☰ Menu eFinancialCareers

AM : Les profils qui peuvent tirer leur épingle du jeu

Inutile de dire que les dernières semaines de tempête boursière n’ont pas été de nature à favoriser les appétits des sociétés de gestion en matière de recrutement. L’année avait pourtant bien commencé: les grands groupes, sur le point de finaliser leur restructuration et leur organisation, avaient identifié de nouveaux besoins et relancer progressivement les embauches ; nombre de sociétés françaises s’étaient fixées de nouvelles ambitions, notamment à l’international ; les mouvements commençaient à entraîner des appels d’air…

Certes le marché avançait sans ligne directrice claire et les situations étaient très variables d’une institution à l’autre ou encore d’une activité à l’autre, mais le recrutement n’était plus tabou, au contraire et l’année 2011 marquait une bonne relance. Désormais la perspective d’une normalisation s’efface à nouveau, craint Vincent Picard, directeur associé du cabinet de recrutement Fed Finance.

Ce recruteur et d’autres de ses confrères contactés la semaine passée nous ont cependant assuré qu’aucune mission confiée par des acteurs de la gestion, pourtant très inquiets, n’avait alors été stoppée.

Pas de gel officiel donc, mais un attentisme certain, avec des besoins qui se sont pas (encore?) remis en question. Certains métiers et certaines expertises pourraient être relativement protégés contre ce retournement. Un point sur les principales fonctions en question:

Du côté des gestionnaires :

Total ou absolute return : Une approche qui a le vent en poupe, où il y a une véritable envie de se renforcer et d’investir, selon Vincent Picard, qui constate une certaine tension sur ce marché de spécialistes, assez rétréci. Même son de cloche chez Singer & Hamilton:Sur les 18 derniers mois, on a vu des équipes se créer sur ces segments à la fois sur les taux et les actions. Et les turbulences actuelles sur les marchés ne devraient pas affecter la demande puisqu’il s’agit de choix de gestion pertinents dans un contexte de marché volatile, anticipe Nadia Tortel, associé du cabinet de chasse Singer & Hamilton.

Governement bonds : Côté fixed income, alors que les recrutements sur les credit corporate Investment grade se sont asséchés, on s’intéresse à nouveau aux gérants Government Bonds (gestion de la courbe des taux) que l’on n’avait pas recruté depuis des années, relève Nadia Tortel.

High yield : Côté candidats, le marché est étroit mais ces spécialistes reviennent à la mode. Les sociétés de gestion se renforcent sur la partie credit high yield. Nous constatons à nouveau des besoins de recrutement, témoigne Nadia Tortel.

Métaux, ETF, matières premières, énergie, utilities, émergents, real estate… sont autant de marchés sur lesquels un certain nombre de sociétés souhaitent se développer. Les spécialistes de ces marchés sont potentiellement à même de créer des poches de profitabilité, explique Tania Petersen, associée au sein du cabinet de chasse de têtes CTPartners. Tout le monde cherche à diversifier ses investissements et compléter sa gamme de produits. Ces experts, à condition qu’ils soient reconnus sur le marché et par les clients, permettent de les y aider.

Du côté commercial :

Le commercial senior avec un track record : La demande sur les vendeurs est anecdotique. Si demande il y a, elle est plutôt opportuniste et concerne des profils reconnus sur la place et capables de capitaliser sur leurs réseaux, mais finalement rares sont les sociétés aujourd’hui en mesure de s’offrir des professionnels d’un tel calibre, remarque Tania Petersen.

Du côté des opérations :

Le responsable middle office ou middle office senior : Les sociétés sont particulièrement intéressés par les opérateurs qui ont travaillé en mode projets, capables d’apporter des idées, et dotés d’une expérience en management ou d’une expertise produits spécifique, constate Vincent Picard, qui n’exclut pas par ailleurs qu’au vu du contexte actuel certains CDI proposés pour des postes classiques de middle office se transforment en CDD.

Du côté des fonctions support :

Contrôle interne et contrôle des risques : Les chasseurs de têtes entendent moins parler de ces fonctions. Les recrutements des responsables d’équipes et des experts les plus expérimentés ont été prioritaires mais le gros des mouvements est terminé, selon Tania Petersen. En revanche, au niveau des collaborateurs ces fonctions sont toujours d’actualité, les équipes sont encore souvent sous-staffées au regard des contraintes réglementaires, relève Vincent Picard.

Les spécialistes IT : Un certain nombre de maisons ont accumulé du retard sur le terrain technologique. Elles devront agir dans les 6-12 prochains mois, crise ou pas. Les fonctions informatiques (architectes, développeurs…) ne peuvent plus passer à la trappe au profit des métiers du front-office, assure Nadia Tortel. Les besoins couvrent notamment la gestion de projet.

Et aussi :

Les allocataires d’actifs et les analystes credit : Les banques privées sont aujourd’hui gourmandes en spécialistes capables de fournir à leurs clients des conseils techniques pointus en matière d’investissements, qu’elles vont de plus en plus chercher dans l’univers de l’asset management comme les allocataires d’actifs et les analystes credit. À terme, ces mouvements pourraient créer des appels d’air et une tension sur ces fonctions, prédit Tania Petersen.

commentaires (7)

Comments
  1. ça fait un bon p’tit moment que l’on prévoit des recrutements massifs au niveau des financements strucuturés de matière premiers et export mais pour l’instant on ne voit pas grand chose! la crise des liquidités a de graves conséquences sur certaines de ces activités…

  2. quels emplois pour un jeune diplomé aujourd’hui????

  3. Quand on se lance, mieux vaut postuler dans un secteur ayant le vent en poupe et de l’avenir.
    La finance de marché n’a pas d’avenir.

  4. Merci à tactik de ces encouragements…

  5. En même temps, il n’a pas tort…
    Les marchés sont morts pour 2 à 5 ans selon les scénarios…

  6. Hec Trading, malhreureusement je ne peux que confirmer…diplomee 2009, en marche a Londres…non seulement c’est l’impasse mais les recrutements sont en pause. Ceux qui comme moi sont deja sur le marche sont obliges de saccrocher a leur desk comme si leur vie en dependait parce qu’il n’y a pas d’autres alternatives

  7. 2 ans que je suis diplômé… 2 ans de galère a courir après un stage, un CDD, re-stage. Plan social, restructuration… je vais finir stagiaire Senior !!

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici