☰ Menu eFinancialCareers

Parcours professionnel: rien ne sert de courir pour réussir

Alberto (Bert) Piedra est managing director et responsable du pôle institutions financières pour l’Europe, le Moyen Orient et l’Afrique de la Bank of America. Citoyen américain, il a rejoint le bureau londonien de la Bank of America en septembre 2003, après avoir travaillé pour Goldman Sachs depuis 1987. Il dit avoir fait preuve d’opportunisme et de zèle dans sa carrière.

Dans un secteur où les licenciements massifs et les fréquents changements d’employeurs sont monnaie courante, Piedra est un cas rare. Il a passé 16 ans chez Goldman Sachs avant de rejoindre Bank of America en 2003. Au cours de cette période, il a traversé deux récessions majeures et de junior associate, il est devenu responsable des plus importantes fusions acquisitions.

La carrière de banquier d’affaire de Piedra remonte à 1987 quand il a intégré le programme associate de Goldman Sachs. A 29 ans, il était le plus âgé de sa promotion, la plupart des autres avaient en moyenne 25 ans : “Avec du recul, j’aurais peut être dû commencer dans la banque d’investissement plus tôt !’

Au lieu de se diriger directement vers la banque à la sortie de l’University of Notre Dame dans l’Indiana, Piedra a opté pour des études à l’étranger. Il est allé à l’Université de Grenoble en France pour apprendre le français. “J’ai été diplômé à 21 ans, je n’étais pas très sur de mes choix professionnels, j’étais intéressé par les affaires internationales, j’ai donc décidé d’étudier le français’

Avec de fortes compétences en langues, il est retourné aux Etats Unis suivre un programme MBA à Thunderbird, ‘The American Graduate School of International Management’. “Je me suis rendu compte que les gens qui voulaient vraiment prendre du gallon dans les affaires avaient généralement des MBAs explique-t-il.

Deux ans plus tard, à l’âge de 24 ans, il a intégré le programme ‘jeunes diplômés’ de la Marine Midland Bank (filiale d’HSBC). En tant que banquier corporate, il a analysé la qualité de crédit d’emprunteurs en Amérique Latine pendant un an, avant un premier tournant.

“On m’a demandé d’aller en Espagne et de devenir le representant de la banque. C’était une superbe opportunité’ se souvient-il.

En Espagne, Piedra est devenu chief representative de Marine Midland dont il a développé l’activité de correspondent banking. Mais après quatre ans, attiré par les sirènes de la banque d’affaires, Piedra a fait ses bagages et est retourné à New York.

“Marine Midland était en train de créer de toute pièce une nouvelle banque d’affaires. J’ai levé la main et j’ai demandé à faire partie de l’aventure.

Piedra a rejoint cette nouvelle structure en tant que sales, et a participé à la création des activités de swaps et de dérivés de taux de la Marine Midland. Un an après, sa rencontre avec John Thorton, qui était alors le patron des fusions acquisitions de Goldman Sachs en Europe, a été le deuxième tournant de sa carrière.

“Thornton m’a proposé de le rejoindre le département fusions acquisitions de Goldman Sachs en tant qu’ associate pour l’aider à développer l’activité en Espagne. J’ai sauté sur l’occasion.”

Piedra ne connaissait rien aux fusions acquisitions quand il a rejoint Goldman. “Ma première année chez Goldman, je n’ai jamais quitté le bureau avant minuit. Je faisais tout : des pitch books, des analyses, des modélisations de fusions – c’était très dense !” Après avoir travaillé au développement du corporate finance en Espagne, il a été invité à retourner à New York pour démarrer l’activité de fusions en Amérique Latine.

En 1999 il est revenu à Londres en tant que généraliste sur d’importantes transactions internationales, et notamment sur la fusion Telia/Sonera, le plus gros deal dans le secteur des télécoms à ce jour.

Quand la bulle technologique a éclaté en 2000, il est devenu le co-responsable en Europe des institutions financières chez Goldman. Il est resté dans le pôle institutions financières de Goldman jusqu’en 2003. Juste après il est parti créer une activité équivalente à la Bank of America, un acteur relativement récent sur le marché de banque d’investissement en Europe.

Piedra said, “Nous construisons une banque d’investissement en Europe de la même façon que Bank of America l’a construite aux Etats Unis. En nous appuyant sur notre activité américaine, nous cherchons à développer ici nos activités de banque d’investissement.’

Il faut être opportuniste et savoir s’adapter pour réussir une carrière en banque : ” une capacité à travailler dur, une forte motivation, de l’intelligence, de la perspicacité, de l’expérience, un bon relationnel sont les qualities essentielles pour progresser.”

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici