☰ Menu eFinancialCareers

Classement des banques suisses qui paient le mieux aujourd’hui

thumbs_up Switz

Il y a un mois, le secteur bancaire suisse tournait une page historique avec la publication pour la première fois en 200 ans des résultats financiers de Pictet, Lombard Odier et Mirabaud. La transparence a du bon pour les analystes financiers mais aussi pour les employés du secteur bancaire car elle rend plus aisé l’exercice comparatif : qui paye le mieux aujourd’hui et dans quel secteur ? Quel établissement est le plus profitable ? Qui présente une gestion saine, et qui est susceptible de faire des coupes franches dans ses coûts à court ou moyen terme ?

Nous avons essayé ici de vous donner quelques réponses. Sur la base des résultats financiers des groupes bancaires suisses du premier semestre, voici un état des lieux du secteur bancaire suisse dans la gestion de fortune, la gestion d’actifs et la banque d’investissement. Le tout, en six graphiques. Attention, vous n’êtes pas à l’abri de surprises…

gestion-de-fortune-classeme

Les deux banques privées genevoises prennent la tête des établissements suisses les plus généreux avec leurs employés dans la gestion de fortune. Lombard Odier se place en tête avec de 167k CFH de dépenses moyennes par employé au premier semestre, devant Pictet qui a déboursé en moyenne 144k CFH  pour chacun de ses collaborateurs, loin devant Julius Baer (114k CFH) et surtout les mastodontes suisses que sont UBS et Credit Suisse. Comment expliquer le niveau des charges de personnel chez les premières banques privées suisses dans ce classement ? Le profil de la clientèle de la Suisse romande y est probablement pour quelque chose. Rappelons qu’à elles deux Pictet et Lombard Odier emploient un peu plus de 5.600 personnes pour veiller sur plus de 770 mds CFH ! À noter que ces établissements ne distinguent pas la partie gestion de fortune et gestion d’actifs dans leurs dépenses de personnel.

gestion-de-fortune-rentabil

Si l’on se penche cette fois sur les bénéfices avant impôts rapportés à chaque salarié, c’est cette fois l’établissement zurichois Vontobel qui mène aisément la danse avec plus de 89k CFH par tête. En 2e et 3e position, Pictet et LGT, la banque de la Maison princière du Liechtenstein tiennent difficilement la corde.

gestion-de-fortune-ratio-cl

En matière de contrôle des coûts, les résultats sont assez serrés, tout du moins pour le top du classement. En matière de ratio coût/revenu, c’est cette fois Julius Baer qui parvient à se hisser au top, suivi de près par LGT et Pictet. En revanche, Credit Suisse finit bon dernier avec pour chaque franc suisse gagné, quasiment 95 centimes dépensés. L’amende de 2.5 milliards de francs pour régler les différends avec les autorités fiscales américaines pèse actuellement lourd dans les dépenses du groupe. De même la perspective d’une amende record de 6 mds CFH pour UBS en France pourrait faire bientôt trébucher le leader bancaire suisse, à son tour.

gestion-actifs-charges-pers

En gestion d’actifs, Vontobel se démarque très nettement en matière de gestion du personnel avec une dépense moyenne de 359k CFH par employé. Un chiffre tout à fait stupéfiant, surtout lorsque l’on voit que la 2e banque du classement – Lombard Odier – présente une dépense deux fois moins élevé (167k CHF).

gestion-actifs-rentabilite

Si Vontobel dépense beaucoup pour ses salariés, c’est qu’ils sont très « profitables ». En effet, la banque privée zurichoise fondée en 1936, comptant aujourd’hui 1.400 employés dans le monde, affiche un bénéfice avant impôts par tête de 171k CHF. Elle est loin devant le deuxième peloton, relativement compact, constitué de Pictet, LGT, UBS.  En dernière position, et loin derrière tout le monde, Mirabaud doit probablement retravailler son business modèle pour son activité de gestion d’actifs avec une profitabilité par tête d’à peine 33k CHF.

Les ratios coût / revenu dans la gestion d’actifs sont moins dispersés que de dans l’activité gestion d’actifs. Ici, la plupart des banques se situent dans la fourchette 71 – 75%, à l’exception de Lombard Odier et Mirabaud qui dérapent respectivement à 80% et 85,4%. Ce qui n’étonne guère au vu des deux précédents graphiques.

banque-investissement-charg

Dans les activités de banque d’investissement, les professionnels d’UBS seront les mieux payés, avec 198k CFH dépensé en moyenne chaque année pour chaque employé. Leurs collègues du Credit Suisse ont une enveloppe réduite de 40k CFH. Vontobel arrive en 3e position avec 127k CFH.

banque-invest-rentabilite

La profitabilité des deux géants bancaires suisse, assez similaire (83k par tête chez Credit Suisse et 85k chez UBS), ne justifient pas de prime abord les écarts de rémunération relevés dans le précédent graphique. Surprenant également de voir à quel point les banquiers d’investissement de Vontobel génèrent du profit (15k CFH de plus en moyenne par tête que chez UBS et Credit Suisse). Pourtant, la banque privée zurichoise se situe, rappelez-vous, bien derrière les deux leaders en matière de rémunération !

banque-invest-ratio-cout-re

Au vu des derniers graphs, personne ne s’étonnera donc qu’en matière de bonne gestion, Vontobel remporte la palme, avec un ratio coût / revenu de 70%, bien devant UBS et Credit Suisse.

LIRE AUSSI : 

Pictet versus Lombard Odier : qui remporte la bataille des résultats ?  

Avec 260k £ annuel, les banquiers à Londres sont-ils devenus pauvres ?

Voici combien vous devriez gagner si vous êtes trentenaire dans la finance à Paris

 

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici