☰ Menu eFinancialCareers

Chez CA CIB, les financements structurés ont toujours le vent en poupe

Aéronautique et rail, au cœur des financements structurés

Aéronautique et rail, au cœur des financements structurés

Après BNP Paribas, Société Générale et Natixis, Credit Agricole est venu ce matin clore le bal de la publication des résultats du premier trimestre 2016 des grandes banques d’investissement françaises, avec en toile de fond le scandale des Panama Papers qui refait surface.

Le groupe Crédit Agricole a été mis en cause mercredi par le quotidien Le Monde selon lequel il aurait administré auprès du cabinet panaméen Mossack Fonseca près de 1.130 sociétés offshore depuis les années 1990, pour le compte de ses clients, via Crédit Agricole Suisse ainsi que ses filiales monégasque et luxembourgeoise.

« Cette activité a été progressivement arrêtée et a cessé de manière définitive en 2015», a riposté la banque verte dans un communiqué. Malgré tout, son président, tout comme ceux de BNP et SocGen, ont été sommés par Bercy de donner des “explications” sur leurs activités dans les paradis fiscaux.

Une activité génératrice de commissions

Sur les trois premiers mois de l’année, le groupe Credit Agricole a annoncé un bénéfice net trimestriel (hors éléments exceptionnels) en baisse de 9,3% par rapport au premier trimestre 2015, en raison notamment de l’impact d’un contexte de marchés difficile sur les revenus de la BFI. Ainsi, le pôle Grandes clientèles, qui regroupe notamment les activités de marchés, a vu son résultat net publié tomber d’un peu plus de 50% à 163 millions d’euros, du fait, selon la banque, « de mauvaises conditions de marché les deux premiers mois de l’année ».

Ce qui n’empêche pas certains métiers de bien performer. En banque de marché et d’investissement, la banque enregistre au mois de mars une hausse marquée du marché primaire obligataire sur les corporates. Les revenus des activités de Fixed income sont en progrès par rapport aux trimestres précédents, mais néanmoins en retrait par rapport au premier trimestre 2015 qui bénéficiait de conditions de marché particulièrement favorables (Quantitative Easing et volatilité).

Revenus du pôle Grandes Clientèles (m€)

CACIB
Source : Credit Agricole

Néanmoins, ce sont dans les financements structurés, l’une des divisions les plus performantes de CA CIB, génératrice de volumes et de commissions, que la performance est la plus visible d’une année sur l’autre, grâce au maintien des positions concurrentielles de la banque dans les activités de financement d’infrastructures, de transports aériens et ferroviaires, avec une hausse des revenus de +4% pour l’ensemble des financements structurés entre le premier trimestre 2015 et le premier trimestre 2016.

Une bonne nouvelle donc pour les spécialistes du financement d’infrastructures où « les recrutements et les mouvements sont courants et aisés surtout pour ceux d’entre eux qui peuvent avoir un impact relationnel et commercial à la fois pour originer le deal et négocier pendant la transaction (VP senior à directeur) », rappelle Jérôme Hacquard, associé gérant du cabinet de chasse de têtes Singer & Hamilton & Associés.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici