☰ Menu eFinancialCareers

Inquiétudes sur l’emploi à l’annonce du nouveau plan d’économies chez Credit Agricole et des pertes historiques

© Crédit Agricole

© Crédit Agricole

Un exercice sacrifié. À la manière de Société Générale mais de façon bien plus radicale, Crédit Agricole SA (CASA), le véhicule coté du groupe mutualiste, a fait un grand nettoyage de bilan au prix d’une perte nette record de 6,47 milliards d’euros, selon un communiqué publié ce matin. 

L’informatique dans la ligne de mire

« 2012 a été une année de transformation et de recentrage. Nous tournons une page », a souligné le directeur général de Crédit Agricole SA, Jean-Paul Chifflet, qui a tracé pour 2013 deux axes prioritaires : le renforcement de la solvabilité de CASA sans augmentation de capital et le lancement à l’automne d’un plan stratégique à moyen terme avec deux axes de travail fixés : l’accélération des chantiers autour de la banque universelle de proximité, et l’approfondissement des évolutions engagées sur les métiers spécialisés (crédit conso, crédit bail, affacturage).

Le groupe a d’ors et déjà annoncé un nouveau plan d’économies baptisé « MUST » de 650 millions d’euros par an à l’horizon 2016. Il porte sur trois domaines : l’informatique (« internalisation de prestataires, rationalisation des postes de travail »), les achats (« massification des achats sur les dépenses externes ») et l’immobilier. L’éventuel impact sur l’emploi n’a pas été précisé.

CACIB portera un quart des efforts d’économies

L’an dernier, plusieurs programmes de réduction avaient abouti à la suppression d’environ 2.300 postes dont 1.030 confirmés à fin 2012 au sein de CACIB (avec environ 500 coupes en France). Mi-décembre, les médias avait fait écho d’un nouveau plan social à venir dans la BFI pour 2013. Une information qui avait été confirmée en fin d’année aux syndicats par la direction.

« La direction semble avoir changé d’avis depuis. Il n’y aura pas de nouveau plan social chez CACIB, car ce n’est pas très engageant pour les salariés déjà affectés par le dernier plan et mauvais pour son image », relève Didier Mas, délégué syndical national CFDT chez CACIB. Pour autant, selon lui, l’objectif de réduction de coûts reste inchangé pour la BFI, qui se porterait à hauteur de 150 millions d’euros, soit près d’un quart des économies annuelles à réaliser.

Aussi le syndicaliste est persuadé que « cela passera nécessairement par des suppressions de postes notamment, en bonne partie, dans l’informatique ». Or le nombre de prestataires a continué d’augmenter en 2012 pour atteindre 1.799 contrats en fin d’année (contre 1.587 fin 2011), de source syndicale.

Autre hypothèse évoquée en interne : l’arrêt de nouvelles activités, notamment un reliquat d’activités de dérivés actions pour compte propre (soit « quelques dizaines de postes » selon Didier Mas). Les syndicats espèrent plus de détails concernant les mesures d’économies courant mars/avril. La banque a cependant insisté sur le fait qu’il n’y avait “pas de volet social dans le programme MUST“, selon une porte-parole du groupe.

Des attentes fortes toujours à l’égard de la BFI

Le résultat net part du groupe pour les activités de CACIB s’élève à 1,2 milliard d’euros pour 2012 en baisse de près de 6% par rapport à 2011. La contribution de la BFI aux résultats du groupe est néanmoins attendue en hausse, voire stable pour 2013, ont expliqué les dirigeants lors d’une conférence donnée ce matin pour les analystes. Comme l’indique le graphique ci-dessous, la contribution des activités actions sera réduite au minimum à terme au profit des activités de dette, dont les sources de revenus seront mieux équilibrés entre d’une part les activités de marchés et, d’autre part les activités de financement. 

Le nouveau profil de CACIB

Le nouveau profil de CACIB (source: Credit Agricole)

De son côté, les activités de gestion d’actifs avec Amundi enregistre des résultats encourageants avec une hausse de la collecte de 10% par rapport à l’année précédente à 727 milliards d’actifs sous gestion. Le groupe se montre également ambitieux sur ce segment d’activités pour 2013 avec un developpement continue de la collecte, en particulier en Asie.

Grâce aux nouvelles mesures d’adaptation, Crédit Agricole S.A. se dit “en ordre de marche pour délivrer une performance financière durable“.

 

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici