☰ Menu eFinancialCareers

Plus de 3.500 CDI à décrocher chez les Big Four

462089797 (1)

Signe tangible de reprise : les Big Four prévoient de recruter plus de 3.500 personnes en CDI l’an prochain en France. Un chiffre en hausse de 19% par rapport aux prévisions pour 2014, communiquées il y a un an. En volume, les jeunes diplômés continueront d’être la principale cible des grands cabinets d’audit avec 2.570 embauches anticipées (+18% en un an). Les profils expérimentés profitent, eux, davantage des anticipations positives sur le business avec des prévisions de recrutements en hausse de 22,5% sur un an, soit 950 embauches au total.

Parmi les plus enthousiastesfigure KPMG, dont le chiffre d’affaires pour 2013 a atteint 894 M€ (soit +4% en un an). L’an passé le cabinet avait anticipé 500 embauches en CDI pour 2014. La barre des 700 devrait finalement être atteinte en fin d’année, avec encore une centaine de recrutements à boucler d’ici là sur les 238 implantations en France. « L’an passé, nous avions déjà senti un frémissement du turnover qui s’est confirmé depuis, et nous avons une activité en croissance en particulier dans les métiers du conseil », explique Sylvie Bernard-Curie, Associée, Directrice des Ressources Humaines du cabinet, qui prévoit par conséquent 850 embauches en CDI, tous métiers confondus, pour 2015.

Prévision des récrutements des Big Four en France pour 2015

previsions-big-four-2015

Source : Sociétés

Cette nette hausse des prévisions d’embauche s’explique donc aussi par un retour de la mobilité des candidats sur le marché de l’emploi. « Nous constatons depuis 14 mois un dégel des recrutements du côté des entreprises, qui viennent à nouveau piocher dans le vivier naturel des professionnels de l’audit, également moins frileux de leur côté à changer d’emploi. Notre taux de turnover des profils de 2 à 5 ans d’expérience retrouve progressivement son niveau d’avant-crise, ce qui facilite promotions internes et recrutements externes  », relève la DRH.

PwC a augmenté également ses prévisions d’embauche pour 2015 avec 820 CDI à décrocher l’an prochain, dont 300 pour des profils expérimentés, et auxquels il faut ajouter 380 stages – dont plus de la moitié sont des stages de pré-embauche, précise le cabinet. Ce qui fait retrouver à PwC son niveau d’embauche de 2012. Au niveau mondial, PwC a même communiqué sur 10.000 stages pour la prochaine saison estivale !

En France, le cabinet entend, lui aussi, renforcer son activité de conseil en stratégie, qui a connu une actualité importante en début d’année avec l’acquisition du cabinet Booz & Company (devenu Strategy&), au niveau mondial. En outre, PwC développe de nouvelles expertises pour répondre aux besoins de ses clients en termes de transformation digitale, de big data et de cybersécurité. Le cabinet va augmenter ainsi le nombre d’ingénieurs dans ses équipes, avec des spécialistes en nouvelles technologies et des profils spécialisés comme des data analysts ou des consultants en business analytics, notamment avec une expertise en biens de consommation, assurance ou énergie, peut-on lire dans un communiqué.

De son côté, KPMG rappelle son intérêt pour les spécialistes de la corporate finance et des transactions, pour les actuaires ou encore les spécialistes bancaires. « De manière générale, les besoins d’aujourd’hui ne sont pas très différents de ceux de l’an passé, notamment sur les métiers de l’audit et de l’expertise-conseil », indique Sylvie Bernard-Curie.

Une impression confirmée chez Deloitte, qui évoque un développement continu de leur offre en matière de cybersécurité et de développement durable depuis ces deux dernières années, à titre d’exemple. « Les experts issus de secteurs régulés comme la banque, l’assurance, les télécoms ou le service public, capables de comprendre et d’anticiper l’impact des nouvelles réglementations sur différents aspects (SI, communication financière, gestion des risques, etc.) restent pour nous des profils attractifs, de surcroît s’ils ont eu une exposition à l’international », assure Jean-Marc Mickeler, Associé, DRH, chez Deloitte. De fait, 80% des 300 profils expérimentés recrutés cette année le sont (et le seront à nouveau l’an prochain) dans les métiers du conseil.

Deloitte reste le premier recruteur du secteur avec 1.000 CDI qui devraient être signés l’an prochain. Un chiffre stable par rapport à celui de 2014. De même chez EY : l’objectif des 850 CDI pour 2014 est confirmé, et renouvelé pour 2015. Le cabinet va lui aussi recruter pour l’ensemble de ses activités, à savoir des auditeurs financiers, des consultants et aussi des avocats fiscalistes.

Et pas besoin d’attendre janvier pour postuler. La rentrée des classes sonne le début d’une période très active pour les RH des Big Four, qui recrutent surtout de septembre jusqu’à mi-novembre, puis également entre avril et mi-juillet. Soyez prévenu : la compétition pour décrocher un poste dans les big four s’est intensifiée. KPMG signale recevoir désormais 50.000 candidatures chaque année (1 candidat postulant en moyenne sur deux postes différents) contre 30.000 en 2009.

LIRE AUSSI

Audit-Conseil : Les 3 JOBS phares des grands cabinets pour les jeunes dip

Les trois nouveaux secteurs préférés des étudiants en finance

Les métiers les plus (et les moins) stressants en banque et finance

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici