☰ Menu eFinancialCareers

Qui est Julien Grout, le deuxième trader français impliqué dans l’affaire de la « baleine de Londres » chez JPMorgan ?

Qui est

Un quatrième trader de JP Morgan Chase & Co est visé par l’enquête des autorités américaines sur la perte de trading de près de six milliards de dollars subie par la banque. Il s’agit d’un certain Julien Grout, un trader de nationalité française recruté par JP Morgan en 2009 et toujours salarié de la banque (Reuters).

Il a attiré l’attention des enquêteurs car il travaillait au sein du département “Chief Investment Office” (CIO) du groupe américain sous la responsabilité de Bruno Iksil, le trader français surnommé « la baleine de Londres » en raison de l’ampleur des positions accumulées par son équipe sur les marchés et dont nous nous avions dressé le portrait.

Julien Grout, qui s’est adjoint les services d’un avocat après l’ouverture de l’enquête, a refusé de commenter ces informations, a déclaré une porte-parole de la banque. Tout ce que l’on sait sur lui à ce jour, c’est que tout comme Bruno Iksil, il est issu d’une école d’ingénieurs. Son profil sur le réseau social Copains d’avant révèle en effet que Julien Grout a aujourd’hui 34 ans et est sorti diplômé de l’Ensae (Ecole nationale de la statistique et de l’administration économique) en 2002. Il a été recruté à Londres en 2009, mais opérait auparavant à New York.

Du plomb dans l’aile pour la French touch ?

L’image de marque des traders français va encore être un peu plus écornée suite à cette nouvelle affaire. Après Jérôme Kerviel et Fabrice Tourre et Bruno Iksil, c’est donc de nouveau un trader français qui défraye la chronique financière. Ce qui à l’avenir ne va sans doute pas faciliter les recrutements de traders français sur les desks étrangers !

En attendant, les déboires judiciaires de ces traders trentenaires ou quadras ne font pas sourire la nouvelle génération d’aspirants traders. Des étudiants qui ne connaissent le monde de la finance que par le prisme des stages en banques d’affaires ont récemment monté un collectif baptisé Ethique et Finance et qui vise à dénoncer les dérives dangereuses d’un système qui demande aux traders de faire de plus en plus de chiffre. « Nous sommes tous des Kerviel en puissance », s’inquiètent-ils.

Pour dédouaner les défaillances des traders français, certains avancent des explications qui méritent que l’on s’y attarde, comme cet internaute qui, commentant un article paru dans Le Figaro, parle de la théorie du “perfect patsy” : « le pigeon est toujours un étranger, ou un jeune genre Lee Harvey Oswald de la Finance. Sans réseau, ces français livrés en pâture à l’opinion et la justice américaine sont des boucs émissaires commodes défendus par des avocats payés par la “firme” ». A méditer…

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici