☰ Menu eFinancialCareers

Les banquiers auraient tort de refuser un job dans un Big Four

Pour les professionnels de la banque d’investissement, les Big Four sont généralement considérés comme un autre monde qui n’est pas particulièrement attractif, notamment en terme de salaires. Cependant, contrairement à la banque d’investissement, les grands cabinets d’audit et de conseil ont continué de recruter à tour de bras, et ce en dépit de la crise.

Certes, en début d’année, les prévisions d’embauche ont été revues à la baisse. Nous préférons rester prudents sur nos prévisions tout en nous laissant la possibilité d’augmenter le niveau d’embauche si l’amélioration du marché se confirme , indiquait alors Antoine de Riedmatten, associé chez Deloitte (Le Figaro.fr) qui prévoyait de recruter 750 personnes en 2010, devant Ernst & Young et PricewaterhouseCoopers (500 personnes chacun) et KPMG (480 personnes), ces chiffres ne prenant pas en compte les stagiaires ni les fonctions supports.

Depuis, les prévisions se sont affinées. Ainsi, PWC, prévoit de recruter 760 nouveaux collaborateurs (dont 450 jeunes diplômés et 310 expérimentés) sur l’exercice 2010-2011. Qui plus est, la tendance est mondiale et pérenne, puisque de son côté, Deloitte a prévu de recruter 55.000 personnes dans le monde au cours des trois prochaines années (Reuters).

Deloitte France veut porter son chiffre d’affaires à 1,2 milliard d’euros sur l’exercice 2014-2015, soit un bond de 50 % dont 40 % proviendront de la croissance organique, y compris l’arrivée de nouvelles équipes, et 10 % d’acquisitions dans tous nos métiers , dévoile Alain Pons, nouveau président de la direction générale du cabinet (Agefi).

Dans de telles circonstances, peut-être que travailler pour un Big Four n’est pas une si mauvaise idée. Mais pour l’heure, force est de constater que les banquiers ne se pressent pas au portillon des géants du conseil. Il existe en effet encore certaines barrières psychologiques. Un responsable du contrôle de gestion d’une grande banque n’a pas forcément toujours le réflexe de postuler à un poste de consulting en restructuring , admet Thierry Carlier-Lacour, directeur associé au sein du cabinet de chasse Nicholas Angell, Executive Search.

Voici quelques raisons qui pourraient peut-être vous faire changer d’avis :

1. Ils vous veulent VRAIMENT

D’après le FT, tous les recrutements de consultants dans les branches conseil des Big Four sont dopés par les sociétés financières et industrielles avides de conseils sur la façon de restructurer leurs entreprises, réduire les coûts ainsi que de s’adapter aux nombreuses de modifications réglementaires qui sont apparues suite à la crise financière.

Ceux qui maîtrisent ces problématiques sont âprement recherchés. C’est notamment le cas des anciens traders et financiers corporate, courtisés par les départements corporate finance, transaction services, recovery et contrôle des risques des grands cabinets conseils. Pour un mandat de contrôle des risques en salles de marché, qui de mieux placé qu’un ancien trader ? , s’interroge Thierry Carlier-Lacour. De la salle de marché au conseil, les passerelles existent donc belles et bien.

2. Vous verrez du pays…

Les emplois dans le conseil sont parfaits pour ceux qui n’aiment pas être casanier. Si vous êtes consultant, vous travaillerez du lundi au vendredi sur les sites clients, indique Rakesh Pabbi, ancien consultant chez PWC et KPMG qui dirige désormais le cabinet de recrutement Consulting Point. Beaucoup de banques traitent leurs opérations en dehors d’Europe. C’est la vie rêvée si vous aimez voyager .

3. Vous ne serez jamais assez riche pour prendre votre retraite anticipée, mais vous gagnerez plus d’argent que le commun des mortels

À moins de devenir directeur ou associé, vous ne serez pas excessivement riche. Ceci dit, vous ne serez pas excessivement pauvre non plus. Pour preuve, voici une échelle des rémunérations dans les Big Four en France réalisée par le cabinet de recrutement Hays dans son étude de rémunération Conseil, Audit & Expertise 2009-2010 :

Auditeur junior : 28 à 34 k€

Auditeur senior : 36 à 45 k€

Superviseur / Chef de mission : 42 à 65 k€

Manager / Directeur de mission : 60 à 90 k€

Futur Associé : 70 à 120 k€

Il faut généralement deux à trois ans pour passer d’un grade à l’autre. En plus des rémunérations ci-dessus, vous pourrez toucher un bonus, sachant qu’en dessous du grade de directeur, les bonus tournent généralement autour de 20 %, et que ceux des directeurs avoisinent habituellement 40-50 %, et ceux des associés 50-100 %.

Le passage de la BFI vers le conseil est loin d’avoir toujours été systématique. Il y a encore 5 ou 6 ans, c’était même plutôt interprété comme un constat d’échec en terme de carrière. Mais la crise est passée par là et les mentalités ont beaucoup évolué. Des candidats en BFI viennent nous voir spontanément pour nous exposer leur volonté de rejoindre des Big Four, explique Thierry Carlier-Lacour. Il faut dire que l’écart des rémunérations, qui était important, s’est considérablement réduit avec d’un côté, les Big Four qui ont fait un effort important sur le salaire de base et de l’autre, un certain nombre de banques qui ont drastiquement réduit leurs bonus.

4. Quand vous ne serez pas en déplacement, vous pourrez dormir sur le canapé tout en étant payé

Dans le monde du conseil, il y a un terme bien connu pour cela : être en inter-contrat. Entre deux missions de conseil, vous continuerez néanmoins d’être payé par l’entreprise pour laquelle vous travaillez. Cela dure généralement deux à trois semaines par an, mais il arrive que certains se retrouvent dans cette situation pendant plusieurs mois.

5. Vous pouvez utiliser votre expérience de consultant comme tremplin vers le front office d’une banque d’investissement

Les cabinets d’audit-conseil sont traditionnellement considérés comme offrant les meilleures opportunités. En effet, il est courant qu’un jeune auditeur ou consultant, après deux ou trois années d’expérience qui lui permettent de faire connaissance avec des entreprises clientes de son cabinet, passe avec armes et bagages chez l’une de celles-ci , peut-on lire sur le monde-emploi.blog .

Lorsque vous travaillez en tant que consultant, vous rencontrez beaucoup de banquiers seniors du front office. Il n’est pas rare qu’ils vous demandent de les rejoindre , explique Rakesh Pabbi, citant l’exemple de l’un de ses amis qui a quitté son job en middle office dans une petite banque pour devenir consultant dans un Big Four où il conseillait de nombreuses banques d’investissement, avant de quitter à nouveau cet emploi pour travailler en front office dans un hedge fund.

6. C’est une grande famille…

Quand on quitte la banque, il faut se mettre à jour : le mode de fonctionnement est très différent, avec le travail en équipe et une plus grande proximité dans les rapports hiérarchiques , explique une ex-banquière qui a rejoint un cabinet conseil.

La taille humaine du cabinet crée une ambiance saine appréciée de tous , confirme un jeune banquier qui, après avoir débuté à l’inspection générale d’un grand groupe bancaire français, a rejoint ensuite la practice banque d’un grand cabinet conseil.

Sans oublier la formation ou la mobilité sectorielle / géographique, qui ne sont pas de vains mots dans ce métier. Les compétences et aspirations de chacun sont prises en compte, faisant converger l’intérêt du client et celui du consultant, poursuit-il. Quand j’évoque le fait de travailler en cabinet auprès de mes anciens collègues ou amis, je crois que beaucoup m’envient. Je leur dis qu’ils n’ont qu’un pas à franchir !

commentaires (2)

Comments
  1. Quitte à faire du conseil, pourquoi aller dans un cabinet d’audit? Les big four sont les 4 premiers cabinets d’audit, mais en conseil. Et votre pyramide des salaires ne fait pas vraiment rêver! D’ailleurs un auditeur junior sortant d’une top3 c’est 42k.

  2. Si j’ai bien compris, on peut passer de la banque d’investissement vers un big four mais quid de l’inverse?
    Est ce par exemple possible de passer un CFA en apprentissage dans un big four et ensuite aller travailler banque d’investissement?

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici