☰ Menu eFinancialCareers

Luxembourg : une destination pour les financiers plus glamour qu’elle n’y paraît !

I love Work

« La finance luxembourgeoise est ennuyeuse ? Détrompez-vous ! » Tel était le thème d’accroche de Luxembourg for HEC, un événement organisé le 21 mars sur le campus d’HEC par les anciens élèves de la business school qui travaillent au Luxembourg et dont l’objectif est de promouvoir le Grand-Duché comme destination professionnelle, notamment auprès des profils financiers internationaux dont regorge l’école. Car malgré la mise en place, il y a quelques années, d’une formation en finance avec la Luxembourg School of Finance et l’Université du Luxembourg, le pays ne peut à lui seul satisfaire la demande élevée de spécialistes.

Certes, la crise financière a fait quelques dégâts sur la place locale : en 2012, le Luxembourg a perdu 124 établissements financiers. Mais le Grand-Duché, au coude à coude avec Paris dans le dernier classement des places financières réalisé par le Global Financial Centres Index (GFCI), a besoin d’attirer des profils financiers pointus. Grégory Renardy, directeur du cabinet luxembourgeois PageGroup, constate que malgré la crise certains postes restent vacants et que certains profils sont pénuriques.

Reste à savoir bien cibler la demande. « Nous n’avons pas beaucoup d’avocats spécialisés en droit commercial. Par contre, le Luxembourg ne manque pas d’avocats ou de juristes spécialisés en banque, en finance ou en compliance », indique Aurélie Biagini, en charge de la division Tax & Legal chez Michael Page. C’est précisément pour donner un éclairage sur les besoins à pourvoir que les responsables RH des banques luxembourgeoises (BGL BNP Paribas, Banque de Luxembourg, Crédit Agricole…) avaient fait spécialement le déplacement sur le campus d’HEC. En plus des stands de présentation destinés à attirer les talents internationaux et leur proposer stages, missions ou emplois, des professionnels animaient un workshop sur la finance, très instructif, qui présente le Luxembourg sous des aspects plus glamour.

Petit pays, grandes opportunités

On y apprend qu’au Luxembourg, le Private Banking se distingue non plus par le secret bancaire mais par la qualité des services et des produits proposés aux clients fortunés (HNWI et UHNWI) partout dans le monde. « Même la City de Londres n’offre pas une telle panoplie de services dans le wealth management », admet Etienne Hirsch, directeur du cabinet de conseil en management Kurt Salmon au Luxembourg, qui rappelle au passage l’importance du plan stratégique 2012-2015 visant à positionner le Luxembourg comme centre d’excellence dans la banque privée et la gestion de fortune, sachant qu’il est aujourd’hui le plus grand centre de gestion de fortune dans la zone euro, totalisant 250 milliards d’euros d’actifs, gérés par soixante banques privées.

Le Luxembourg est également le deuxième centre de fonds d’investissement au monde, derrière les États-Unis. Avec une particularité : la montée en puissance des fonds d’investissement spécialisé (FIS) auquel il offre un cadre législatif très attractif. « Outre les chevaux de courses, il existe aussi au Luxembourg un FIS sur les vins, Nobles Crus, sur les montres, les pierres précieuses… et même l’huile d’olive », explique Thanh Liêm Nguyen, spécialiste de la gestion de fortune à la tête d’Alpha Wealth Management, une structure de gestion d’actifs. On est bien loin de l’image parfois terne que certains se font de la profession !

Quant au secteur de l’assurance vie où travaillent près de 5300 personnes (soit 1% de la population), il est également en expansion à un rythme soutenu, combinant les avantages des contrats d’assurance vie et produits financiers innovants. Souvent jugé peu sexy par les professionnels de la finance, certains reconnaissent s’y épanouir. « Vu le nombre de sociétés fiduciaires, d’avocats fiscalistes et de clients haut de gamme, j’ai l’opportunité de faire ici à Luxembourg ce qu’il y a de plus palpitant dans le métier et que je ne ferais pas forcément ailleurs », nous confie Frédéric Sauvage, responsable commercial chez Bâloise Assurance, un acteur historique de l’assurance-vie au Luxembourg qui emploie 260 personnes sur place.

Un endroit où se poser

Faire la chasse aux idées reçues et stéréotypes n’est cependant pas chose aisée. « La presse française grand public se plaît trop souvent à présenter le Luxembourg de manière caricaturale, réduisant  le pays à un endroit où les dentistes belges viennent mettre à l’abri leur économies. La réalité est toute autre », indique Paul Dühr, Ambassadeur de Luxembourg en France lors de la conférence plénière. « Ici, les gens viennent pour trois ans… et vingt-cinq ans après, ils sont toujours là ! », enchaîne Nicolas Henckes, président du groupement HEC Alumni de Luxembourg qui compte aujourd’hui plus de 200 membres au Grand-Duché. « Je suis arrivé en 1994 et je ne suis plus reparti », témoigne Thanh Liêm Nguyen.

Preuve que l’on peut faire l’essentiel de sa carrière en finance au Luxembourg, le tout dans un contexte international très stimulant. « J’ai habité à New York, Genève, Hambourg, Dublin et Cologne, mais je n’ai jamais vécu dans une ville aussi internationale que Luxembourg. C’est aussi un endroit où l’on peut se poser, profiter d’un rythme de vie plus calme, être proche de la nature, se remettre au sport… On respire ! », s’exclame Pierre Wagner, fondateur de Wapiti, une société de consulting et de management de transition. Autant d’arguments que n’ont pas manqué de mettre en avant les recruteurs présents. « Les questions qui sont revenues le plus souvent concernaient justement la qualité de vie au Luxembourg », note Sabrina Jacquot, chargée de recrutement chez Crédit Agricole Luxembourg.

commentaires (3)

Comments
  1. Réagissons à cet article un tantinet propagandiste !^^ Le Luxembourg est une place dédiée aux fonds, les droits d’enregistrement des sociétés d’investissement ou SICAV y sont plus bas qu’ailleurs ce qui permet de réhausser la performance finale des fonds d’un iota et de concurrencer les autres places comme Paris, Londres etc… Lululand est utilisé par les multinationales anglo saxonnes comme place de collecte trans européenne, moyen de contourner les régulations locales dans les principaux pays d’Europe, ou les plateformes de négociation à péages qui unifient les tarifs et de ce fait squizze quelques milliers d’emplois dans les pays acceptant la libre circulation des capitaux, les principales cibles étant Allemagne – Italie – France. Les multinationales anglo-saxonnes ou autres qui s’y implantent bénéficient d’un impôt sur le revenu “au faciès” suivant le nombre d’emplois et bénéfices générés. La première fois que j’y suis venu, je me suis fait brainstormer par un belge qui a tenté par tous les moyens de me faire croire que le Luxembourg n’était pas un paradis fiscal, mais pratiquait juste la “concurrence fiscale” ;) Je n’ai pas eu le poste de négociateur obligataire au sein d’une banque française (opportunité rare) et j’ai du me contenter de postes d’intérim comme agent de transfer etc… Le turn over est important. Avant tout le monde voulait passer des jobs au sein des Asset Manager vers les Banques dont la convention collective était meilleure pour les congés ! Pour les jeunes diplômés, ce n’est pas là que vous allez travailler sur les produits structurés ou autres nouveautés de l’ingénieurie financière, en revanche le Compliance y a de beaux jours pour lutter contre les Risques ou le Blanchiment d’Argent. Le Luxembourg a anticipé par le passé la décrépitude de la sidérurgie en devant une place financière doublée d’un paradis fiscal, il anticipe aujourd’hui une réduction de sa surface financière (car pointé du doigt) et a créé l’université de Ech sur Alzette pour développer les “nouvelles technologies”. Fortis a été absorbé par BNP-Paribas, Dexia mis en faillite, le périmètre financier s’est réduit outre les fonds qui ont fermé. On peut y trouver un revenu confortable avec de la chance et on peut avoir une retraite cossue, mais il faut y aller pluôt en famille. Parlons maintenant du glamour !^^ Luxembourg est une ville de 60 000 personnes dont tous les frontaliers s’en vont le WE venu, le temps y est encore plus humide et pluvieux au long de l’année que Paris ou Londres y compris en été ! La plus grande fête locale est le 23 Juin combinant la Saint Jean et l’anniversaire du Grand Duc, le Luxo devient une grande disco (quand il ne pleut pas ^^). Retourner au sport côté nature ? Jouer au tennis est bien plus cher qu’en France, quant à la route d’Arlon elle reçoit en continu le flot des milliers de frontaliers qui viennent travailler au Luxo en voiture, pas vraiment glamour au niveau pollution !^^ La sécurité sociale et les impôts à la source sont plus pratiques qu’en France, MAIS les médecins qui viennent y exercer sont plus soucieux de faire du cash façon commerce que de soigner contrairement à chez nous… Les frontaliers venant de régions déshéritées périphériques autrefois ne juraient que par Lululand et fustigeaient la décadence de leur propre pays avec arrogance, depuis le rachat de Fortis par BNP, ce sentiment a du quelque peu diminuer. Luxembourg peut donner une sécurité de revenu, mais c’est davantage une place pour exilés économiques en quête de confort que pour s’épanouir vraiment…

  2. Le commentaire non signé et donc très courageux précédent est plus que tendancieux et méprisant. Apparemment, l’aigreur de ne pas avoir pu faire carrière au Luxembourg a été plus forte.
    Pour ce qui est des fonds d’investissement au Luxembourg, ils sont en grande partie coordonnés, c’est-à-dire qu’ils respectent strictement les mêmes conditions que celles existant partout ailleurs en UE.
    Effectivement, Luxembourg n’est pas un paradis fiscal. Pour avoir des impôts plus faibles, il y a plusieurs autres adresses en Europe. Ensuite, vu l’afflux d’entrepreneurs ces dernières années, qui deviennent parmi les plus fervents défenseurs du pays, je ne crois pas que l’on puisse faire les affirmations gratuites assénées en conclusion. Ah, Luxembourg-ville compte 100.000 habitants, mais on ne va pas chipoter… en comparaison de la plupart des villes de la Grande Nation, ce n’est rien.

  3. @l’inconnu : Monsieur,
    Tout d’abord je me permets d’apporter quelques rectificatifs à vos commentaires :
    1- le Luxembourg ne “concurrence” pas Paris ni Londres en matière dans le secteur “funds”, le Luxembourg est de trés loin leader européen en la matière : >25% de parts de marché, la France était second avec moins de 17%
    2- concernant les corporates, vous ignorez tout et je ne vais y passer la nuit. Vos propos sont erronés et mensongers.
    3- si vous avez occupé un poste de “TA”, le Luxembourg n’y est pour rien : merci d’en discuter avec les recruteurs qui n’ont pas estimé vos compétences à leur juste valeur.
    4- il n’y a pas plus de job en compliance, norme Kyc, credit/market risk,… au Luxembourg que sur les autres places financières
    5- le Luxembourg a effectivement anticipé la décroissance de compétitivité de la sidérurgie, fait que la France n’a jamais eu le courage de faire tout en préférant soutenir le secteur avec des aides en milliards d’euros
    6- le centre de technologie de Esch est une initiative du Gie LuxInnovation : le Luxembourg a effectivement créé cette zone qui n’est en rien une zone franche fiscalement comparativement aux dizaines de zones franches fiscales (abattement d’impôt durant 5 ans) implantées en France
    6- Fortis n’a jamais été luxembourgeois, désolé !
    7- Dexia n’a jamais été luxembourgeois, encore plus désolé !!! Le “Dexia luxembourgeois” est devenu la “BIL” et s’est séparé du groupe Dexia obligatoirement puisque la filiale luxembourgeoise gagnait de l’argent alors que les maisons mère belges et françaises perdaient des milliards
    8- Dexia AM n’a jamais fermé ses fonds, encore désolé.
    9- les frontaliers qui “s’en vont le we” s’en vont également durant la semaine : vérité de la palice, ils sont frontaliers. Sic
    etc etc…
    Que vous n’aimiez pas le Luxembourg est votre droit, mais que vous mentiez en réponse à un article expliquant les actions de promotion envers le Luxembourg n’est pas sérieux et manque de rigueur morale. Le Luxembourg comme tout autre pays ne peut correspondre aux rêves de chacun, ce serait trop facile…
    alors vous pourriez au moins signer ou à défaut effectuer un correctif faute de quoi votre témoignage ne vaudra pas plus qu’une déclaration d’Elise Lucet

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici