records en 2006, le mouvement des introductions en Bourse (IPO) suit la baisse des marchés au lendemain de la crise des subprimes. Si, au mois de juin, le marché parisien a connu près de 20 IPO, en septembre à peine cinq 5 sociétés ont osé faire leur entrée sur le marché en actions. Le mois d’octobre a été toutefois plus actif avec près d’une douzaine d’IPO sur Euronext. Selon les données de Thomson Financial, 16 entrées à la cote qui étaient prévues en Europe ont été reportées ou annulées au cours de ce trimestre. Autant d’opérations qui se réaliseront en 2008, se disent les professionnels du secteur.

L’expérience des seniors pour rassurer

Les dirigeants d’entreprise ont compris que les marchés connaissaient une ou deux “crises” par an en raison d’un afflux de liquidité et qu’il fallait faire avec , explique Louis-Victor d’Herbès, président d’Industrie, Bourse, International (IBI), une société de conseil indépendant pour l’introduction en Bourse des entreprises.

Les sociétés du secteur composent avec cette contrainte : gérer les crises après les années fastes, à l’image de l’euphorie des années dot.com qui s’est achevée en 2001. Elles s’appuient, pour cela, sur l’expérience éprouvée de commerciaux seniors – le plus souvent d’anciens analystes financiers – pour rassurer les chefs d’entreprise qui envisagent une introduction en Bourse.

Une précision d’horloger

La réussite des sociétés de Bourse repose sur la capacité à établir les rapports financiers les plus clairs possibles pour attirer les investisseurs. Cela demande un travail d’horloger : rigueur, précision, clarté, neutralité des mots et maîtrise des chiffres , souligne Louis-Victor d’Herbès.

Cette tâche dévoyée à des analystes financiers juniors offre un fort niveau de responsabilité. La valorisation de l’entreprise se fixe à partir de leur analyse financière qui va déterminer un prix d’équilibre , souligne la société de Bourse Gilbert Dupont. Les recrutements dans ce marché de niche sont plus ouverts aux juniors. Le secteur se prête peu à un rebond de carrière.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici