☰ Menu eFinancialCareers

Banque de détail : jusqu’à 75 000 postes à pourvoir d’ici à 2012

Environ 25 % des effectifs actuels devront être remplacés dans les cinq prochaines années. La volonté d’élargir les recrutements est une tendance forte.

Les effectifs de la banque de détail (environ 270 000 personnes) devraient rester stables dans l’Hexagone, voire légèrement décroître sur la période 2007-2012. Toutefois, compte tenu du nombre important de départs à la retraite à prévoir, le nombre des embauches restera élevé, avec 70 000 à 75 000 recrutements nets à prévoir , indique Thierry Gérard, directeur du département management des ressources humaines à l’institut IDRH, qui vient de publier une projection à 5 ans des recrutements et des mobilités par grands métiers.

Des recrutements massifs…

Tous les métiers ne seront pas logés à la même enseigne. Ainsi, les métiers de l’accueil (chargé d’accueil, téléopérateur) vont connaître une stabilité voire une décroissance. Les métiers supports (analyste risque, responsable opérations bancaires…) enregistreront, eux, une diminution tendancielle alors que les fonctions commerciales (chargé de clientèle, conseiller patrimoine…) se renforceront. Parmi les métiers qui embaucheront le plus, citons les chargés de clientèle particuliers et les techniciens administratifs des opérations bancaires (15 000 personnes chacun), loin devant les conseillers en patrimoine, chargés de clientèle entreprise ou les analystes risques (environ 2 000 chacun).

… À un niveau bac + 3 minimum

Pour répondre à ces besoins, les banques devront recourir à la mobilité interne mais aussi à des recrutements de profils diversifiés à la fois en termes d’âge, de diplôme et d’expérience. La volonté d’élargir les recrutements est une tendance qui se confirme , constate Thierry Gérard. Mais pas question de recruter dans n’importe quelle condition. Les agences bancaires sont de plus en plus exigeantes sur le niveau d’études. La moitié de nos recrutements s’effectuent aujourd’hui à un niveau bac + 3 , explique Philippe Vervaecke, directeur de la formation et des relations écoles / universités du Crédit Mutuel Nord Europe. Andrés Atenza, directeur général du groupe ESC Clermont, enfonce le clou en prédisant une disparition rapide des recrutements à bac + 2 dans la banque de détail. Reste à convaincre les candidats. La banque de réseau ne suscitant pas le même attrait que la banque d’affaires.

commentaires (3)

Comments
  1. Bonjour. Responsable de boutique depuis plusieurs années, je souhaite me réorienter professionnellement. Issue de la formation Sciences-Po, section économie et finances, je souhaite valoriser cette expérience commerciale de terrain et me demande si mon profil peut intéresser le secteur bancaire. C’est un secteur qui me séduit par la diversité de ses métiers et les réelles possibilités d’évolution.

  2. j’ai un peu de mal à comprendre alors pourquoi je n’ai aucune réponse des principales banques de Lyon quand je leur envoie mon CV : j’ai 8 ans d’expérience dans un grande banque, suis diplomé d’une grande école de commerce, et suis actuellement manager de 30 personnes en Middle Office

  3. La banque est un milieu ferme meme si les embauches continuent.. Ce qui est important est qui tu connais et non pas ce que tu sais faire. Construis ton reseau et elargis ton horizon geographie. il faut etre mobile dans ce milieu pour reussir.

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici