☰ Menu eFinancialCareers

Les prévisions pour le secteur bancaire en 2015 en quelques graphs

binoculars

Le jeu des prédictions sur l’avenir de l’emploi en finance en 2015 est toujours très populaire. Après avoir fait nous-mêmes quelques suggestions, et rappelé qu’il y avait de vraies raisons pour les candidats de croire à meilleure fortune, les chasseurs de têtes ont embrayé en indiquant où seront les opportunités, selon eux, en 2015. Pour compléter le tableau, les analystes du secteur bancaire ont à leur tour publié leurs anticipations pour le secteur. En voici les grandes lignes…

Une nouvelle mauvaise année serait sans précédent dans l’histoire du secteur bancaire

« Depuis 1999, deux années marquées par la baisse des revenus en banque d’investissement n’ont jamais été suivi d’une troisième mauvaise année », font remarquer les analystes de Barclays. Le fait que 2012 et 2013 entrent dans cette dernière catégorie « pourrait être de bon augure pour l’année qui commence ».

Pour autant, les revenus en IB ne devraient pas vraiment franchement progresser en 2015

Comme le montre le graph ci-dessous réalisé par la recherche de Barclays, 2015 ne devrait pas marquer un rebond des revenus dans les métiers de la banque d’investissement. Et cette stabilité devrait perdurer jusqu’en 2016.

Investment banking revenues

2015, une année pas terrible pour les banques européennes, meilleure pour les américaines

Pour les analystes de Morgan Stanley, 2015 ne sera pas un bon cru pour les banques européennes. Faible volatilité, croissance européenne à la peine, “balkanisation” du secteur bancaire, pression réglementaire et risques liés aux litiges pèseront négativement sur les établissements européens. Comme l’indique le graphique ci-dessous, le contraste avec les banques américaines devrait être particulièrement frappant pour les banquiers d’affaires (IBD).

En matière de réduction des coûts, Morgan Stanley prédit qu’en Europe les banques européennes porteront cette année une attention sans faille à la question de l’automatisation des marchés, ce qui n’est pas un signal positif pour les professionnels des marchés concernés.

IB revenues 2015

Les banques françaises… des employeurs européens de choix, d’après les analystes de Barclays

Parmi les banques européennes, les analystes de Barclays pensent que ce sont les employés des établissements français qui seront le mieux lotis.

Barclays revenue growth forecasts

UBS a les faveurs des analystes de Morgan Stanley et de JP Morgan

Les analystes de JP Morgan et de Morgan Stanley misent plutôt sur UBS. Cette préférence du côté de la recherche de MS n’est pas nouvelle. Et, une fois encore, elle se confirme nettement cette année, avec UBS perçu comme l’établissement capable de générer d’ici 2016 la plus forte rentabilité de capitaux propres (Return on Equity ou ROE).

Morgan Stanley on UBS

D’ici 2016, les revenus générés par Goldman Sachs seront 50% plus élevés comparés à ses pairs

Si vous vous demandez pourquoi Goldman Sachs payent autant ses employés, JPMorgan vous suggère une piste : ses banquiers d’investissement génèrent bien plus de revenus que les autres employés du secteur – jusqu’à deux fois plus que les banquiers de BNP Paribas, les derniers de la classe de cet échantillon…

Etonnamment, les banquiers de Goldman ne se voient pas tant que ça récompensés pour leur productivité. En 2016, JP Morgan prédit que 37% du revenu moyen généré par les banquiers de Goldman serviront à les rémunérer contre une moyenne de 41.2% dans l’industrie. Ceci s’explique probablement par les importants investissements que Goldman a choisi de réaliser dans la technologie. Donc, oui, les banquiers de Goldman sont plus productifs mais ils sont en partie aidés par les infrastructures technologiques que leur employeur met à leur disposition.

JPMorgan chart


commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici