☰ Menu eFinancialCareers

Le doctorat, un « must » pour faire carrière en finance ?

ThinkstockPhotos-477101222

Ce vendredi se tient au Centquatre à Paris la cinquième édition de PhD Talent Career Fair 2016, un forum dédié aux recrutements de docteurs de toutes disciplines et dont Finance Innovation est partenaire, preuve de l’intérêt de la communauté financière pour les profils titulaires d’un doctorat. A cette occasion, le cabinet Adoc Talent Management spécialisé dans le conseil en recrutement de Docteurs, partenaire lui aussi de l’événement, présente en exclusivité ses dernières enquêtes emploi.

Si dans l’édition 2016, il n’y a pas à proprement parler d’éléments concernant directement les métiers de la finance, l’édition précédente sur l’insertion professionnelle des Docteurs récemment diplômés en Ile-de-France fourmille de données susceptibles de vous intéresser. Saviez-vous par exemple que, parmi les nombreux secteurs d’activités faisant appel à des docteurs sur des missions de conseil, figurait en bonne place le secteur des activités financières et d’assurance ?

L’occasion donc de faire le point sur ce diplôme Bac+8 : sert-il notamment à se démarquer de la pléthore de Masters en Finance pour décrocher un job dans l’industrie financière ?

Des compétences appréciées

Ce qui est certain, c’est que le Doctorat reste un bon moyen de s’insérer sur un marché de l’emploi réputé difficile. D’après l’étude, 80% des docteurs en Ile-de-France ont trouvé un emploi moins d’un an après l’obtention de leur diplôme, et neuf sur dix ont trouvé un poste, trois ans après avoir soutenu leur thèse. Enfin, 83% des docteurs reconnaissent que le Doctorat est déterminant ou indispensable à leur carrière, notamment à l’international, où la part des docteurs en emploi en 2014 est de 41%, en augmentation constante depuis 2013.

Certes, à la différence des diplômés d’écoles d’ingénieurs, la proportion des docteurs travaillant dans l’industrie financière demeure faible (moins de 5%). Cela dit, « les compétences docteurs intéressent de plus en plus les employeurs qui apprécient leur capacité d’analyse et leur esprit critique », reconnaît Marc Joos, chargé d’études chez Adoc Talent Management. A cela s’ajoute leur motivation. « Car travailler dans le secteur privé n’est pas un choix par défaut pour les Docteurs ».

Et les principaux intéressés, qu’en pensent-ils ? Les compétences, connaissances et capacités acquises durant le doctorat sont considérées par 53% des docteurs comme indispensables et par 30% comme déterminantes dans leur poursuite de carrière. Les docteurs titulaires d’un diplôme étranger et ceux titulaires d’un diplôme d’ingénieur citent plus fréquemment le doctorat comme une plus-value indispensable (respectivement 67% et 54%) que l’ensemble des docteurs.

Des métiers qui recrutent

« Des domaines comme la finance quantitative et des métiers comme les data-scientists sont très demandeurs de docteurs en sciences en général et en math-physique en particulier », complète Marc Joos. A noter que les missions d’informatique (12,9%) et de conseil (12%) sont les principaux types d’activités des docteurs en dehors des métiers de la recherche et de la R&D. Les missions d’informatique comprennent entre autres des postes d’ingénieur en développement logiciel ou de data scientist. Les missions de conseil se font par exemple sur des postes de consultants scientifiques, en financement de la R&D ou en stratégie.

Autre profil recherché par les établissements financiers : les docteurs en droit-économie-gestion (notamment pour des postes d’économistes) qui sont, avec les docteurs en sciences, ceux qui ont le plus de facilité à s’insérer sur le marché de l’emploi, selon une étude de l’Association nationale des docteurs (ANDès). Enfin, les compétences des docteurs en innovation intéressent également de près les fintechs.

Des rémunérations conformes aux attentes

« Aujourd’hui, les grands groupes reconnaissent généralement les doctorats dans leurs grilles de salaires. Au niveau des PME, la pratique est moins répandue », explique Marina Fournier, chargée d’études chez Adoc Talent Management. Pourtant, étant donné qu’ils se font généralement rémunérer pendant leurs études, les docteurs devraient facilement pouvoir prétendre à un niveau Master avec 3 ans d’expérience professionnelle.

Au printemps 2015, 78% des docteurs 2014 en emploi se déclaraient satisfaits de leur situation professionnelle et 78% considèraient que cette situation était conforme à leur projet au moment de la soutenance. Par ailleurs, 61% considèrent leur rémunération comme conforme ou supérieure à leurs attentes, sachant que trois ans après l’obtention de leur diplôme, les docteurs gagnent en moyenne 46 k€ bruts annuels dans le secteur privé (contre 37-38 k€ pour un diplômé d’école de commerce ou d’ingénieur), et bien plus encore pour des fonctions de data-scientists qui peuvent rapidement atteindre… les six chiffres annuels.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici