☰ Menu eFinancialCareers

Les métiers en vogue en 2009

On ne peut pas dire raisonnablement que l’enthousiasme et la bonne humeur ont caractérisé cette année particulièrement chaotique. Certains professionnels, cependant, ont eu des raisons de se réjouir.

La gestion des risques : C’est devenu un marronnier. Depuis le début de la crise, le marché de l’emploi en finance a clairement trouvé son salut dans les fonctions de contrôle et de gestion des risques au sens large. Les établissements financiers quels qu’ils soient (banques, sociétés de gestion, assureurs, fonds…) ont concentré leurs efforts sur une meilleure gestion des risques en se dotant des expertises nécessaires. Fait rarissime par ces temps difficiles, ces professionnels ont souvent bénéficié d’une revalorisation salariale. La crise a mis plus encore l’accent, ces deux dernières années, sur les métiers liés au contrôle, notamment dans les salles de marché, et plus généralement au contrôle des risques, à la comptabilité et au juridique. C’est une tendance lourde, déjà perceptible avant la crise, et qui devrait perdurer pendant quelques années, surtout pour les spécialités les plus pointues dans ces domaines , a déclaré Ariane Obolensky, directrice générale de la Fédération bancaire française (FBF) dans une interview aux Echos.

Trading haute-fréquence : Les traders haute-fréquence ou algorithmique ont été les stars de 2009. Certainement auraient-ils préféré d’ailleurs plus de discrétion à leur égard. La Tribune ayant révélé la pression exercée par ces derniers chez BNP Paribas et SocGen pour obtenir un bonus taillé à leur mesure. Manceuvre réussie, les banques acceptent de payer. Les six plus gros montant atteignent même entre 4 et 7 millions d’euros , selon le quotidien. Mais cela ne suffit pas, nombreux cèdent aux sirènes des fonds d’investissement qui leur offrent 50% de leurs gains. Une formule qui va permettre à ces traders, déjà riches, d’amasser une fortune considérable , conclut le journaliste en précisant que chez BNP Paribas, le trading algorithmique a perdu près de la moitié de ses équipes .

Métiers du financement : Sur tous les bilans trimestriels des banques, les activités de financement ont fait bonne figure en 2009. Chez BNP Paribas, les revenus de ces métiers s’établissent à 763 millions d’euros au troisième trimestre, en hausse de 10,6% sur un an grâce notamment à un bon niveau d’activité dans les financements structurés et les financements d’énergie et de matières premières. Même constat chez Calyon, qui a enregistré de bons résultats dans ses activités de financement de projets (2ème mondial), du crédit export (2ème mondial) et de l’aéronautique (1er mondial). De son côté, SGCIB a de nouveau affirmé sa position de leader dans le domaine du financement export en remportant pour la deuxième année consécutive l’ Award for Excellence décerné par Global Trade Review Magazine.

Consulting : Faute de trouver un emploi en banque, nombreux sont ceux qui ont franchi le pas vers le conseil. Les cabinets ont profité de la situation difficile des banques pour recruter des profils experts qu’ils peinent habituellement à convaincre de les rejoindre. L’afflux de candidatures de profils financiers vers le conseil est une dominante qui réapparaît à chaque crise : nous l’avions déjà constaté après 1993-94 et à la suite du 11 septembre 2001 , a récemment déclaré Thierry Carlier-Lacour, directeur associé du cabinet de chasseurs de têtes Humblot Grant Alexander à L’Agefi. Les professionnels des salles de marchés sont particulièrement appréciés sur les missions relatives à la gestion des risques, au contrôle interne, au pricing des instruments financiers. Parmi, les profils phares de cette année figurent les auditeurs familiarisés avec les normes comptables (normes IFRS) et réglementaires (Solvabilité II, Bâle II), les spécialistes en optimisation des coûts, de l’accompagnement au changement, ou encore les consultants en restructuration d’entreprises.

Les profils experts en finance-comptabilité : Les profils expérimentés, difficiles à trouver en période de croissance, sont encore plus sollicités par temps de crise. Le credit manager et le trésorier en particulier ont connu encore une très bonne année avec des salaires à l’embauche toujours en hausse, selon le cabinet Hays (lefigaro.fr). Parallèlement, le contrôleur de gestion gagne en visibilité. En cette période tourmentée, il reste très écouté par le management, comme une sorte de phare par gros temps. La preuve ? 9 contrôleurs de gestion sur 10 interrogés considèrent que leur fonction est valorisée dans l’entreprise , indique les consultants du cabinet Ineum Consulting dans une étude publiée en mars 2009. Le contrôleur de gestion se considère aujourd’hui comme un business partner du management opérationnel de l’entreprise (74 % des contrôleurs interrogés). Pour Didier Larpin, contrôleur de gestion au sein du Groupe AREVA, le rôle de ce professionnel a évolué avec la crise, passant nettement d’un contrôle budgétaire et comptable à un pilotage de la performance plus large et plus proche du terrain. Le contrôleur est associé à la prise de décision et au suivi des plans .

Infidélité chez les banquiers ! : Selon un site de rencontres britannique, les banquiers sont de plus en plus nombreux à rechercher des aventures extra-conjugales. IllicitEncounters, premier site spécialisé dans le rapprochement discret entre personnes mariées au Royaume-Uni avec 380.000 membres, indique une hausse énorme des inscriptions de personnes travaillant dans la finance depuis octobre dernier. Depuis, le secteur continue à être l’un des secteurs les plus représentés sur le site avec plus de 20.000 membres. Les 639 banquiers interrogés répondent qu’ils franchissent la ligne rouge parce qu’ils veulent surtout se sentir aimés . Logique, juge le site, les banquiers étant devenus l’ennemi public numéro 1 depuis la crise du crédit .

commentaires (2)

Comments
  1. La situation économique, le manque de visibilité, la volatilité de la clientèle… sont autant d’éléments d’inconfort micro et macro économique qui obligent les sociétés, petites ou grande, à repenser leur positionnement et parfois à revoir leur stratégie.

    C’est dans ces moments là que des profils de consultants experts sont les plus à même de pouvoir rassurer par leur expertise et dévoiler des leviers de croissance de par leur vision plus globale du marché.

    La France semble opter pour une position attentiste en la matière.

  2. Le Club des Jeunes Financiers poursuivra la reflexion avec un atelier metier par mois en 2010.

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici