☰ Menu eFinancialCareers

Sept conseils pour maintenir un semblant de vie en dehors de la banque d’investissement

Woman praying and free bird enjoying nature on sunset background

Quand j’étais banquier, je rigolais toujours lorsque quelqu’un parlait d’équilibre travail-vie privée. Ces courriels semestriels de la part des RH faisant la promotion de cette idée n’ont rien fait pour réduire la réalité de ma semaine de travail de 90 heures. Ce n’est pas faute d’avoir prévenu poliment les banquiers seniors que « je n’allais pas rester debout toute la nuit pour tel projet ». Mais en vain puisqu’ils se contentaient de répondre « oui, mais j’ai besoin de ceci pour 8h du matin ».

Je suis le premier à admettre que dans les faits, l’échec à trouver un équilibre entre travail et vie privée était surtout de ma faute. Les portes du bureau n’étaient jamais verrouillées. Et personne ne m’avait physiquement enchaîné à mon bureau.

Considérez mon témoignage comme celui de quelqu’un qui en a bavé dans le passé. Si vous voulez que votre carrière en finance soit un succès à long-terme, vous devez faire de votre équilibre travail-vie privée une priorité absolue. Voici comment :

1. Pensez à l’équilibre vie privée-travail plutôt que travail-vie privée

Même si cela n’est pas évident lorsque vous débutez, votre carrière n’est qu’une étape dans une vie qui, espérons-le, sera ponctuée d’autres jalons significatifs. Vous devriez réfléchir à la façon dont votre carrière s’inscrit dans votre vie, pas comment votre vie s’intègre dans votre carrière. Vous n’êtes pas né au bureau, et (j’espère) que vous n’y mourrez pas ! Avant de faire quoi que ce soit d’autre, vous devez commencer par reconsidérer cette équation.

2. Admettez que vous ne pouvez pas tout avoir … en tout cas pas en même temps

Les exigences de la banque d’investissement sont intenses. En réalité, une journée de 24 heures est très courte. Après 16 heures au bureau, vous avez à peine assez de temps pour dormir, prendre une douche et vous rendre au moins semi-présentable pour la journée à venir. Il est irréaliste de croire que vous pouvez être le meilleur banquier en même temps que le conjoint le plus attentif, un parent modèle ou quelqu’un de très actif dans la vie associative. C’est un noble objectif, mais qui est perdu d’avance.

Si dans l’immédiat ce que vous désirez le plus est de devenir un banquier rock star, alors allez-y, foncez ! Mais prenez le temps de réfléchir et acceptez les compromis nécessaires avec les autres pans de votre vie. Si vous commencez à vouloir tout, alors vous n’aurez rien, si ce n’est du ressentiment lorsque vous annulerez des plans week-end avec des amis ou que vous serez coincé au bureau le jour de votre anniversaire. Les déceptions imprévues peuvent très vite tourner au cauchemar.

3. Attention aux mauvaises ‘habitudes de succès’

Vous vous levez aux aurores pour être toujours le premier au bureau ? Et refusez de partir tant que les lumières ne sont pas littéralement éteintes ? Certains appellent ceci des ‘habitudes de succès’, mais elles peuvent aussi rapidement se transformer en ‘recettes pour le désastre’.

Le travail grignote subtilement presque tous les autres aspects de sa vie. Ne confondez pas le fait d’être un banquier diligent et attentif avec celui d’être corvéable à merci. Vous devez lutter sans cesse pour ériger des limites. N’invitez pas le travail dans votre lit en dormant avec votre téléphone. Certes, vos supérieurs peuvent apprécier le fait que vous soyez toujours disponible quitte à vous appeler à des heures indues. Mais si vous (et s’ils) se soucient vraiment de votre longévité professionnelle, vous pouvez bien patienter et profiter de ces quelques heures de sommeil ininterrompu.

4. Aidez-vous les uns les autres

Peut-être qu’aujourd’hui n’est tout simplement pas votre jour. Vous avez déjà eu deux pitchs à compléter le matin, et maintenant votre directeur veut que vous “analysiez quelques chiffres” (et par là, il veut dire construire un modèle complet de fusion). Il semble que vous n’allez pas rentrer de sitôt à la maison. Pendant ce temps, votre collègue semble avoir touché le jackpot… ou presque. La seule chose qui le retient de partir à 17h00 est d’avoir à attendre trois heures que ses documents soient revenus de l’imprimerie.

Tendez lui la main ! Si vous êtes certain d’être coincé au bureau les prochaines heures, faites-le à sa place. Proposez-lui de prendre les documents à l’imprimerie dès qu’ils seront prêts, lui donnant ainsi les clés de sa liberté. Dans bien des cas, la faveur même la plus petite peut avoir un impact réel. La misère crée la proximité, sachant qu’un jour la faveur que vous accordez vous sera retournée.

5. Ne ratez pas l’occasion de faire une pause

Entre l’envie de tout abandonner ou bien de commencer une nouvelle semaine, parfois le seul fait de s’accorder quelques minutes pour s’éloigner de votre bureau et faire une promenade autour du bloc peut faire toute la différence.

La vérité est qu’au cours d’une journée de travail apparemment interminable, chaque moment est rempli avec les exigences frénétiques du job. Les analysts et associates passent beaucoup de temps à poireauter. Une journée de travail peut passer rapidement de 12 heures à 16 heures lorsque votre travail fait l’objet d’allers-retours incessants avec les commentaires et les révisions de banquiers seniors.

Sauf que ces quatre heures perdues auraient dû être vos heures ! Profitez de ces moments ! Prenez un café. Allez à la gym. Récupérer le temps perdu. Une petite pause est tout ce que vous pourriez avoir besoin pour recharger les batteries et franchir la ligne d’arrivée.

6. Faire des plans … et tenez-vous-y

Volontairement, faites des plans en dehors du travail qui soient difficiles à contourner. Trop souvent, « je vais voir si je peux le faire » ne se produit jamais.

Réservez un dîner au restaurant avec des pénalités en cas d’annulation. Achetez des billets de concert plusieurs mois à l’avance. Et si le fait de perdre un peu d’argent n’est pas assez incitatif, promettez à votre grand-mère que vous viendrez la chercher à l’aéroport. Si l’idée de votre matriarche âgée vous attendant debout au bord du trottoir ne vous fait pas sortir du bureau, alors rien ne le fera !

7. Mieux encore, faire des plans avec des gens travaillant en dehors de la banque

Que font les banquiers lorsqu’ils se réunissent en dehors du bureau ? Ils parlent de la banque, histoire d’échapper au travail ! Si vous essayez de vous éloigner du travail, alors sortez vraiment du bureau. Passez du temps avec vos amis et votre famille non-banquiers. Le changement de conversation vous offrira une énorme bouffée d’air frais. Et parler d’autre chose que de finance vous aidera à garder les pieds sur terre.

Lorsque vous passez tout votre temps, business et loisirs, avec d’autres banquiers, vous vous retrouvez piégé dans une chambre d’écho. Ce que vous considériez au début comme un équilibre biaisé entre travail et vie privée semble tout à coup normal. Si jamais vous vous surprenez à dire : « J’ai seulement travaillé 80 heures cette semaine ! », alors c’est qu’il est grand temps de prendre le large…

Mark Franczyk a été banquier d’investissement pendant dix ans. Après avoir atteint le niveau de vice-président, il a décidé de quitter la finance et de suivre les cours d’une école de cuisine. Il est aujourd’hui chef-pâtissier à New York et tient un blog culinaire.


commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici