☰ Menu eFinancialCareers

L’exercice délicat du restructuring en temps de crise

Suite à des résultats annuels fortement impactés par la crise, Natixis Private Equity a décidé que sa filiale dédiée à la restructuration allait être gérée de façon extinctive. Créée en 2006 et baptisée Providente, elle regroupait quatre professionnels à Paris qui géraient près de 50 millions d’euros dans trois participations (dont un dépôt de bilan et une liquidation judiciaire). Notre métier ne consiste pas à faire du retournement. Ce segment n’a pas vocation à rester une activité pour compte propre , estime Jean Duhau de Berenx, directeur général de NPE (L’Agefi.fr).

Cette annonce fait suite à celle de BNP Paribas qui a récemment fait savoir qu’elle abandonnait son activité distressed debt. Ceux qui pensaient tirer parti de la crise pour mener des opérations de restructuring en sont pour leurs frais. L’exercice s’avère plus difficile qu’il n’y paraît. Les banques et autres sociétés de capital investissement qui rachètent des entreprises pour les recéder après restructuration souffrent depuis que les marchés sont bloqués et que la dette est devenue un élément suspect (Journal des Finances).

Une activité compliquée

L’exercice de la restructuration n’est pas aisé. Il requiert à la fois de savoir déterminer ce qui est le meilleur pour son propre portefeuille, d’utiliser la politique de la carotte et du bâton tout en négociant des transactions complexes en temps réel , récapitule William Derrough, coresponsable de l’activité restructuring dans la boutique de corporate finance Moelis & Co (Financial News, abonnement).

Néanmoins, certains s’en sortent plutôt bien. Le fonds d’investissement de Walter Butler a récemment prouvé qu’il était encore possible de faire de bonnes affaires en période de crise, en revendant sa participation dans la SNCM à Veolia avec une plus-value estimée à cinq fois sa mise de départ (zonebourse.com).

Et pour ceux qui seraient en manque d’inspiration pour mener à bien leurs opérations, les conseillers en restructuration ne manquent pas. Après le renforcement de Lazard et Société Générale sur ce segment, le groupe d’investissement Blackstone va ouvrir un bureau à Paris qui sera piloté par Jean-Michel Steg, un ancien de… Lazard. Small world

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici