☰ Menu eFinancialCareers

Gestion d’actifs : les investisseurs institutionnels français embauchent

Loin des grandes vagues de licenciements puis d’embauches orchestrées par les banques et leurs sociétés de gestion, les investisseurs institutionnels se veulent plus constants. Depuis un ou deux ans, la tendance est clairement au recrutement. Dans un mouvement d’internalisation du processus d’investissement, les caisses de retraite et les assureurs cherchent des gérants d’actifs. Mais pas n’importe lesquels, et de façon qui reste relativement discrétionnaire.

Ce mouvement colle de près à l’évolution du processus d’investissement de ces grands acteurs. Aujourd’hui en France, près des deux tiers des actifs des investisseurs institutionnels font l’objet d’une délégation de gestion, c’est à dire confiée à des gérants externes. Ce chiffre suit une évolution contrastée. La délégation de gestion est soumise à deux vents contraires. D’une part celui de la recherche de la meilleure expertise dans les classes d’actifs non core . Pour celles-la, parmi lesquelles le high yield , les titres des zones émergentes, les actions américaines ou small caps , le développement de ressources en interne ne semble pas rentable. À l’inverse, de plus en plus de gestions ont tendance à s’armer des moyens nécessaires pour gérer les grandes classes d’actifs que sont les actions et obligations de la zone euro.

Création de Sociétés de Gestion de Portefeuille

C’est sur ces classes d’actifs que se trouve le gisement d’emplois nouveaux : les investisseurs institutionnels abandonnent donc le principe de la délégation de gestion aux gérants externes pour le faire eux-mêmes. Au cours des derniers mois, des acteurs aussi importants que Médéric, Ionis ou AG2R ont franchi le pas en créant leur propre société de gestion de portefeuille (SGP). Deux raisons principales à cela : économiser sur les frais de gestion et pouvoir commercialiser des fonds agréés par l’Autorité des Marchés Financières (AMF), pour profiter notamment du développement de l’épargne salariale. C’est ainsi qu’AG2R a créé AG2R Gestion d’actifs, en remplacement de la direction financière.

À ces débuts, la SGP a recruté 5 gérants, dont deux sur le marché actions et deux sur l’obligataire et un sélectionneur de fonds. L’équipe ne cesse de grandir. Le président du directoire d’AG2R gestion d’actifs, Dominique Eugène décrit : après avoir déterminé un périmètre de compétences, nous nous sommes concentrés sur quelques grandes classes d’actifs. Nous gérons en direct sur le segment investment grade du marché obligataire en euro, ainsi que les actions des grosses capitalisations. Pour ce qui est du high yield , de la gestion alternative ou des actions des pays non euro, nous sélectionnons directement des fonds ouverts sans faire d’appel d’offres .

Package en dessous du marché

Fort d’un portefeuille de 7,5 milliards d’euros, ProBTP cherche en ce moment à renforcer ses effectifs, notamment dans le pôle actions, afin de prendre en charge la gestion de fonds actions et de définir l’allocation d’actif du portefeuille. Sa filiale Gestion BTP ne cesse de progresser dans le classement des prestataires en épargne salariale qui est l’un des axes de développement fort des caisses de retraite. Chez Ionis, on recrute des gestionnaires de taux et d’actions, et le diplôme complémentaire de la SFAF (Société française des analystes financiers) est vivement apprécié.

Des embauches, certes, mais pas au prix du marché. Du moins pas encore. Si les salaires sont compétitifs, les systèmes de bonus se développent lentement, mais sûrement. Question de culture, donc de temps.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici