☰ Menu eFinancialCareers

Natixis se paye un nouveau patron des dérivés actions (ex-Morgan Stanley, ex-SGCIB)

Selim Mehrez, nouveau patron des dérivés actions chez Natixis

Selim Mehrez, nouveau patron des dérivés actions chez Natixis

Ce matin, Natixis annonçait le recrutement de Selim Mehrez, débauché de chez Morgan Stanley, comme nouveau responsable mondial des dérivés actions. Il prendra ses fonctions à Paris, le 1er janvier 2014. Cette nomination intervient seulement 10 jours après celle de Christopher Lovgren, nouveau responsable mondial de la syndication de crédit, précédemment chez ING.

Loin de la « rentrée sociale » qui lui avait été promise, Natixis afficherait presque l’image d’une banque conquérante. Depuis cet été, pourtant, la rumeur courre que 500 à 700 suppressions d’emplois seront annoncées d’ici la fin de l’année. Un chiffre qui correspondrait peu ou prou à  son contingent annuel de départs naturels, selon L’Agefi.

Silence radio jusqu’à mi-novembre

« En réalité, personne, sauf la direction, n’est capable de dire ce qu’il en sera avant l’annonce du plan stratégique en novembre », assure Jean-Noël Tribolo, délégué syndical de la CFTC, l’un des trois syndicats signataires du nouvel accord sur l’emploi signé début septembre aux côtés de la CFDT et de la SNB, qui exclut les départs contraints dans l’éventualité d’un nouveau plan de suppressions de postes. Ce syndicaliste envisage tous les scénarios, y compris celui du développement d’activités comme les dérivés actions portées par la nomination de Selim Mehrez. Cependant, « pour l’heure, côté effectif, c’est plutôt le statu quo qui prime », nuance-t-il.

La banque n’a pas souhaité commenter, se contentant d’évoquer des « recrutements classiques de professionnels dont le profil intéressait Natixis », nous a confié une porte-parole qui nous donne rendez-vous au 12 ou 13 novembre, dates a priori privilégiées pour l’annonce du nouveau plan stratégique de l’établissement, une semaine après la publication prévue des résultats du 3e trimestre.

Selim Mehrez a répondu positivement à l’appel de son ex-boss

Un chasseur de têtes parisien interrogé relativise l’arrivée de Selim Mehrez, qui intervient après le départ de Jean-Claude Petard et son adjoint Mohamed El Babsiri, partis fin février. Pour cet expert des marchés, il s’agit là d’un recrutement logique, rappelant que ce Selim Mehrez est « l’ancien lieutenant de Luc François, à la tête des activités de marchés de Natixis depuis un an. François est quasiment le “père spirituel” de Mehrez, ayant été d’abord son patron chez SGCIB puis chez Morgan Stanley », commente ce chasseur qui « doute qu’ensemble ils aient les moyens ni même l’envie de reconstruire la franchise qu’ils avaient développé chez SGCIB avant la crise ».

L’année 2012 a été marquée par une restructuration des équipes Equity Markets chez Natixis. Les mouvements au sein de la banque de grande clientèle ne semblent pas entièrement achevés. Luc François est un homme des métiers actions, et l’arrivée d’un professionnel reconnu comme Selim Mehrez, passé par SGCIB, Goldman Sachs et Morgan Stanley est sans doute le signal que Natixis a encore des ambitions dans les activités de dérivés notamment, nous confie une chasseuse de têtes parisienne. 

« On devrait entendre parler à nouveau de développements, mais ce sera principalement à l’international comme pour toutes les autres banques françaises qui recrutent en ce moment à Londres et New-York en priorité », ajoute cette consultante, qui voit dans le recrutement à Paris de Selim Mehrez une « exception qui confirme la règle ». 

Les regards tournés vers le corporate finance

Il n’empêche, Natixis pourrait bien vouloir adopter l’ouverture d’esprit de sa concurrente CACIB, qui par la voix de sa DRH, Ivana Bonnet, indiquait la semaine dans l’Agefi qu’après une période de ralentissement entre 2011 et 2013, la banque d’investissement allaient devoir recruter des jeunes au cours des trois années à venir… D’après les observateurs, à Paris, les recrutements devraient toutefois concerner en priorité le corporate finance, secteur dans lequel Natixis précisément souhaite se développer sous l’impulsion de Marc Vincent, ex-patron de Mediobanca France, nommé il y a un an. Du côté des activités de marchés, la capitale parisienne reste pour l’heure le parent pauvre des développements et des recrutements, au profit de Londres, à l’exception peut-être encore des activités de support.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici