☰ Menu eFinancialCareers

Generali renforce sa présence sur le créneau des conseils en gestion de patrimoine indépendants

L ‘assurance vie ne serait-elle plus en France un marché suffisamment porteur, au point de voir quelques grands groupes financiers européens jeter l’éponge ? On est en droit de se poser la question lorsque la direction de Zurich présente la cession de ses activités vie dans l’Hexagone comme un acte conforme à la stratégie du groupe qui consiste à se concentrer sur les marchés à forts potentiels, susceptibles de générer une croissance profitable et soutenue .

Changement de stratégie. En quelques mois, la crise des marchés financiers aidant, le discours a changé. Ainsi, en janvier 2002, Patrick Thourot, alors directeur général de Zurich France, déclarait à L’Agefi Actifs être intéressé par l’acquisition de tout type de réseaux en estimant qu’il y avait, à l’époque, des opportunités et qu’il y en aurait sans doute d’autres demain (L’Agefi Actifs n°46, p. 19). Depuis, Patrick Thourot a rejoint la Scor et c’est Zurich qui est devenue l’opportunité pour Generali de se renforcer sur le marché français.

Un gain modeste de part de marché… Le groupe Zurich est implanté en France depuis 1878 pour les risques IARD et depuis 1929 pour l’assurance vie. Il y détient deux compagnies d’assurances IARD et trois compagnies vie, dont Eagle Star Vie. Dans le cadre de l’opération, le groupe italien récupère toutes les activités vie, ainsi que l’activité dommages des 300 agents généraux du groupe suisse. Le chiffre d’affaires cédé représente environ 313 millions d’euros, dont 185 millions en vie et 128 millions en dommages. Le prix de la transaction n’a, quant à lui, pas été révélé, mais à titre de comparaison, Generali avait acquis Continent Assurances, dont le chiffre d’affaires de l’année 2002 s’élevait à 742,1 millions d’euros, pour un montant de 290 millions d’euros.

L’opération permet donc à Generali de récupérer quelques modestes parts de marché que l’on estime à 0,3 % en assurance vie et à 0,5 % en dommages._Il conforte ainsi sa place dans le peloton de tête sur le marché français de l’assurance vie pour ne citer que lui.

… mais un choix clair en direction des indépendants. Malgré ces deux acquisitions réalisées coup sur coup, le chemin reste long pour rattraper les leaders que sont la CNP, Axa ou encore le Crédit Agricole (avec ses filiales Prédica et Pacifica), qui détiennent à eux seuls plus de 35 % du marché. Mais il n’est pas sûr que l’ambition de Generali se situe sur ce terrain-là. Contrairement à l’assurance dommages, la taille n’est pas un élément de performance intrinsèque , souligne Henri Debruyne, directeur général de Capa Conseil, ce qui compte, c’est la mise en place d’un business model devant conduire à un positionnement cohérent. Ce dernier doit s’apprécier au regard de critères de spécialisation sur des types de produits ou de clientèles, par exemple .

Il est aujourd’hui difficile pour les compagnies de taille moyenne généralistes de s’insérer entre les très gros réseaux de bancassurance, et les spécialistes de très petites taille qui proposent des produits à forte valeur ajoutée

Des propos que confirme Michel Piermay, président de la société d’actuariat Fixage, en admettant qu’il est aujourd’hui difficile pour les compagnies de taille moyenne généralistes de s’insérer entre les très gros réseaux de bancassurance, capables de fabriquer des économies d’échelle via la commercialisation de produits standards, et les spécialistes de très petite taille qui proposent des produits à forte valeur ajoutée .

De son côté, Cyrille Chartier-Kastler, vice-président du cabinet de conseil Solving International, estime qu’en assurance vie, le phénomène de taille critique joue principalement sur les plates-formes informatiques et de gestion dont le coût ne peut être amorti que sur un très grand nombre de contrats . Et de poursuivre, en résumé, il faut aujourd’hui être un industriel, ce qui est le cas des bancassureurs, ou être en mesure de produire des solutions à forte valeur ajoutée en direction de réseaux spécialisés . Pour l’ensemble de ces experts, Zurich ou encore Continent Assurances, en tant qu’assureurs généralistes de petite taille, n’auraient ainsi pas pu faire de choix _de métiers suffisamment clairs. Generali, de son côté, a déjà commencé à segmenter ses métiers. La compagnie, qui regroupe à présent La Fédération Continentale, Guardian et Eagle Star Vie (qui distribue à 85 % ses produits via les courtiers indépendants), peut aujourd’hui se donner les moyens de constituer un véritable pôle dédié aux CGPI, avec la mise en place de solutions à forte valeur ajoutée.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici