☰ Menu eFinancialCareers

Les 20 meilleures astuces de banquiers pour concilier vie pro et vie perso

conseils vie pro vie perso

Comment régler votre vie lorsque vous travaillez en banque

Travailler en banque d’investissement n’est pas de tout repos. Les rémunérations y sont certes généreuses, mais le rythme de travail peut être exténuant, sans parler de l’art de la politique politicienne qu’il convient de maîtriser pour progresser. Les professionnels de la finance se retrouvent tiraillés par une pléthore de contraintes, qui leur laisse au final peu de temps pour eux-mêmes. « Quand vous travaillez dans la finance, vous avez toujours cette impression désagréable de ‘flouer’ quelqu’un ou quelque chose qui vous tient pourtant à cœur, que ce soit votre famille, votre employeur, vos clients ou votre santé !, résume Brad Hintz, un vétéran de l’analyse actions à Wall Street, qui enseigne désormais à l’Université de New York. Le temps manque toujours pour gérer sur tous les fronts »

Dans ces circonstances, les financiers mettent en place des astuces et une organisation leur permettant de gérer leur vie plus en douceur… Share on twitter Nous avons interrogé 15 professionnels de la finance, de différents âges et seniorité, à Paris, Londres et New-York. La plupart nous ont parlé off the record. Voici une sélection de leurs meilleurs conseils.

Employez des gens pour vous aider à “gérer sur tous les fronts”…

Vous gagnez peut-être mieux votre vie en finance que dans n’importe quel autre secteur, mais une partie de cet argent doit être dépensé pour vous faciliter la vie. « La seule façon de survivre est d’avoir une vie simple et utiliser votre argent pour vous aider à fluidifier votre organisation… », explique un analyste actions. Pensez ménage, courses, garde d’enfants…

1- Oublier définitivement le repassage

Zapper le repassage de vos chemises apparaît comme une évidence lorsque vous travaillez en banque d’affaires. Certains banquiers ont une moitié très serviable, le plus souvent c’est leur femme de ménage qui s’en charge. D’autres utilisent les services d’un pressing.

« Ma femme n’a pas lavé de chemise depuis 1990, plaisante un analyste senior. Du coup, j’ai des dizaines et des dizaines de chemises que je confie au fur et à mesure au pressing, qui me les rend lavées et pliées dans un cellophane – comme neuves. Ce qui aide considérablement lorsque vous voyagez beaucoup »

Même les banquiers juniors utilisent ce type de services, souvent fournis au sein-même des banques. Un banquier junior employé dans une division sur les marchés de la dette (DCM) conseille pour sa part de n’acheter que des chemises ‘infroissables’ qu’il suffit d’étendre sur un cintre tout de suite après les avoir lavées.

2 – Penser à utiliser un service de conciergerie

Si les door men sont monnaie courante à New-York, ils sont beaucoup plus rares de ce côté-ci de l’Atlantique. Pourtant, notre banquier DCM assure que cela fait toute la différence : « Ils s’occupent de récupérer vos affaires au pressing et récupèrent vos livraisons ». À défaut, vous pouvez trouver un service de conciergerie. À Londres, Alex Cheetle, CEO de Ten Group, une société qui offre ce type de services, confirme que les professionnels de la finance sont ses plus gros clients : « Ils font appel à nous pour tout… organiser leur vacances, leurs sorties, trouver un plombier ou encore acheter, emballer et livrer des cadeaux de Noël pour leurs clients ».

3- Faites-vous de vraies vacances : prenez une baby-sitter !

Pas toujours évident de faire un vrai break quand on se doit d’être toujours disponible pour ses clients. Néanmoins, rappelez-vous qu’il en va ici de votre santé mentale et physique. Aussi un managing director (MD) en M&A employé par une banque française conseille de se faire aider également pendant ses vacances : « Une babysitter peut vraiment faire la différence en termes de logistique et surtout pour ne pas revenir plus fatigué qu’à votre départ en vacances. Ce moment doit véritablement servir à se ressourcer, profiter de ses hobbies, de sa famille… ». Sans oublier les grands-parents, à solliciter de temps en temps pour s’échapper en week-end ou pendant les vacances scolaires pour se libérer un peu des contraintes quotidiennes …

Les transports – pour gagner du temps ou mettre son temps à profit…

Un sujet crucial qui inspire beaucoup les financiers…

4- Habiter près de la banque 

Le plus simple pour réduire son temps de transport, c’est d’habiter à côté de la banque. « Avoir un appartement dans le 8e ou le 17e arrondissement de Paris, il y a pire comme quartier pour vivre », lâche un banquier parisien qui habite à 500m de sa banque et s’y rend donc à pied chaque matin.

« J’ai toujours choisi de vivre à proximité de mon travail, témoigne Rahul Parekh, un ex-directeur exécutif chez Goldman Sachs à Londres. Mettre 10 minutes pour aller au bureau, cela fait une énorme différence dans votre quotidien. Lorsque vous faites des heures à rallonge au bureau, la dernière chose que vous avez envie le soir tard c’est de prendre les transports pendant une heure ou plus pour rentrer chez vous ». Un autre banquier londonien explique, de son côté, avoir fait le choix d’un « petit appartement tout près du bureau et une maison à la campagne ».

5- Prenez le temps de lire dans le métro

Si vous ne pouvez pas aller au bureau à pied et que vous faîtes le choix des transports en commun, utilisez ce temps à bon escient. « Le matin, c’est très pratique pour avancer sa journée de travail grâce au portable et prioriser les tâches à faire une fois arrivé au bureau, confie un banquier M&A parisien. Et le soir, lire un bouquin est la meilleure façon de déconnecter avec le boulot »

6- Utilisez la voiture comme un sas de décompression

Si vous optez pour la voiture pour vous rendre au travail, vous pouvez conduire en écoutant de la musique à fond. C’est ce que nous a confié faire tous les matins un MD londonien spécialiste du marché High Yield. A Paris, le banquier M&A adepte de la lecture dans le métro prend depuis peu sa voiture pour aller au travail et confie apprécier d’écouter les infos sur son trajet et donc de mettre ce temps à profit.

7- Investir dans un scooter

La problématique numéro 1 du banquier d’affaires est de parvenir à dégager du temps dans des journées souvent marathon. Pour un banquier senior parisien employé dans une division de corporate finance chez un pure player anglo-saxon, il faut oublier le taxi et acheter un scooter : « Paris se prête bien au deux-roues, d’ailleurs beaucoup de banquiers seniors utilisent maintenant leur scooter pour aller en rendez-vous et ainsi transformer un trajet d’une demi-heure en un rapide déplacement de 10 min »

8- Toujours voyager avec la même compagnie aérienne

Les banquiers qui sont des grands voyageurs conseillent d’emprunter toujours la même compagnie. « Dès que vous voyagez un peu régulièrement, ils commencent à vous chouchouter, indique un trader senior sur produits dérivés. Dès lors, facile d’avoir les meilleurs sièges sans que personne vienne vous ennuyer. Prenez au moins un long courrier par mois et vous serez vite en bonne position pour obtenir leur carte VIP »

9- Essayer de voyager le moins possible

« Lorsque l’on est en business trip, on ne produit rien, on revient fatigué. Bref, j’ai toujours évité de voyager trop souvent, et j’ai choisi aussi mes dossiers en fonction de cela », confie le MD parisien spécialiste des fusions-aquisitions.

Bien gérer la vie à côté du travail…

10- Trouver vous une femme ou un mari qui travaille dans votre secteur ou quelqu’un de compréhensif

« Il faut à vos côtés quelqu’un qui sait – lorsque vous rentrez du travail le soir ou à la fin de semaine – par quoi vous êtes passé, explique un banquier DCM londonien. Votre compagne ou compagnon doit comprendre votre style de vie et vos contraintes, à défaut de quoi vous aller à l’encontre de sérieuses difficultés dans votre couple ».

11- Accompagner ses enfants à l’école

Voilà quelque chose qui peut paraître anodin pour n’importe quel parent, mais cela l’est visiblement mois chez les financiers. « J’accompagne quasiment tous les jours mes enfants à l’école. Du coup, je suis un peu le râleur de service car je n’accepte pas de rendez-vous ou de meeting avant 9h30 mais pour moi c’est essentiel d’avoir ce moment et cela participe justement d’un bon équilivre vie pro / vie perso », suggère un banquier parisien senior.

12- Utiliser les réseaux sociaux pour garder le contact…

Les réseaux sociaux sont souvent perçus comme consommateurs de temps. Ce n’est pas l’avis du spécialiste parisien en corporate finance. Pour lui, Facebook en particulier permet de rester en contact avec son entourage faute de manquer de temps pour les rencontrer physiquement. « Cela permet d’avoir des nouvelles et d’en donner. J’ai été récemment aux 10 ans de mon ancienne promo d’école: je n’avais vu quasiment personne depuis mon diplôme et pourtant, grâce aux réseaux sociaux, nous sommes restés informés de la vie des uns et des autres », explique le banquier. Et d’ajouter : « les réseaux sociaux permettent aussi d’être plus ‘sélectif’ dans ces relations. Quand on n’a pas énormément de temps, c’est utile de passer du temps avec des gens avec qui vous avez des centres d’intérêts communs ».

Ne négligez pas votre santé !

Cela passe forcément par du sport et une bonne hygiène alimentaire…

13- Marcher pour aller à vos rendez-vous

Aller au bureau à pied est idéal (voir point 4). Mais vous avez bien d’autres opportunités de marcher. Si vous avez un rendez-vous à 20 voire 30 minutes à pied de votre bureau, réfléchissez à deux fois avant de prendre un taxi. « Si vous avez un peu de temps, marcher est un excellent exercice et vous donne du temps pour réfléchir », assure Andrew McNally, ancien patron de Berenberg à Londres.

14- N’abusez pas des pizzas !

Les juniors prennent très vite du poids à force de plats commandés pas toujours très recommandables diététiquement parlant. Un banquier M&A parisien confirme : « On dîne le soir la plupart du temps au bureau, et si vous ne faites pas un minimum attention, votre poids dérape – et à plus long terme c’est votre santé qui en fait les frais. Du coup, il faut vraiment faire attention aux plats commandés et opter pour des options ‘healthy’ ». Ce financier utilise à Paris des services comme AlloResto et Resto-In qui livrent des plats concoctés par des restaurants.

15- Sport : trouver le bon créneau pour vous

Cela ne sert à rien de se fixer des objectifs intenables. Faites ce que vous aimez et au moment qui vous convient le mieux. Une vendeuse chez Goldman Sachs à Londres confie qu’utiliser la salle de sport de la banque lui permet de garder une vie saine a minima. « J’y vais en fin d’après-midi – lorsque j’ai géré le gros du travail et pour qu’il ne me reste que quelques trucs à faire avant de quitter le bureau ».

A Paris, les salles de sport sur le lieu de travail ne sont pas (encore ?) la norme mais cela arrive… Un banquier employé par une boutique parisienne qui dispose d’une petite salle de gym en profite le midi pour faire du vélo en salle tout en relisant des pitch books sur un présentoir. « Sinon, il n’est pas très compliqué d’avoir ses basquets dans le tiroir de son bureau et d’aller courir dans un parc à l’heure du déjeuner », lance-t-il.

A Londres, les personnal trainers sont pléthores et proposent des services à la carte, dans l’heure qui suit, dans un parc ou une salle de sport proche de votre travail ou de votre domicile, à l’instar de Moose-X Training, lancé par Manya Klempner, une ancienne spécialiste du marketing sur les produits dérivés chez Bank of America Merrill Lynch.

Se créer le bon environnement de travail…

16- Dénicher la bonne équipe

Pour les banquiers juniors, et plus particulièrement en M&A, tout dépend de l’équipe à laquelle vous appartenez. Pour Matan Feldman, ex-associate chez J.P. Morgan et fondateur de Wall Street Prep, « votre niveau d’activité sera fonction de l’équipe et de la société pour laquelle vous travaillez ». L’astuce consiste en fin de compte à trouver l’équipe de M&A qui traite un bon volume sans toutefois être débordée. « A Paris, l’équipe TMT de Lazard a la réputation d’être l’équipe où l’on travaille le plus. Alors oui, c’est très formateur mais au bout de 18 mois – sans période de récupération – vous risquez le burnout, confie un banquier parisien senior. Or une carrière ce n’est pas un sprint mais un marathon »

17- Apprendre à faire semblant

Si vous êtes un junior et que vous ne parvenez pas à vous dégager du temps pour vous, le bloggeur et financier « The ibanker » conseille d’avoir l’air afféré en imprimant des graphiques tout en parlant sur votre portable. Si vous faites cela avant de quitter le bureau, tout le monde pensera que vous vous rendez à une réunion à l’extérieur…alors que vous allez juste déjeuner avec un ami.

18- Savoir travailler à distance 

Le présentéisme a ses limites, surtout lorsque l’on veut maintenir une vie de famille un tant soit peu normale. « Ce qui compte c’est que le boulot soit fait pour le lendemain matin. Si vous partez à 20h pour voir un minimum vos enfants le soir et que vous vous reconnectez ensuite pour un faire un dernier call ou finir de travailler sur un dossier, je ne vois pas où est le problème », explique un banquier senior parisien, qui conseille de ne pas céder à la pression de ses pairs et maintenir une confiance en soi.

19- Etre toujours le plus gentil possible avec son assistant(e)

Si vous êtes suffisamment senior pour avoir un(e) assistant(e) ou pour disposer d’une ‘ressource commune’, témoignez-lui toujours une extrême gentillesse. Un trader senior précise en effet que « cette personne est aussi à même que votre épouse d’influer sur votre vie ». Il ajoute : « Veillez à ce qu’elle ait accès à votre agenda et comprenne ce qui est le plus important pour vous. Si votre assistant(e) est incapable d’allier rapidité et compétence, pensez à vous en séparer. Et quand vous aurez trouvé la perle, assurez-vous qu’elle vous apprécie vraiment beaucoup. Si c’est le cas, cela peut vraiment changer votre vie ».

20- Garder les pieds sur terre… ou démissionner

Tous nos interlocuteurs ont insisté sur ce point : si vous travaillez dans la finance, vous devez y prendre un minimum de plaisir. Selon Brad Hintz, « il faut garder son sens de l’humour et savoir prendre la mesure de l’absurdité de certaines situations – comme quand un banquier de 45 ans doit passer une nuit blanche pour terminer une étude ou boucler un deal ».

Et si vous ne vous amusez plus du tout dans votre travail ? « Allez voir ailleurs » – telle est la recommandation d’un ancien banquier de J.P. Morgan, devenu consultant chez McKinsey, et qui dirige aujourd’hui sa propre start-up.


commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici