☰ Menu eFinancialCareers

Débordés et sous-payés, les banquiers français sont les plus stressés au monde

Plans sociaux, rémunérations en berne, pression des objectifs, transformation du secteur à marche forcée… Les banquiers ne comptent plus les raisons de leur mal-être croissant.  C’est ce que révèle une étude d’eFinancialCareers*, réalisée auprès de près de 3.400 financiers en Europe, aux Etats-Unis et au Moyen-Orient. Quelque soit, leur implantation, le niveau de stress est important chez l’ensemble de ces professionnels, et quasiment partout en hausse.

Une journée trop courte pour venir à bout de leur travail

Les professionnels de la finance français arrivent en tête avec 60% se déclarant très souvent ou souvent stressés par leur quotidien au travail, et près de deux tiers (63%) estimant que leur niveau de stress a augmenté au cours des 6 derniers mois. Suivent ensuite les financiers basés en Grande-Bretagne, avec 57% des professionnels interrogés déclarant un niveau de stress en augmentation, suivi par l’Allemagne et le Moyen-Orient (50% chacun). Les Etats-Unis semblent être les moins impactés par cette hausse (41%).

Les raisons invoquées pour expliquer cet état de stress sont d’abord souvent liées à la charge de travail. Ainsi 63% des Français se disent poussées à faire de longues heures. Les financiers français sont parmi les plus nombreux à estimer leurs journées trop courtes (66%), contre 60% des Américains. Ce sentiment est encore plus répandu au Royaume-Uni, avec 71% de répondants concernés.

Pas assez payés !

Autre source majeur de stress des financiers : le sentiment d’être sous-payé, affiché par plus de deux-tiers de l’échantillon total (68%). Les Français, qui affichent souvent pourtant des niveaux de rémunération en-deçà de leurs confrères basés à l’étranger, se situent dans le bas de cette fourchette (60%) alors que plus de 7 financiers sur dix au Royaume-Uni, aux Etats-Unis et au Moyen-Orient estiment ne pas avoir une rémunération à la hauteur de leurs attentes.

Les rémunérations dans l’industrie financières ont été sous le feu nourri de l’opinion publique et des régulateurs ces dernières années, particulièrement en Europe. Ceci a eu pour conséquence un encadrement des bonus beaucoup plus strict : étalement du bonus et des montants différés sur 3 ans en moyenne, et bientôt plafonnement du montant du bonus par rapport au salaire fixe.

Philip Hodson, un psychologue britannique qui travaille régulièrement avec des banquiers d’investissement, explique qu’aussi ridicule que cela puisse paraître – les bonus en baisse sont un énorme catalyseur de stress : « Il n’y pas d’accompagnement, de tape dans le dos, de chouchoutage particulier en banque d’investissement. Le seul moment où les gens savent s’ils ont fait ou non du bon travail, c’est lorsqu’ils reçoivent leur bonus. Se voir attribuer un petit bonus, surtout par rapport à ses collègues, c’est une claque psychologique », commente cet expert.

L’accompagnement RH en berne

L’apparition de « bonus zéro » cette année à Paris et une différenciation croissante dans la distribution des bonus en France ne sont ainsi probablement pas étrangères à l’accroissement du stress chez les professionnels français.

Les banques qui ont longtemps utilisé le levier de la rémunération pour motiver leurs collaborateurs doivent rapidement s’adapter à la nouvelle donne. Faute de quoi elles prennent le risque de perdre leurs meilleurs éléments.  Le dernier baromètre RH Banque Michael Page-AGEFI, publié en novembre dernier, indiquait que 69% seulement des cadres bancaires avaient une image positive de leur secteur d’activité (9 points de moins qu’en  2011) et 79% d’entre eux disaient faire face fréquemment à des situations stressantes.

« La principale raison pour laquelle les gens travaillent dur dans l’industrie financière est parce que les banques payent extrêmement bien. Les rémunérations sont en baisse et continueront à l’être, aussi les établissements sont poussés à changer leurs moyens de motiver leurs employés, estime Jon Terry, responsable de la division “compensation & benefits” chez PwC à Londres. Cependant avec les réductions budgétaires en cours, les dépenses liées à la formation, les programmes d’accompagnement de carrière ainsi qu’aux fonctions RH se voient également réduites », constate ce consultant.

Des audits du bien-être

Les banques d’investissement commenceraient néanmoins à conduire des missions d’audit sur le bien-être de leurs salariés pour connaître les principales sources de stress au sein des équipes, fait remarquer de son côté Cary Cooper, professeur de psychologie organisationnelle au sein de de l’université de Lancaster University Management school et fondateur de Robertson Cooper, un cabinet qui travaille avec les banques d’investissement sur la santé mentale de leurs employés.

Le stress peut être lié à une charge de travail excessive, mais aussi au comportement d’un manager autocratique par exemple. Les Français sont d’ailleurs le premier groupe de professionnels à se plaindre d’un manager au comportement excessif (47%).

Comment les banquiers évacuent le stress

Parmi les solutions proposées, Cary Cooper constate l’intérêt croissant des établissements pour la promotion d’une plus grande flexibilité au travail ou encore la mise en place de “resilience training” ou comment endurcir le mental des collaborateurs face à un environnement exigeant.

Les financiers aux quatre coins du globe semblent, eux, préférer des méthodes plus classiques : passer du temps en famille et avec leurs amis et pratiquer une activité sportive. C’est le cas respectivement pour 49% et 45% des sondés français. Interviewé hier par le site suisse FiNews.ch, le thérapeute Marco Caimi, médecin et coach, et surtout témoin direct des conséquences de la montée du stress chez ces professionnels, recommande de son côté aux banquiers plus de sexe et de tendresse à l’égard de leur moitié…

 

LIRE AUSSI :

Ces banquiers qui n’ont pas boudé leur plaisir au Festival de Cannes

Quand l’armée donne des leçons de management aux banquiers

Comment une carrière en banque peut ravager votre corps et votre mental

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici