☰ Menu eFinancialCareers

La France peut-elle attirer de nouveau les gestionnaires de hedge funds ?

Notre pays serait-il le parent pauvre des hedge funds ? Tout porte à le croire si l’on se réfère aux dernières estimations de Celent et Eurekahedge, qui indiquent que 43 % des hedge funds européens ont leur siège social au Royaume-Uni, 9 % en Suisse et seulement 5% en France. Sachant que les hedge funds créent 2 à 5 fois plus d’emplois que les fonds traditionnels, les enjeux en terme d’emplois sont bien réels. À Londres, un tiers des gérants de hedge funds sont Français , rappelle Paul-Henri de la Porte du Theil, président de l’Association française de la gestion financière (AFG).

C’est pourquoi la place de Paris tente de séduire les gérants de hedge funds, notamment ceux partis à l’étranger. Tout l’écosystème français se mobilise, se réjouit Pierre Bollon, délégué général de l’AFG (L’Agefi). L’AFG bien sûr, les avocats d’affaires, les auditeurs mais aussi l’AMF et le Trésor jouent un rôle actif dans la promotion de ce véhicule . L’idée est de favoriser l’installation en France de hedge funds, ou plutôt de sociétés de gestion innovantes , car il ne s’agit pas de froisser l’opinion publique, les politiques ou bien même certains investisseurs qui se montrent réticents à vis-à-vis de ces fonds.

Il ne faut pas oublier qu’avec la crise, les hedge funds sont devenus de faciles boucs émissaires , rappelle Georges Castel, directeur fondateur du pôle Trading à l’ESLSCA, qui animait une conférence sur les vérités et contre-vérités au sujet des hedge funds lors du dernier salon du trading à Paris.

La fin d’une époque

Favoriser l’implantation de nouveaux hedge funds n’est pas un luxe : après avoir connu des taux de croissance de l’ordre de 50 % par an en moyenne entre fin 2003 et 2007, le marché français des hedge funds s’est littéralement effondré et ne représente aujourd’hui plus que 1 % du marché des fonds français, selon EuroPerformance-Six Telekurs.

La situation n’est guère plus reluisante pour les fonds de fonds, qui eux aussi ont pâti de la crise. L’époque où les spécialistes de la multigestion alternative étaient recrutés en France à tour de bras est bel et bien terminée. C’est la fin de l’âge d’or pour les managers de fonds de fonds , reconnaît John Casey, consultant en gestion d’actifs (Financial News).

En effet, afin de réduire le montant des commissions, les investisseurs n’hésitent plus à investir directement dans les hedge funds, sans passer par des fonds de fonds, expliquent des analystes de Credit Suisse

La législation : un obstacle ?

Il faut également composer avec la législation en vigueur. Les exigences de transparence sont sans commune mesure avec ce qu’elles étaient avant la crise , constate David Lenfant, associé du hedge fund Laffitte Capital Management (Les Échos, abonnement), si bien qu’aujourd’hui, il est devenu difficile pour les petits hedge funds français (moins de 20 millions d’euros d’encours) de démarrer, les investisseurs se montrant plus méfiants avec ces petites structures.

Sans oublier que la législation pourrait devenir encore plus contraignante, comme en témoigne le projet de la directive AIFM (Alternative Investment Funds Managers) sur les gestionnaires de fonds alternatifs. Le projet de réglementation est toujours en suspens et rien n’est encore décidé, mais ce risque qui vient d’en haut pèse encore sur l’industrie , note Olivier Baumgartner-Bezelgues, consultant indépendant (Le Temps).

Pour terminer sur une note optimiste, les fermetures de hedge funds sont revenues à leur niveau d’avant-crise. Sur le deuxième trimestre 2010, 177 hedge funds se sont retirés du marché, contre 775 au pic de la crise, selon des données Hedge Fund Research (HFR), qui explique cette tendance par une plus grande clarté autour de la législation de la réforme financière . Comme quoi la régulation n’a pas que des inconvénients…

commentaires (8)

Comments
  1. quel bonheur enfin de voir la vérité découverte sur les multi gérants alternatifs : ils ne servent pas à grand chose mise à part un rôle d’interface qu’ils font payer cher en se prétendant expert en gestion alternative alors que la plupart d’entre eux ont été recruté à la sortie d’école sans aucune sorte d’expérience de gestion directe ! dehors !

  2. Travaillant dans le domaine à Londres, j’émets de très gros doutes sur les soi disant “1/3 des gérants sont français”.

    Et pour répondre à la question de l’article, la réponse est non. La France est un très étrange pays, elle n’hésite pas pour des raisons politiques à blâmer les gérants et les hedge funds, un membre du gouvernement n’hésite même pas à venir quémander de l’argent à Londres auprès de certains gérants français et maintenant on veut les faire venir à Paris.

    Paris est une place financière insignifiante dans le monde, les hedge funds n’ont pas véritablement de raison de s’y installer. Cela relève encore une fois du chauvinisme de base, celui la même qui prétendait il y a encore quelque temps que certaines activités de trading pourraient être délocalisées en France…

    Cessons de rêver, les compétences sont à Londres, les capitaux sont à Londres, la mentalité de l’innovation est beaucoup à Londres, le hub financier européen est à Londres, qui a sérieusement envie de lancer un hedge fund dans un pays qui a en horreur la finance et qui servira toujours de bouc émissaire ?

    Maintenant le soi disant “écosystème français” qui se mobilise, il me fait bien rire.

  3. Phasme
    j’adore votre franc parler et vos propos objectifs, tout à fait d’accord à 100%.
    J’ajouterai que le secteur bancaire, étant le secteur le plus réglementé de France et de surcroît de multiples institutions financières, qui va placer son argent dans des Hedge Funds?? Il y’a des tournevis à tous les niveaux…
    La culture des Hedge Funds et de la spéculation n’existe pas en France à contrario de nos voisins de l’autre côté de la Manche. Ne nous faites pas avaler des couleuvres. POINT.

  4. je suis d’accord avec vous. Juste une précision : il y a une différence entre “chauvinisme” et “politiques” et ce qui se fait réellement… C’est pour cela que les barrières françaises qui pourraient se dresser contre les hedge funds ne sont pas si nettes que ça.
    Ensuite lorsque vous dites “les hedge funds et la spéculation n’existe pas en france” c’est pas vrai, je m’explique :

    La spéculation est sur les marchés, or les marchés sont mondiaux (ne serait ce qu’européen avec Euronext). Il faut arreter avec c emot spéculation. La spéculation, c’est une nécessité pour la liquidité de smarchés je rappelle. en outre, il y a toujours des investisseurs français. Après qu’ils investissent dans des fonds anglais ou français, ça change rien, donc pourquoi pas plus de hedge funds franais.

    Enfin renseignez vous, certains des hedges funds français font partis des meilleurs au monde (si l’on regarde les performances)

    Et oui énormément de français travaillent dans les hedges funds. Tout simplement parceque ils ont une renommmée mathématique mondiale, et que bcp de hedges funds font du trading haute fréquence, or que ça soit dans les banques ou ailleurs, il y a bcp de français ds ce domaine.

  5. @mickael92600 : Micke, manifestement vous ne travaillez pas dans le domaine n’est-ce pas ?

    “en outre, il y a toujours des investisseurs français. Après qu’ils investissent dans des fonds anglais ou français, ça change rien, donc pourquoi pas plus de hedge funds franais. ” <——cette phrase n'a aucun sens, aucun

    Pour la suite de vos commentaires, ça se passe de commentaires…

  6. Relisez bien mes propos mickael:
    LA CULTURE (concernant les personnes riches qui placent leur argent dans un hedge fund ou mutual fund ou whatever..) des hedge funds et de la spéculation n’existe pas…. Cela signifie qu’en France, un riche individu Lombda investira plutôt dans l’immobilier que dans un hedge fund
    Ensuite qui dit Hedge Fund dit spéculation car ce sont des véhicules d’investissement qui sont opaques, certains résident même dans des centres financiers offshore! le manque de transparence fait qu’ils sont tentés de faire ce qu’ils veulent et donc de prendre des risques inconsidérés..donc une tendance accrue à la spéculation s’installe!

  7. Grosse News Besançenot et Melanchon sont Partner dans le fond de Paulson et Co gérant chez Bershire Hattaway

  8. Un tiers des gérants sont français? Ce n’est pas vrai, je peux presque l’affirmer après avoir travaillé 7 ans à Londres dans un HF. Mais ceci est une bonne vieille habitude française : le chant du coq. La France ne sera jamais un pays pour les HF parce qu’à la moindre anicroche économique ils seraient pendus en place publique.

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici