☰ Menu eFinancialCareers

Une journée avec Bill Miller, PDG de Valchemy

05:00 J’éteins l’alarme, je descends les escaliers tant bien que mal pour laisser le chien sortir puis je vérifie mes emails pendant 20 minutes. J’envoie quelques commentaires aux membres de l’équipe de la Côte Est après avoir revu certaines des propositions et présentations qu’ils prévoient d’envoyer dans la journée. Plus de la moitié de nos clients actuels et potentiels sont basés sur la Côte Est et nous avons donc toute une équipe là bas.

05:30 Je m’étire et sors pour un petit jogging de 3 miles dans le noir et dans le froid. Lorsque les jours deviennent plus longs et qu’il y a davantage de lumière le matin, je sors faire 15-20 miles en vélo dans les collines près de là ou je vis. C’est peut-être un cliché mais même un petit jogging peut me remonter le moral et me permettre d’attaquer la journée comme il faut.

06:00 De retour à la maison pour vérifier mes emails, je prends ma douche et je me prépare pour partir au bureau.

06:30 Je réveille mes trois enfants pour qu’ils se mettent en route pour l’école.

06:45 J’attrape une bouteille d’eau et me rends à une réunion organisée autour d’un petit déjeuner avec un ancien collègue de chez Intel qui travaille dans une société de capital risque.

07:00 La réunion commence. Nous parlons un peu de notre passé chez Intel et prenons des nouvelles de nos activités respectives. Je suggère quelques candidats possibles pour les ventes et le marketing de l’un de ses récents investissements. Il accepte de me présenter à l’une des sociétés de son portefeuille qui dispose d’une technologie intéressante que mes techniciens souhaiteraient connaître.

8:00 Une fois dans nos bureaux de San Mateo, j’écoute le message du directeur financier qui travaille sur un contrat avec un fournisseur. J’appelle ensuite un des membres de mon conseil d’administration pour le mettre à jour sur quelques candidats potentiels pour des prochains recrutements.

08:30 J’écoute mes derniers messages et je fais une liste de mes priorités de la journée. C’est ce que j’appelle ma zone de danger personnelle: si je ne m’astreins pas à prendre au moins 30 minutes chaque matin pour réfléchir à ce qui vraiment prioritaire, je finis par ne pas être aussi efficace que je le devrais. Les dirigeants ont besoin de respirer et de s’assurer qu’ils se réservent des moments pour planifier, réfléchir et acquérir le recul dont ils ont besoin pour leur organisation. Si vous participez activement à l’avancée de votre organisation, vous ne limiterez pas votre organisation et par conséquent ne limiterez pas votre activité.

09:30 Réunion avec le directeur financier pour discuter de notre business plan préliminaire pour l’année prochaine et prévoir notre réunion de la semaine suivante au cours de laquelle nous préciserons les hypothèses clés du plan avant de communiquer nos buts et engagements au conseil à la fin du mois. Nous identifions les variables importantes afin de concentrer les efforts de mon équipe sur les quelques points essentiels, susceptibles d’avoir le plus d’impact sur notre croissance l’année prochaine.

11:00 Je passe une heure au téléphone avec les dirigeants d’un fournisseur potentiel. Il pourrait incorporer nos produits dans leur offre de service.

12:30 Je prends un déjeuner rapide à mon bureau.

13:00 Coup de téléphone au vice-président des ventes, au directeur financier et aux avocats pour passer en revue les points toujours en discussion du contrat que l’on négociait hier soir.

14:00Réunion rapide avec le vice-président du marketing pour revoir les communiqués de presse concernant nos deux clients les plus récents.

14:30 Je ressens le besoin de me lever et de quitter le bureau quelques instants. J’ai passé trop de temps enfermé et je sors donc faire une courte marche pour profiter de la lumière du jour et me concentrer à nouveau. Je plaisante toujours sur le fait qu’on paye cher le temps qu’il fait sur la Côte californienne, et que nous devrions par conséquent en profiter.

15:00 Je reçois un coup de téléphone de notre vice-président des ventes: le client potentiel avec lequel nous sommes en négociation pour la signature d’un contrat souhaite étendre l’évaluation technique pour 4 à 6 semaines supplémentaires. C’est non négociable.

15:15 Petite réunion avec le vice-président des ventes et le directeur technique pour évoquer les points sur lesquelles notre client potentiel veut discuter et me rassurer qu’il s’agit d’un point technique et non d’un point business.

15:45 Réunion rapide de notre équipe exécutive pour discuter des modifications de calendrier concernant ce projet et s’assurer que les bonnes personnes travaillent sur cette évaluation, nous discutons également de l’impact de ce changement sur l’activité du trimestre en cours et du trimestre prochain. La bonne nouvelle est que nous avions dépassé nos prévisions pour ce trimestre : repousser cette transaction au trimestre prochain n’est donc pas la meilleure chose mais c’est faisable.

16:30 Dans la mesure où nous arrivons en fin de trimestre, j’appelle notre principal investisseur pour l’informer des changements de calendrier prévus. Nous discutons des répercussions de ces changements sur les chiffres pour qu’il soit en mesure d’informer ses associés lors de sa prochaine réunion hebdomadaire d’associés. Nous discutons également de ces répercussions avec les deux sociétés qui prévoient d’investir dans Valchemy. Personne n’aime transmettre de mauvaises nouvelles, mais d’après mon expérience il est indispensable de partager l’information en temps réel: mon équipe, les employés, les investisseurs et les même clients.

18:00 Je viens de terminer une conversation téléphonique de presque une heure et demie avec le nouveau spécialiste en fusions et acquisitions de l’un de nos clients. Il n’a pas beaucoup d’expérience en deals et ignorait comment notre application pouvait l’aider dans l’une de ses affaires en cours impliquant de nombreuses filiales internationales et par conséquent de nombreuses complications. J’ai passé du temps à le guider, à le rassurer grâce à ma propre expérience de M&A internationales chez Intel. Je lui ai également expliqué comment l’application pouvait l’aider et lui ai en particulier recommandé un certain nombre de modèles qu’il pouvait suivre. Cela m’a rappelé combien j’aimais la dynamique des gros deals, chaque deal étant un défi unique. Le challenge est d’atteindre un équilibre précaire, et de créer ensuite une société qui puisse reproduire un équilibre de longue durée. C’est ce défi intellectuel qui me motive.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici