☰ Menu eFinancialCareers

Les gestionnaires d’actifs retiennent leurs collaborateurs en les intéressant au capital

En les intéressant au capital, les sociétés de gestion se battent pour dissuader leurs équipes de partir travailler pour les hedge funds. Mellon Financial Corporation a décidé de distribuer une part substantielle du capital de sa filiale Newton Investment Management à ses employés pour mettre fin aux défections qui perturbent Newton depuis 2001.

Les actions ainsi distribuées représentent environ 12% de la valeur de Newton, aujourd’hui estimée à 500m (€745m) sur la base de de 21bn d’actifs sous gestion. Environ 60m sont ainsi distribués en primes, soit près d’ 1m par personne, estiment les analystes, chiffre que le porte-parole de Newton se refuse à commenter.
Bob Doll, président de Merrill Lynch Investment Managers, qui a été également touché par des départs, réagit en mettant en place un plan d’intéressement aux bénéfices. Barclays Global Investors a récemment présenté un dispositif d’intéressement au capital. Schroders utilise depuis des années un dispositif comparable au travers duquel les gérants détiennent 11% du capital, part appelée à augmenter selon Michael Dobson, le directeur général de Schroders.
Deutsche Bank, Hermes et Investec ont subi de nombreuses démissions ces dernières semaines, elles ne proposent aucun outil d’intéressement au capital aux gérants de leurs gestions d’actifs.
Le dispositif de Newton prévoit d’accorder sur quatre ans des actions aux individus clés en plus des bonus calculés sur la base des d’exploitation et des commissions de performance : ‘nous avons voulu offrir un intéressement conséquent aux acteurs de la performance future et présente de Newton’ explique Helena Morrissey, la directrice générale de Newton.
Le débat sur les rémunérations fait rage depuis des années chez Newton. En 2000, plusieurs gérants s’étaient plaints du retard dans le paiement des bonus après que Mellon ait racheté pour 175m les 25% de Newton qu’elle ne possédait pas encore. Ce retard ajouté aux controverses sur le style de management de Mellon avait suscité le départ de certains talents. Stewart Newton , le fondateur de Newton, et Charles Richardson, son responsable de la gestion, avaient fini par quitter Newton pour mettre sur pied leur propre société, The Real Return.
Cette année The Real Return, qui offre un intéressement au capital aux nouveaux venus, a débauché deux gérants de Newton spécialistes de la gestion asiatique : Ezra Sun et James Herries.
Deux gérants BRITANNIQUES, Clive Beagles et James Lowen ont également quitté Newton cette année pour rejoindre JO Hambro Capital Management. Theresa Egan, gérante d’obligation à haut rendement, est quant à elle partie chez Old Mutual Asset Managers.
Audrey Lowrie, spécialiste actions, a décidé d’émigrer au Canada pour des raisons personnelles. Stuart Eaton, gérant de gérants, qui s’occupe de plusieurs clients, a accepté une transaction de départ. Les consultants sont inquiets de ces nombreux départs et notamment de celui de Eaton compte tenu du nombre de ses clients. Ces inquiétudes ont bridé la croissance des affaires de Newton, qui affiche pourtant des bons indicateurs de performance.
‘Les gérants de haut niveau de spécialiste sont très recherchés. La société a été déstabilisée quand Newton et Richardson sont partis’ explique un consultant est réservé quant au niveau dispositif d’intéressement même s’il concède que c’est un pas dans la bonne direction.
Ces consultants sont de plus en plus sensibles à ce genre d’intéressement destiné aux gérants d’actifs: l’intéressement au capital devient particulièrement important quand il s ‘agit de gérants spécialisés, à haut risque’.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici