☰ Menu eFinancialCareers

Robert Walters confirme la reprise de l’emploi en Finance à Paris

CoralieRachet2013

Avec sa centaine de consultants en France, le cabinet Robert Walters figure parmi les leaders du marché du recrutement en finance à Paris. Une nouvelle directrice France – Coralie Rachet – vient de prendre ses fonctions. Elle a accepté de nous donner sa vision de l’évolution du marché hexagonal de l’emploi en finance, et comment celle-ci impacte la stratégie du cabinet. Sans oublier de nous rappeler le rôle que peut remplir un cabinet de recrutement pour les candidats.

Dans le communiqué de votre nomination, on peut lire que le groupe a vu ses profits augmenter de 20% sur le 1er semestre 2013 et, en France, a connu une croissance de 5% de son chiffres d’affaires. Quel est le moteur de cette croissance ?

Cela fait 10 ans que Robert Walters prend chaque année des parts de marché en France, en dépit des difficultés du marché. Cette  croissance ininterrompue repose principalement sur nos trois activités historiques que sont la Finance, le Juridique & Fiscal et la Banque de Financement & d’Investissement sur lesquelles le cabinet continue d’investir. Nous avons également développé des activités plus récentes comme l’IT, les Ressources Humaines, le Marketing & Commercial, l’Ingénierie, l’Immobilier et l’Assurance.

Vous avez été précedemment manager du pôle Finance de Robert Walters. Faut-il voir à travers votre nomination un signe d’engagement et de reprise dans ce secteur ? 

Le fait de nommer un patron exclusif pour la France [ndlr : fonction précédemment assumée par Antoine Morgaut, CEO Europe et Amérique du Sud] est en effet le signe que nos bureaux présentent un fort potentiel de développement, notamment sur la place que la Finance doit occuper dans notre positionnement en France.

Justement, on voit que les recrutements repartent à Londres. Qu’en est-il à Paris ?  

À Paris également, les indicateurs sont plus rassurants depuis mai. L’activité des cabinets de Conseil et d’Avocats est dynamique. Nous sommes mandatés par ces derniers pour des profils tant d’Associés que de Collaborateurs en M&A ou encore de Financement. Ce qui n’était pas le cas ces dernières années, où l’activité était beaucoup plus défensive (Droit Social, Contentieux/Restructuring). Autre indicateur qui ne trompe pas : l’augmentation de 15% des volumes de nos missions sur les deux dernières semaines de septembre par rapport à la même période l’an passé.

LIRE AUSSI :

Robert Walters, porteur de bonnes nouvelles pour les banquiers français

Les 12 jobs incontournables en finance d’ici à fin 2013

Des recrutements au sein du cabinet sont-ils à l’ordre du jour ?

Absolument, nous avons réalisé plusieurs recrutements de consultants à la rentrée. Au total, à la fin de l’année, on aura consolidé plusieurs de nos équipes, notamment pour le pôle bancaire et la Finance Corporate (M&A, Haut de Bilan).

À qui profite la reprise des recrutements sur la place financière parisienne ?

L’activité Finance continue d’enregistrer une situation de quasi-plein emploi sur les postes de cadres financiers, notamment dans les Services, L’Energie et les Nouvelles Technologies. Ainsi que dans l’Industrie qui, contre toute attente, a généré de bons niveaux de recrutement pour accompagner les transformations et soutenir les projets R&D. Les volumes des postes continuent par ailleurs d’être portés par la recherche d’expertise (Consolidation, Trésorerie) et par le recrutement de DAF français à dimension internationale.

Quant aux recrutements en Banque, ils sont dynamisés par les Senior Bankers pour les lignes Coverage et par les profils ayant 4 à 8 ans d’expérience en M&A, tous deux pénuriques. Par ailleurs, les métiers du ECM risquent de profiter de la hausse des marchés avec le retour des IPO, et par des candidats spécialisés en Coverage pour la gestion des succursales de banques internationales.

En Assurance, les entreprises s’arrachent des candidats ayant développé une expertise recherchée, qu’elle soit technique, fonctionnelle ou organisationnelle, tels que des Ingénieurs Prévention des Risques, des Actuaires et des Souscripteurs.

Dans ce contexte, quels conseils donneriez-vous aux candidats sur la manière de mener une recherche d’emploi aussi efficace que possible ? 

Outre les emails personnalisés, les réponses à des annonces spécifiques, l’envoi de CV actualisés, le développement du réseau et la transparence sur les attentes, je recommande aux candidats de passer par un cabinet de recrutement. Cet intermédiaire de l’emploi est essentiel pour aider le candidat à trouver une adéquation parfaite entre ses besoins et celles du marché, grâce à un accompagnement personnalisé (préparer un entretien, valoriser son CV, donner de la visibilité à ses compétences).

Notre dernière enquête a pourtant montré que seuls 19% des candidats en Finance se déclarent satisfaits ou très satisfaits par le processus de recrutement après avoir eu à faire à un cabinet de recrutement…

Je suis assez surprise par ce chiffre qui n’est pas le reflet des enquêtes de satisfaction candidats que nous menons régulièrement pour perfectionner nos services. Chez Robert Walters, nous veillons à mener un travail de sélection en amont qui nous permet d’assurer des accompagnements réussis. C’est sur cette attention particulière accordée aux candidats que nous faisons la différence.

 

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici