☰ Menu eFinancialCareers

Le spectre de nouveaux licenciements chez BNP Paribas s’éloigne encore un peu plus…

Au deuxième trimestre 2012, la banque de la rue d’Antin a limité la casse en dégageant un résultat net en recul de 13,2% par rapport au deuxième trimestre 2011. A titre de comparaison, la Société générale a dégagé sur la même période un résultat en baisse de 42%. « Grâce à son business model équilibré et diversifié, ainsi qu’à la mobilisation de ses équipes, le Groupe BNP Paribas réalise ce trimestre de bons résultats dans un environnement économique et de marché difficile », s’est félicité Jean-Laurent Bonnafé, Administrateur Directeur Général dans un communiqué.

Si les revenus sont en lègère hausse dans Retail Banking (+0,5%) et dans Investment Solutions (+2,2%), ils sont en net recul dans CIB (– 23,6%). Et aucune ligne de métier n’y échappe : les revenus de Conseil et Marchés de Capitaux baissent de 33,1%, ceux du Fixed Income de 25,3% et ceux du Corporate Banking de 8,4%. Mais ce sont les métiers Actions et Conseil qui on le plus souffert avec une baisse des revenus de 45,8%, en raison d’une baisse des activités de flux dans des marchés à faible volume et d’une demande de la clientèle limitée pour les produits structurés. « Sur le marché primaire des actions, les volumes d’émissions nouvelles ont aussi été très limités compte tenu du contexte de marché défavorable », précise BNP Paribas.

Restructuration moins coûteuse que prévu

La banque française qui a engagé un vaste programme de réduction de la taille de son bilan et de restructuration de sa banque de financement et d’investissement où près de 1 400 postes sont en passe d’être supprimés (dont 373 en France), explique avoir d’ores et déjà réalisé à 90% son plan de départs volontaires dans l’Hexagone (bien que les volontaires ne se bousculent pas. La banque fait aussi savoir que la facture de cette cure d’amaigrissement se révèle moins lourde que prévu, à moins de 400 millions d’euros contre une estimation initiale de 800 millions.

Des nouvelles d’autant plus rassurantes que BNP Paribas s’est engagée à ne pas prévoir de nouvelles mesures de suppressions de postes dans la foulée des élections présidentielles. Ni vraisemblablement avant la fin 2012 à en croire la direction. « Nous sommes très confiants pour la seconde partie de l’année », a en effet déclaré Jean-Laurent Bonnafé (Reuters).

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici