☰ Menu eFinancialCareers

Les DSI du secteur financier contraintes de revoir leur politique RH pour endiguer la fuite des talents informatiques

©istockphoto/AVAVA

©istockphoto/AVAVA

Pour endiguer la fuite des talents et optimiser leur capital humain, les Directions Générales du secteur financier doivent inciter leurs Directions des Systèmes d’Information (DSI) à développer la mobilité des compétences informatiques vers les métiers de la banque. Tel est le principal enseignement d’une étude du cabinet conseil TNP Consultants menée auprès des principaux établissements bancaires de la place entre la fin 2011 et le premier semestre 2012.

En effet, les mobilités externes, en particulier vers les SSII, sont la source privilégiée d’évolution des compétences informatiques bancaires recherchant une progression de leurs responsabilités. « Les DSI gèrent souvent seules leurs compétences au sein de la banque. Cela aboutit à une couche de management intermédiaire qui n’évolue plus en dehors de la DSI. Les promotions ou évolutions vers les métiers de la banque étant limitées, de nombreuses compétences techniques clés rejoignent les SSII, plus attractives en termes de progression des responsabilités », explique Thierry Cartalas, Associé chez TnP Consultants.

Quant aux projets d’externalisation, ils fragilisent certaines compétences cœur de métier SI et impactent directement la maîtrise par le Client des évolutions de son SI ainsi que sa performance opérationnelle. « Avec la hausse de l’externalisation et les effets de la crise, les DSI des établissements financiers doivent aujourd’hui définir de véritables stratégies d’évolution en interne de leurs compétences cœur de métier avec l’aide de la DG, c’est indispensable pour garder les savoir-faire et la maîtrise des processus au sein de la banque », poursuit-il.

Rémunérations à la hausse

En 2012, les compétences cœur de métier des DSI des établissements financiers sont celles de la gestion de projet, d’architecture, d’intégration et plus récemment le management des achats de prestations et le chargé d’affaires. Notons une séniorité élevée de la pyramide RH des DSI avec 76% des profils internes ayant plus de 10 ans d’expérience. Et parfois la tentation de prendre le large comme Philippe Blin, directeur des Systèmes d’information de la Banque Postale, qui vient de faire valoir ses droits à la retraite du groupe La Poste pour poursuivre un projet personnel. Il sera remplacé par Patrick Renouvin, le directeur délégué de la banque de détail à l’international de la Société Générale.

Pour attirer ou retenir les talents, les DSI sont donc contraintes de passer à la caisse. Car dans l’informatique, les profils s’arrachent et les salaires s’envolent (49.547 euros en moyenne tous secteurs confondus). Signe que les entreprises font des efforts, y compris sur la rémunération, pour attirer des informaticiennes, l’écart entre les hommes et les femmes est le moins élevé (7,27%). Tel sont les constats qui ressortent d’une étude sur les rémunérations 2012 dans le secteur informatique réalisée par le cabinet d’évaluation salariale People Base CBM et publiée sur Capital.fr.

Source : People Base CBM 2012 (cliquez pour agrandir)

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici