☰ Menu eFinancialCareers

Nouvelles méthodes d’évaluation chez UBS, Citigroup et SocGen en vue des prochains bonus

Montants, structures, critères d’attribution… Les médias et les régulateurs veulent désormais tout savoir sur la rémunération des banquiers.

Aussi les banques ne se sont pas contentées de revoir les règles de distribution des bonus à l’instar de Credit Suisse qui est la dernière en date à annoncer, ce matin, une refonte de la structure de ses rémunérations, elles ont également pris à bras le corps le sujet de l’évaluation des professionnels qui conditionnent en partie les montants distribués.

“360-degree assessment”

D’après le Financial News, UBS, Citigroup et Société Générale figurent parmi les banques à avoir remodelé leur système de notation ces derniers mois.

Citigroup a introduit un modèle de notation sur 100 basé sur une série complexe de facteurs tels le nombre de produits vendus aux clients, la capacité à travailler en équipe, l’avis des supérieurs et des collègues. Ce dernier critère étant inspiré du “360-degree assessment” appliqué chez Morgan Stanley et Goldman Sachs, dans lequel l’employé est noté à la fois par ses supérieurs, ses collaborateurs proches et les personnes qu’il a sous sa responsabilité.

À l’inverse, UBS a simplifié sa grille d’évaluation : chaque collaborateur obtient une note de 1 (excellent) à 5 (insatisfaisant). Par le passé, la banque évaluait ses employés sur la base d’une double notation, l’une concernait les compétences (appréciation de A à D), l’autre la contribution de l’employé aux résultats collectifs (notes de 1 à 4).

La collaboration en interne et la gestion des risques notées

Société Générale a, quant à elle, intégré formellement des critères tels que la qualité du risk management et du management de personnel dans sa grille d’évaluation. Interrogée, la banque n’a pas souhaité nous donner davantage de précisions, nous renvoyant au rapport sur les politiques et pratiques de rémunération 2009, publié au printemps dernier.

On peut notamment y lire qu’il n’y a pas de lien direct et automatique entre le niveau des résultats financiers d’un professionnel des marchés financiers et son niveau de variable . Car est pris en compte la manière dont ce niveau de performance a été atteint : gestion prudentielle des risques, respect des règles de déontologie et qualité de la collaboration en interne (par exemple entre front offices et back/middle offices) . La participation à des enquêtes de rémunération permet de prendre également en considération les niveaux de rémunération pratiqués par les principaux concurrents.

Pression des politiques et des régulateurs

La mise en place de nouveaux systèmes de notation sera bientôt le lot de nombreuses autres banques, poussées à se reformer sous la pression des régulateurs. Fin décembre, le Comité de Bâle avait emboîté le pas au Comité européen des superviseurs bancaires (CEBS) en appelant à plus de transparence sur le mode de calcul des rémunérations ainsi que sur la manière dont elles les lient avec la performance de leurs banquiers (La Tribune).

Et sur le fond, le message se veut tout aussi clair, notamment en Grande-Bretagne où le Premier ministre britannique David Cameron a appelé hier les banques de la City à accorder des bonus moins importants que l’an dernier dans une interview donnée à la BBC. Le centre de recherche CEBR avait évalué en octobre à sept milliards de livres (8,4 milliards d’euros) les bonus que les banques de la City accorderont au titre de 2010, soit une baisse de 4% par rapport à 2009.

commentaires (4)

Comments
  1. Ce n’est pas en France que l’on verra un “360-degree assessment”. Trop fana de la hierachie ! On peut toujours interogé les collaborateurs pour la forme mais je ne crois pas une seconde que cela puisse avoir le moindre poids dans l’évaluation.
    Pour la simple raison que le boss a FORCEMENT raison puisqu’il est le boss!!!

  2. faux : je travaille a Societe generale, et j’ai eu droit a une evaluation 360

  3. 360 depuis 5 ans a la bnp paribas…
    C’est bien d’avoir des convictions anti francaises mais……..

  4. et les discriminations sexe et age en salle de marchés

    c’est pour quand la sanction 360 degré des banques d’investissement qui n’hésitent pas à faire du pénal qui plus est pour transferer ce risque

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici