☰ Menu eFinancialCareers

Les vertus du mémoire

Perçu souvent comme un exercice purement scolaire, le mémoire est quelquefois négligé par les étudiants pressés de tourner la page. À tort. Il est non seulement un moyen de faire bonne impression lors d’un entretien pour décrocher un stage mais peut aussi devenir un argument pour transformer un stage en embauche.

Au moment de décrocher votre stage

La plupart des mémoires de fin d’études sont en relation avec le stage effectué. Par conséquent, votre recherche de stage et votre réflexion sur le mémoire doivent, de préférence, être menées de front et suivre une stratégie commune. Évitez, par exemple, de chercher un stage dans une activité de private banking et de dire en entretien à un employeur potentiel que vous souhaitez faire un mémoire sur les agences de notation !

De manière générale, lors de l’entretien, il faut susciter une problématique intéressante pour l’établissement afin de pouvoir apporter une solution ou, à tout le moins, un éclairage sur des sujets bien précis (nouvelle organisation, nouveaux produits…) , explique Jean-Jacques Levy, professeur de finance (ESSEC, ISC et ASSAS) et consultant international.

Si vous n’êtes pas décidé sur votre sujet, rien ne vous interdit d’en discuter pendant l’entretien avec vos interlocuteurs, leur demander éventuellement leur avis sur les différentes options que vous avez en tête. Évitez toutefois la question ouverte quelle mémoire souhaiteriez-vous que je fasse ? . Mieux vaut être proactif et témoigner de vos aspirations et de votre intérêt pour l’entreprise.

Qu’est-ce qu’un bon mémoire ?

Tous les thèmes sont abordables, à la condition de trouver une réelle problématique et, de préférence, un sujet en vogue , note Jean-Jacques Levy. Selon lui, mieux vaut donc oublier les impacts de l’application des accords de Bâle 2 sur les crédits aux entreprises ou encore la couverture du risque de change dans les entreprises !

Il y a deux ans, la mode était aux mémoires sur les M&A, aujourd’hui, ce sont plutôt les sujets sur les tenants et les aboutissants de la crise des subprimes, les problématiques relatives à la trésorerie (fonds de roulement, levée des fonds, emprunts à court terme…) ou encore au rôle des banques centrales dans la finance mondiale.

Pour suivre ces tendances, il est toujours instructif d’examiner le palmarès du concours annuel des Mémoires de l’économie et de la finance, organisés depuis 24 ans sous l’égide du Centre des professions financières. Mis à part qu’ils doivent être notés au moins 15/20, les mémoires retenus pour le concours sont jugés sur ces critères : originalité du sujet, intérêt du sujet, qualité de l’introduction (définition du sujet), analyse de la littérature existante, démonstration convaincante, possibilité d’application pour le praticien, clarté de la conclusion, qualité de l’expression écrite. Jean-Guy de Wael, président du jury, ajoute que la qualité des annexes et de la synthèse est également capitale .

En outre, il est conseiller d’éviter le mémoire-roman , 60-80 pages est souvent considéré comme la norme. Enfin, s’il faut exercer un ceil critique, il est déconseillé d’être négatif ou donneur de leçons vis-à-vis de l’entreprise ou du service qui vous accueille.

Pendant le stage et la préparation du mémoire

Le mémoire est primordial pour vous, car il est une condition pour décrocher votre diplôme, cela n’est pas le cas pour l’entreprise qui vous accueille en stage. Il faut s’adapter à la personnalité de votre maître de stage, certaines personnes aiment s’impliquer, d’autres moins. Vous pouvez demander des conseils et des contacts pour votre mémoire sans être insistant. Surtout, il faut montrer que vous vous intéressez à l’activité du service en posant des questions ou en rebondissant sur des évènements qui ont lieu dans l’entreprise ou sur le secteur que vous couvrez , conseille Tess Taubler, professeur de finance et responsable du programme MSc in International Finance de l’ESC Rennes School of Business.

Comment le mémoire peut-il vous aider à décrocher un emploi ?

Le fait de pouvoir rédiger un mémoire directement lié au stage permet de montrer l’implication du jeune dans l’organisation et son envie d’y être embauché en CDI , explique Jean-Jacques Levy. Gardez en tête que le stage est la porte ouverte à un CDI. La moitié des étudiants environ décrochent un emploi à la fin de leur stage. Les efforts fournis et l’implication de l’étudiant sont clés. Un bon mémoire est comme une cerise sur le gâteau!, relève Tess Taubler. En effet, il peut être un moyen de servir une ambition. Cette universitaire se souvient d’un étudiant qui cherchait absolument à partir travailler à Hong Kong, et qui est arrivé à ses fins car il a mis en place une véritable stratégie, dans laquelle son mémoire (sur le stock-picking in the Far East ) jouait un rôle déterminant.

Si vous ne décrochez pas un emploi à l’issue de votre stage, cela ne signifie pas pour autant qu’il faille mettre votre mémoire au placard. Il peut rester une arme de persuasion. Mettez-le en valeur dans votre CV et parlez-en spontanément à l’occasion des entretiens. De même qu’il peut être judicieux d’indiquer le nom et le parcours de votre tuteur universitaire et de votre maître de stage (dans l’entreprise), surtout si ces derniers sont reconnus par leurs pairs.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici