☰ Menu eFinancialCareers

Le profil employeur de la Société Générale

La banque a été créée en 1864 et emploie aujourd’hui 80 000 personnes dans 500 bureaux basés dans 80 pays différents – soit une baisse de 5000 employés par rapport à l’an dernier.

Fin 2002, la banque était la neuvième plus importante capitalisation de la bourse de Paris avec 23.9 milliards d’euros.

La Société Générale est basée à Paris et possède des bureaux importants à Londres, New York, Los Angeles et Tokyo. Ses activités européennes de banque d’investissement sont réparties conjointement entre Paris et Londres.

Depuis l’échec du rachat de Paribas en 1999, (à l’époque la BNP avait contrecarré son projet de fusion amicale en raflant la mise), la Société Générale n’a pas fait une seule acquisition intéressante.

Depuis, la banque traverse une crise d’identité. Bien qu’elle soit assez puissante pour faire partie des plus grosses banques européennes, ses activités de banque d’investissement restent plus modestes comparées à celles d’autres acteurs européens majeurs comme Deutsche Bank ou UBS Warbung.

En Février 2003, la Société Générale a reconnu qu’il était peut-être dans l’intérêt des actionnaires de trouver des partenaires. Daniel Bouton, le président de la SG a déclaré que la banque était ouverte aux propositions qui pourraient créer de la valeur.

La banque d’investissement de la SG

La banque de financement et d’investissement chez SG (SG CIB), est la troisième plus importante banque de la zone euro, en termes de revenus nets. SG CIB est présente dans plus de 45 pays à travers l’Europe, l’Amérique et l’Asie, et emploie 10 300 personnes dans le monde entier, dont 6 200 hors de France.

C’est une organisation de taille moyenne avec des experts en marché de capitaux, en conseil et origination, en finance structurée, en produits dérivés et en services bancaires. Elle se concentre principalement sur cinq secteurs-clé : la technologie, la santé, les services publiques, les télécoms & médias, et les matières premières.

Début 2003, Jean-Pierre Mustier, président directeur général de la banque de financement et d’investissement a entrepris une ré-organisation stratégique de la banque d’investissement. En Juin dernier, il a annoncé que la banque allait se repositionner sur les produits dérivés, les obligations et les produits structurés.

Il a également annoncé qu’il souhaitait augmenter considérablement l’activité obligataire et des dérivés actions avec le recrutement de 100 personnes supplémentaires avant la fin de l’année. Ces activités en ont déjà recruté 50 ces derniers mois.

Cette nouvelle est l’une des rares bonnes nouvelles pour la SocGen, qui a réduit de moitié son équipes d’analystes, de vendeurs et traders actions à Londres et a fermé en 2002 cette activité en Asie à la suite du retournement du marché. La banque a également fortement diminué sa division conseil et a licencié dans son bureau parisien.

Malgré ces réductions au sein de l’activité actions, SG arrive en 8ième position pour l’émission d’actions en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique selon le classement de Dealogic en 2002, de même que pour les trois premiers trimestres 2003. En revanche, toutes activités confondues, la banque ne fait pas partie des 10 premières banques.

Pour le marché de la dette, la banque n’a pas été citée une seule fois, même dans le classement européen.

Pour les produits dérivés, SG CIB a été reconnue plusieurs fois comme un acteur majeur, classée parmi les meilleures pour son innovation et ses compétences en structuration et ses capacités de trading. Elle est aussi considérée comme un leader mondial en produits dérivés sur action mais aussi pour l’activité des taux d’intérêt, du crédit, des devises et des produits dérivés sur commodities.

SG a été élue entreprise de l’année pour l’activité dérivés action par The Banker en 2003, Risk Magazine en 2001 et 2002, et IFR en 2001.

La banque de financement de la SG est réputée pour ses compétences en finance structurée. C’est aussi un acteur reconnu en gestion d’actifs, en acquisition et en leveraged finance et en financement pour le secteur media et télécoms.

Aux Etats-Unis, la banque couvre les activités de financement, de fusion-acquisition, d’émissions primaires pour le marché actions, de vente, de trading et de recherche ; des dérivés sur action, de syndication de prêt, de leveraged finance, de financement de projet, des exportations et des commodities ; obligataires et du marché monétaire ; des dérivés et produits financiers ; d’émissions primaires pour le marché de la dette ; du marché des devises ; d’options sur devises.

L’activité américaine de la banque a connu un fort développement en 1998 avec le rachat de Cowen&Co, une banque d’investissement new-yorkaise, spécialisée dans l’industrie de la santé, des technologies et de la communication.

SG Cowen emploie 500 personnes dans 10 villes américaines et propose un large panel de services.

Malgré sa progression sur le marché américain, les deals de la SG en fusion et acquisition sont essentiellement européens avec une prépondérance en France.

En France, SG a été classée 3ème banque conseil pour des transactions françaises à la fin du troisième trimestre 2003, selon Thomson Financial. Dans le même classement, la banque se place en 15ème position des deals européens et 17ème pour des deals à l’échelle mondiale.

La gestion d’actifs et la banque privée

La SGAM est la division Asset management du groupe Société Générale. Avec plus de 211 milliards d’euros sous gestion en juin 2003, la SGAM est présente dans 21 pays avec des bureaux aux Etats-Unis, en Europe Continentale, au Royaume-Uni et en Asie. SG Asset Management est le troisième plus important fond de la zone euro.

La filiale anglaise SGAM UK a été fondée en 1997. Fin juillet 2003 Nicola Horlick, co-fondatrice, a quitté son poste de présidente directrice général pour devenir conseiller de Philippe Collas, responsable des activités de la SGAM à Paris.

La SGAM avait soutenu Nicola Horlick, ainsi que Keith Percy et John Richards lors de la création de SGAM en Angleterre, après le départ de Nicola Horlick de Deutsche Morgan Grenfell en 1997.

Malgré son niveau d’expertise, Nicola Horlick a quitté son poste de directrice générale de SGAM en laissant derrière elle des performances en demi-teintes et des deals perdus d’une valeur de 1,4 milliards d’euros.

Keith Percy, responsable de l’activité à Londres, a pris le relais en tant que président directeur général.

L’activité banque privée de la SG (SG Private Banking) a été créée en 1997 pour développer les activités déjà existantes du groupe en France et à l’international. Depuis sa création, l’activité s’est bien développée grâce à plusieurs acquisitions.

Pour atteindre une envergure européenne, SG a racheté Hambros au Royaume-Uni en 1998, la Banque de Maertelaere en Belgique en octobre 2001, et a pris une participation majoritaire dans la Compagnie Bancaire de Genève en Suisse, en 2003.

En Asie, la banque a été tout aussi active. En janvier 2001, SG a créé SG Trust Asie Ltd, basée à Singapour et entièrement détenue par le groupe SG. En 2002, SG Private Banking a racheté Chase Trust Bank au Japon, pour former SG Private Banking Japon Ltd.

En octobre 2003, SG Private Banking a géré 45 milliards d’euros pour 75 300 personnes à hauts revenus dans 22 pays, principalement en Europe et en Asie.

La banque de détail compte 2 700 agences et plus de 14,7 millions de clients en France. C’est la première banque de détail française non-mutualisée et un acteur européen majeur pour les services financiers destinés aux entreprises.

Les résultats de SG

En 2002, le groupe Société Générale a perçu des revenus nets de 1,4 milliards d’euros, soit 35% de moins que l’année précédente.

En milieu d’année 2003, les résultats de la banque se sont nettement améliorés. Au cours du deuxième trimestre de l’année, la Société Générale s’est alignée sur les résultats de ses collègues européens en affichant de bonnes performances, avec un revenu net de 695 millions d’euros, soit 85% de plus que l’année précédente.

Les revenus de sa banque de réseau ont augmenté de 4,1%, soit 1,4 milliards d’euros, et ceux de sa banque de financement et d’investissement ont atteint 1,4 milliards d’euros, soit une augmentation de 8%.

Le recrutement à la SG

L’ambiance à la SG est réputée détendue. Elle a mis en place un programme de recrutement pour les jeunes diplômés et le groupe offre plus de 650 stages par an. Les informations concernant les opportunités de carrière dans les différents secteurs peuvent être trouvées sur le site Internet de la banque : www.socgen.com

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici