☰ Menu eFinancialCareers

Voici les jobs désormais les plus stressants en banque-finance…

Stressful banking jobs

Etant donné que les banquiers juniors se retrouvent au centre de toutes les attentions en ce qui concerne leurs horaires de travail, la hiérarchie existante des emplois les plus stressants en banque-finance en est chamboulée. Travailler comme analyst ou associate en M&A n’est pas si mal que cela dans le nouveau monde du free saturday et des pitchbooks simplifiés. Alors, quels sont les emplois bancaires les plus stressants du moment ?

1. Consultant MiFID

Les consultants MiFID sont activement recherchés. Les banques sont occupées à recruter des ‘gourous en structuration de marché’ MiFID II pour préparer à l’introduction de la nouvelle réglementation en janvier 2018, a déclaré dans le Financial News le mois dernier Marcus Newman du cabinet de chasse de têtes Sheffield Haworth

Les consultants MiFID eux-mêmes se sentent pressurisés. Avec 15 mois jusqu’à l’introduction de la réglementation, et sachant que la plupart des entreprises ont indiqué en début d’année qu’elles étaient mal préparées, la pression est bien réelle. Qui plus est, cette pression intervient à un moment où les banques sont contraintes de faire plus avec moins.

« Ceci est un énorme projet et il y a tellement de facettes différentes que les banques ont besoin de faire d’énormes investissements », rappelle un expert MiFID II s’exprimant sous couvert d’anonymat. Avec des coûts devant être réduits et des effectifs limités, il précise que les spécialistes MiFID II sont pressurisés et qu’il est difficile de faire avancer les choses. L’avantage est qu’à l’appoche de la date limite, les banques commencent à paniquer et à augmenter les salaires, certaines rumeurs de marché faisant état d’augmentation de salaires passant de 600 à 1.200 euros par jour.

2. Tous les métiers de la vente

Quelque soit le secteur de la finance où vous travaillez aujourd’hui, il est peu probable que vous rêviez de travailler dans la vente. Il faut dire que les métiers commerciaux dans les banques d’investissement ont changé. Tandis que les banques réduisent les risques et réallouent les ressources vers une poignée de clients clés, tout en servant les autres par voie électronique, les vendeurs perdent en autonomie. Désormais, les emplois de vente reposent tous sur l’impact des systèmes de customer relationship management (CRM) et des calculs de l’impact des actifs à risques pondérés (RWA) sur certaines opérations. Les vendeurs expérimentés ont des difficultés à s’adapter à la nouvelle donne.

« Le leitmotiv du service client a un peu disparu en ce moment, ce qui est très frustrant », explique un vendeur senior. Pour couronner le tout, il précise que son équipe se retrouve subordonnée à des traders qui pensent mener la danse. « Ce qui est drôle, étant donné qu’ils ne peuvent pas prendre de risques comme ils en avaient l’habitude du fait que les ordinateurs contrôlent toutes les décisions en matière de risques », poursuit-il. Fondamentalement, les vendeurs sont un peu amers.

3. Model validation

La validation de modèles est aussi une activité qui a le vent en poupe. Tous les acteurs qui comptent dans l’industrie financière recrutrent des validateurs de modèles, que ce soit à Londres ou en Pologne. Et comme les consultants MiFID, les model validators sont vent debout contre le Comité de Bâle qui a promis de finaliser à la fin de l’année les restrictions sur les modèles utilisés pour mesurer les actifs pondérés en fonction des risques de crédit. Les banques repoussent les recommandations, tout en essayant de mettre leurs maisons en ordre.

Les validateurs de modèles ont besoin d’agir vite et d’être précis. L’an dernier, Bank of America a été contrainte de dépenser 100 M$ pour soumettre de nouveau son stress test après que la Réserve fédérale ait manifesté sa préoccupation au sujet du niveau de détail des modèles de risque que la banque utilisait.

4. Sous-traitrance techno

Les sous-traitants technologiques figurent parmi les employés les plus mal-aimés des banques et les plus surchargés de travail. Dans le cadre de la Stratégie 2020, John Cryan a réduit les dépenses de Deutsche Bank en matière de sous-traitants technologiques, en reconvertissant une partie du personnel à temps plein. HSBC, Citigroup, Barclays, Credit Suisse et Morgan Stanley ont toutes réduit cette année d’au moins 5% le nombre de missions de sous-traitance, un sous-traitant de chez Barclays expliquant même qu’il avait vu son salaire divisé par 8.

Les réductions des missions de sous-traitants intervient à l’heure où la plupart des banques cherchent à mettre à jour et standardiser leurs systèmes informatiques. En acceptant de réduire les missions et de signer des contrats de moins de trois mois (avec la menace de nouvelles réductions à venir), les sous-traitants ont l’impression d’être surmenés et, en conséquence, mal-aimés. Beaucoup pensent à quitter l’industrie financière.

5. Banque d’investissement

Enfin, ce n’est pas parce que les pitchbooks sont devenus plus courts et que les banquiers juniors peuvent désormais poser congès le samedi, que la banque d’investissement est soudainement devenue un lieu de travail dénué de stress.

Des chiffres de Dealogic révèlent que des opérations M&A ont été annulées et que les introductions en bourse (IPOs) sont sensiblement en baisse au troisième trimestre dans la zone EMEA. A cela vient s’ajouter le possible changement de paradigme lié à l’éventuelle victoire de Trump dans la course à la Maison Blanche, ainsi que la pression des banques en Europe d’avoir à compenser une baisse annuelle de 20% de leurs commissions de banque d’investissement en Amérique.

Un associate M&A buy-side (et donc impliqué dans une équipe représentant un acheteur) considère que son job fait partie des plus stressants : « Vous ne savez jamais si l’opération se fera avec le plus offrant, si bien que tous vos efforts peuvent très bien ne servir à rien ».


commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici