☰ Menu eFinancialCareers

Les salaires des credit managers en sensible augmentation

Il est des professions dont on parle peu, en tout cas pas assez, sur ce site. Le credit manager en fait partie. C’est un tort. Car la crise a fait bouger les lignes de la profession, selon une étude conjointe de Robert Half et l’AFDCC (Association Française des Credit Managers).

Ses missions ont été élargies

Si ses principales missions demeurent le management, l’analyse financière et la détermination des lignes d’encours, le recouvrement et l’optimisation du BFR, la crise a aussi impacté ces missions. Ces professionnels portent désormais une attention accrue à l’analyse financière et à la gestion des risques.

Outre l’aspect technique, le relationnel compte : le credit manager dirige une équipe de 5 collaborateurs en moyenne (c’est le cas pour 62% des 184 credit managers interrogés).

Sa fonction est le plus souvent rattachée à la direction financière (59% d’entre eux). Mais de nouvelles relations hiérarchiques se développent avec la direction comptable (9%) et la direction crédit groupe (7%).

Des salaires en nette hausse

Son rôle essentiel dans le recouvrement du cash, vital en période de crise et de reprise, est reconnu par les entreprises. Ainsi le credit manager a vu sa rémunération augmenter sensiblement pendant la crise. Son salaire annuel brut s’élève à 59.500 €, soit + 7,4% par rapport à la dernière enquête de 2008.

La part de credit managers qui perçoivent plus de 61.000 € a augmenté très nettement (32% en 2008, 40% en 2010). Les rémunérations en 2010 sont aussi marquées par le développement de la part variable (41% des Credit Managers perçoivent désormais plus de 10% de leur rémunération sous forme variable).

En moyenne, voici les salaires moyens des trésoriers :

– moins de 30 ans = 43.200 €

– entre 30 et 35 ans = plus de 52.500 euros

– entre 35 et 40 ans = environ 55.100

– entre 40 et 45 ans = 58.000

– au-delà de 45 ans = 65.000

Les disparités sont cependant très forte selon le contexte. Les écarts de salaires sont supérieurs à 40% selon que le credit manager travaille dans une entreprise réalisant moins de 80 millions d’euros de chiffre d’affaires ou dans une société réalisant plus de 800 millions d’euros. Parallèlement, la différence de rémunération perceptible jusqu’à présent entre l’Ile-de-France et la province s’atténue avec un écart de salaire moyen d’environ 8%.

De plus en plus ‘une’ Credit Manager

Le pourcentage de femmes occupant la fonction de credit managers atteint son plus haut niveau depuis la création de cette enquête, il y a 10 ans. Cette féminisation s’observe de façon particulière pour les classes d’âge les plus jeunes (moins de 35 ans).

43% des Credit Managers sont des femmes ! Cette évolution est également constatée dans la plupart des fonctions financières à l’exception de celle de directeur administratif et financier , précise Fabrice Coudray, directeur chez Robert Half International France.

On assiste, dans le même temps, à un rééquilibrage progressif entre la rémunération moyenne d’une femme et celle d’un homme. Si l’écart de rémunération était de 15% en 2008 à la faveur des hommes, il n’est plus que de 7,8% en 2010.

Des professionnels heureux dans leur job

Le Credit Manager – qui a 42,8 ans en moyenne – fait preuve d’une certaine stabilité professionnelle (3 sur 4 exercent leur fonction actuelle depuis plus de 5 ans).

La pérennité est de mise pour ces professionnels : plus de 3 Credit Managers sur 4 (79%) envisagent de poursuivre dans ce domaine à un horizon de 5 ans.

La proportion de ceux qui souhaitent changer d’orientation tend à diminuer. Quant aux credit managers souhaitant changer d’activité, ceux/celles-ci penchent de façon constante pour la direction financière, le contrôle de gestion et vers une responsabilité commerciale.

Une nouveauté : à l’inverse des observations faites au cours des deux précédentes enquêtes, les missions de management de transition semblent constituer aujourd’hui une solution d’évolution pertinente (86% des credit managers se disent prêts à accepter de gérer des projets spécifiques sous cette forme contractuelle).

Concernant l’évolution de leur métier, si les credit managers de 2010 croient moins désormais au développement de leur profession au sein des PME (50% y croyaient en 2008 contre 1/3 aujourd’hui), ils/elles pensent en revanche que leurs responsabilités vont s’accroître (60% en 2010 contre 32% en 2008).

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici