☰ Menu eFinancialCareers

Recrutements aux US, une fac à Singapour : le destin de BNP Paribas est à l’étranger

BNP Paribas s’apprêterait à recruter « au moins 100 à 200 personnes aux Etats-Unis dans sa banque d’investissement » dans le cadre d’un nouveau plan d’expansion en Amérique du Nord, selon le Wall Street Journal. L’objectif selon le quotidien est pour la première banque française d’augmenter de 1 milliard d’euros le produit net bancaire de ses activités américaines de banque d’investissement au cours des deux à trois prochaines années.

A ce stade, aucune information n’a été donnée par la banque. Les détails de ce plan devraient intervenir plus tard dans l’année. D’après la présentation de Jean-Laurent Bonnafé, PDG du groupe, devant les investisseurs la semaine dernière, BNP Paribas s’en tient au calendrier dans le déroulé de son plan « Simple & Efficient »  – son nouveau grand programme de développement sur 2014-2016 – annoncé en février dernier.

Après un premier focus sur la région Asie-Pacifique avec 1.300 recrutements prévus sur d’ici à 2016, la banque s’est concentrée sur son principal marché, l’Europe, avec Hello Bank, la première banque mobile européenne 100% digitale et lancée officiellement aujourd’hui en France. Un lancement qui s’est fait d’ailleurs sans sa patronne Virginie Fauvel, qui a quitté tout récemment ses fonctions pour rejoindre l’assureur Allianz France.

D’autres plans de développement seront détaillés dans les prochains mois, a indiqué Jean-Laurent Bonnafé. Si les Etats-Unis ne sont pas directement cités dans ce récent document, la volonté de s’y développer n’est pas une surprise. La région a souvent été mentionnée comme l’une des zones prioritaires pour le développement de la banque à l’instar d’autres grandes banques européennes à la recherche de relais de croissance.

8% des effectifs du groupe

L’Amérique du Nord, qui représente 8% des effectifs du groupe, a vu le nombre d’employés passer de 10.000 en 2002 à 15.000 fin 2012. La crise, la réduction des activités CIB, qui ne représentent plus que 11% des effectifs du groupe dans le monde, et les suppressions de postes faisant, le nombre de salariés dans la région est cependant resté quasiment stable entre 2007 et aujourd’hui. BNP Paribas veut donc désormais donner un nouvel élan à son développement aux Etats-Unis.

Ce tournant est déjà visible avec un certain nombre de recrutements réalisés ces derniers mois. Il a même été acté dans le document de référence 2012 de la banque, dans lequel celle-ci précise que sur les 18.737 recrutements réalisés au cours de l’année passée « près de 60 % des recrutements sont en Europe dont 10 % en France […]. Néanmoins, les plus grands recruteurs sont, par ordre décroissant, les États-Unis, la Turquie, l’Inde et la France », peut-on y lire.

L’Asie, le grand gagnant

La crise a clairement forcé BNP Paribas à s’émanciper du marché européen. Ainsi, le nombre de personnes employées en dehors du vieux Continent a plus que doublé pendant la crise. La région Asie-Océanie en tire les principaux bénéfices puisque les effectifs ont augmenté de 4.200 personnes entre 2007 et fin 2012. Ce qui correspond à autant d’effectifs en moins en France au cours de la période (-4.300 postes).

Preuve que BNP Paribas embrasse son destin asiatique, la banque planifie de construire une université dédiée aux métiers bancaires à Singapour, a dévoilé la correspondante locale d’eFinancialCareers. Objectif ? Développer les compétences locales plutôt que de dépendre de recrutements de professionnels étrangers.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici