☰ Menu eFinancialCareers

Sept startups en finance qui embauchent

Et si votre destin professionnel était entre leurs mains ?

Et si votre destin professionnel était entre leurs mains ?

Les grands établissements financiers ne font plus franchement rêver les employés de la finance et les étudiants. Au lieu de cela, les uns et les autres accordent plus d’intérêt aux projets entrepreneuriaux. Au point même que les grandes écoles commencent à organiser des évènements mettant à l’honneur l’écosystème entrepreneurial à l’instar de l’ESSEC qui lançait au début du mois sa première édition de « L’entrepreneuriat dans tous ses états ».

Reste que beaucoup de startups en finance manquent de visibilité,y compris auprès des professionnels de la finance attirés par des voies professionnelles alternatives. Faire parler de ces structures innovantes, c’est la nouvelle ambition de Finance Innovation, pôle de compétitivité du secteur financier, qui à l’occasion d’une conférence de presse organisée mardi 8 avril rappelait son rôle « d’usine à projets innovants ». Ainsi 500 startups financières ont été soutenues par le pôle depuis sa création en 2008 et 400 nouvelles structures pourraient voir le jour d’ici à 2017, selon l’objectif fixé par Jean-Hervé Lorenzi, nouveau président du Pôle. Objectifs ? Accompagner la transformation des métiers de la finance et la tendance à l’externalisation croissante des grands acteurs de la  bancassurance, tout en répondant aux nouveaux enjeux économiques et sociétaux.

Si toutes ces structures ne sont pas vouées à grandir de manière exponentielle, un certain nombre d’entre elles se développent rapidement et cherchent à recruter, notamment des profils issus de la finance. Nous avons choisi de mettre en lumière sept startups, qui pour la plupart embauchent activement. Cinq d’entre elles (Isodev, SlimPay, Pricing Partners, Spear, et Virage Viager) ont été présentées lors de la conférence de Finance Innovation. Deux autres structures plus anciennes (Kyriba et Weave), qui ont déjà fait leur preuve dans la durée, nous ont été signalées en direct par le pôle Finance Innovation, dont elles sont restées membres.

Les derniers champions de la création d’emplois

 

ISODEV: 50 emplois créés depuis 2012

Ce qu’ils font : Sous la présidence de Philippe Dupont, ancien patron du Groupe Banque Populaire et du Conseil de Surveillance de BPCE et née de la rencontre d’un entrepreneur (Germain Simoneau) et d’un banquier des PME (Patrick Touton), Isodev est le premier acteur indépendant du financement des TPE et PME françaises intervenant exclusivement en prêts participatifs s’adressant à deux types d’acteurs. D’un côté, la société renforce la trésorerie et les fonds propres des TPE- PME qui investissent, sans garantie, sans caution, sans dilution du capital. De l’autre, Isodev propose ainsi une nouvelle classe d’actifs aux investisseurs institutionnels, suscitant ainsi l’intérêt de nombreux assureurs qui y ont vu un moyen efficace de financer les PME françaises.

Les chiffres ?
– 50 emplois créés depuis 2012
– 600 PME financées pour un total de 30M€ après un an d’activité commerciale
– Une levée de fonds obligataires pour le financement des entreprises de 55M€ auprès d’assureurs, couplée à une convention de garantie du Fonds Européen d’Investissement.

Recrutent-ils ? OUI, notamment des profils provenant de la banque, du crédit-bail, de l’assurance-crédit. Une dizaine d’offres d’emploi sont actuellement proposées, principalement des fonctions liées au business développement et aux risques.

SLIMPAY : Plus de 20 emplois créés en deux ans

Ce qu’ils font : Issus du monde du paiement en ligne et du commerce en ligne, les deux co-fondateurs Jérôme Traisnel et Jean-Louis Hoenen ont lancé SlimPay en 2012 pour faciliter et sécuriser les achats et abonnements en ligne. En bref, SlimPay transforme la migration imposée au SEPA (Single Euro Payments Area) grâce à une solution de « e-SEPA » en une opportunité de rationaliser et digitaliser la relation client. Etablissement de Paiement agréé en France, SlimPay dispose de licences pour opérer dans les principaux pays de l’Union Européenne.

Les chiffres ?
– Plus de 20 emplois créés (6 nationalités)  depuis 2012
– 300% de croissance du chiffre d’affaire en 2013 et au premier trimestre 2014
– L’utilisation de la solution e-SEPA pour plus de 2,4 milliards d’euros d’encaissement en 2014.

Recrutent-ils ? OUI, un profil commercial pour son développement en Europe, et des profils techniques (Ingénieur Recherche & Développement JEEE, Administrateur Système / Réseau / Sécurité).

La startup fondée par un ex-Goldman qui vient d’être rachetée par Thomson Reuters

 

PRICING PARTNERS : La startup qui s’est faite un nom dans les salles de marchés

Ce qu’ils font : Pricing Partners est née de la volonté de son fondateur Eric Benhamou, un ancien analyste quantitatif employé par Goldman Sachs puis Natixis, de commercialiser une suite logicielle de valorisation et calcul de risques de produits financiers complexes similaire à ce qui pouvait exister dans les salles de marchés. Depuis sa création en 2005, la société a participé au projet CreditNext, logiciel de valorisation indépendante de titres financiers, et de la plateforme « Price-it Online » commercialisée dans le monde entier. En 2013, la société a été rachetée par Thomson Reuters mais son fondateur n’a pas passé la main, puisqu’il occupe le poste de PDG.

Les chiffres ? Evolution de Pricing Partners entre 2007 et 2013 :
– 18 nouveaux emplois pour un total de 25
– Une croissance de 25% du revenu par employé, de 100K€ à 125K€
– Le CA est passé de 700K€ dont 100K€ à l’étranger à 3,1M€ dont 1,6M€ à l’étranger
– Deux nouveaux bureaux ouverts à Londres et Hong-Kong en plus de celui de Paris

Recrutent-ils ? À Paris, uniquement des offres de stage (ingénieur valorisation, IT/Quant) sont actuellement consultables sur leur site Internet.

Les startups à vocation sociale les plus prometteuses

 

S.P.E.A.R : Un exemple concret de collaboration entre un acteur innovant du financement et les acteurs dits traditionnels

Ce qu’ils font : C’est pendant leurs études à Dauphine et à HEC que François Desroziers et Nicolas Dabbaghian ont décidé de fonder SPEAR, le premier site internet français qui permet à des épargnants de choisir la destination de leur argent parmi une sélection de projets à fort impact social, culturel ou environnemental. Les acteurs solidaires sélectionnés bénéficient de taux minorés auprès de banques partenaires grâce au capital constitué par les épargnants sous forme de parts sociales de la coopérative SPEAR et déposé sur des comptes à terme à la banque.

Les chiffres ?
– 3 nouveaux emplois en deux ans
– 2M€ de financement levés répartis en 13 projets
– 3 partenariats bancaires : Crédit Coopératif, Société Générale et Crédit Municipal de Paris

Recrutent-ils ? « A priori, nous n’embaucherons pas de CDI dans les 6 prochains mois. En revanche, compte tenu du rythme de développement de la société, il est très probable que nous ayons à recruter d’ici un an », nous a précisé François Desroziers, l’un des co-fondateurs.  

VIRAGE-VIAGER : Un nouveau concept d’investissement pour répondre au défi du vieillissement de la population

Ce qu’ils font : Eric Guillaume, président de Virage-Viager, a lancé et pilote – pour le compte de l’Union Mutualiste Retraite (UMR) – Coremimmo, le premier viager mutualisé dans des fonds d’investissement. Le concept innovant Koésion (viager mutualisé) permet aux sociétaires de mutuelles d’assurance de percevoir un capital tout en leur permettant de rester « mieux vivre à domicile ». De l’autre côté, il permet l’investissement en immobilier résidentiel pour des gestionnaires d’actifs en limitant le risque. Plus de 20.000 personnes en 2014 attendent une solution viagère. Selon L’Agefi d’aujourd’hui, Virage Viager serait l’une des deux sociétés candidates restantes pour décrocher le mandat du fonds viager de la CDC.

Les chiffres ?
– Depuis mars 2012, lancement opérationnel, avec un fonds de réserve Coremimmo de 40 M€.
– Levée de fonds de 600 K€
– 5 emplois directs (structuration de fonds) + 20 emplois temporaires selon les levées de fonds.
– Fonds entre 20 et 100 M€, soit de 150 à 600 biens selon les périodes d’investissements

Recrutent-ils ? Pas dans l’immédiat, mais son fandateur Eric Guillaume anticipe la création d’une dizaine d’emplois hautement qualifiés en finance (structuration de fonds, gestion de risques) d’ici à deux ans.

Les startups qui ont déjà fait leurs preuves (plus de 250 emplois chacun)

Ces deux sociétés nous ont été mentionnées par Maximilien Nayaradou, directeur de projets R&D du pôle de compétitivité au cours d’une rencontre fin 2013. Quand nous l’avions interrogé sur les startups membres du pôle qui avaient connu une véritable success story, Kyriba et de Weave sont les noms qu’il a spontanément cités.

KYRIBA : 10 ans de développement international et toujours en mouvement

Ce qu’ils font : Créée en 2000 par Nathaniel Fraiberger, aujourd’hui reconverti dans l’immobilier, Kyriba est dirigée depuis 2003 par Jean-Luc Robert, et est devenu rapidement leader mondial en solutions de gestion de trésorerie de nouvelle génération dans le Cloud. La société est pionnière en solutions SaaS (Software-as-a-Service) de gestion de trésorerie et de risques financiers permettant aux équipes Finance d’optimiser leur cash, de gérer leurs risques et de valoriser leur capital. La société est régulièrement récompensée pour ses innovations.

Les chiffres ?
– En plus de son siège social situé à San Diego, l’entreprise dispose de bureaux à New York, Paris, Londres, Tokyo, Hong-Kong et Rio de Janeiro
– Plus de 300 collaborateurs.
– Plus de 750 clients dans le monde.
– En 2013, une levée de fonds de 18 millions de dollars

Recrutent-ils ? OUI, à Saint-Cloud, où est basée la société en France (Inside Sales, Ingénieur développement logiciel Senior, Business Development Representative) et à Londres (Cash Management Consultant).

WEAVE : une société de conseil en stratégie opérationnelle pas tout à fait comme les autres

Ce qu’ils font : Créé en 2001 et dirigé depuis par Didier Rousseau, Weave est un cabinet de conseil en stratégie opérationnelle. La société développe et met en œuvre pour des grands comptes en France et en Europe, notamment dans le secteur de la bancassurance, des « stratégies de rupture » permettant d’apporter de nouvelles réponses aux clients. Un modèle de conseil fondé sur la « valorisation de l’impertinence constructive » et « l’immersion dans la culture de nos clients ». Le cabinet se veut aussi modèle en matière d’entreprise citoyenne (label EFQM (European Foundation for Quality Management, Charte de la diversité en entreprise…).

Les chiffres ?
-240 consultants en France, 10 consultants en Belgique
-21 associés
-12 ans d’expérience dans le conseil et les institutions financières

Recrutent-ils ? OUI, plus d’une vingtaine d’offres d’emploi sont actuellement visibles sur leur site, dont 4 postes de consultants/mangers juniors et seniors spécialisés dans le secteur bancaire et 3 postes similaires pour couvrir le secteur de l’assurance. Tous secteurs confondus, la société est à la recherche de 15 consultants juniors.


commentaires (0)

Comments

Réagissez

Pseudo

Champ obligatoire

Adresse e-mail

Adresse e-mail invalide

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici