☰ Menu eFinancialCareers

Êtes-vous aussi largué en math que les jeunes français ?

Einstein

Les résultats du CAPES il y a 15 jours sont tombés comme un couperet : la moitié des postes de professeurs de mathématiques n’ont pas été pourvus. Ceci expliquant peut-être cela, les résultats de la dernière enquête PISA (Programme International pour le Suivi des Acquis des élèves), menée par l’OCDE et publiée fin 2013, ont suscité des réactions alarmistes dans nombre de démocraties occidentales. En France comme aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni, les scores réalisés par les élèves de 15 ans dans cette évaluation internationale sont particulièrement médiocres.

Les questions des tests PISA sont réparties par niveau de difficulté, le niveau 6 constituant le palier le plus élevé. « Au niveau 6, les élèves sont capables de conceptualiser, de généraliser et d’utiliser des informations sur la base de leurs propres recherches et de la modélisation de problèmes complexes », indique le site de l’OCDE. En France, seuls 12,9% des élèves de 15 ans ont atteint les niveaux 5 et 6, synonymes d’excellentes performances. C’est peu, même si la situation apparaît encore plus critique au Royaume-Uni (11,8%) et surtout aux Etats-Unis (8,8%).

Quoi qu’il en soit, le contenu des évaluations PISA est un secret bien gardé, à tel point que le site de l’OCDE ne donne qu’un seul exemple de question de niveau 6. Nous avons pu, en écumant Internet, trouver quelques autres questions au détour de sites académiques. Alors vous vous croyez bon en maths ? A vous de jouer…

EXERCICE 1 :

helene-la-cyclistehelene-question

 

EXERCICE 2 :

menuisier

 

EXERCICE 3

menuisier

EXERCICE 4 : 

des

RÉPONSES : 

1 – Hélène la cycliste = 28

2 – Le menuisier = Tracé A : OUI ; Tracé B : NON ; Tracé C : OUI ; Tracé D : OUI.

3 – Les cambriolages : L’échelle de l’axe des ordonnées, indiquant les chiffres, est disproportionnée. Cette disproportion se traduit sur le graphe par une augmentation importante en apparence. Dans la réalité, la différence entre les chiffres de 1998 et 1999 est assez faible et ne correspond qu’à une hausse d’environ 2%.

4 – Les dés à jouer : NON, OUI, OUI, NON

commentaires (1)

Comments
  1. flippant les resultats mais en mm temps on sous paye les chercheurs Math / phys au profit de tocards de la finance et des commerciaux qui n’ont jamais inventé le fil à couper le beurre .. pas étonnant le désintéret pour la scienc mathematiques et physique

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici