☰ Menu eFinancialCareers

Les revenus des BFI françaises ont atteint leur plus bas niveau depuis 15 ans !

Selon le cabinet Dealogic, les revenus des banques de financement et d’investissement françaises, incluant les commissions des marchés actions et obligations, des prêts et des fusions et acquisitions, ont atteint quelques 971 millions de dollars (€798m) en 2012, soit une chute de 40% par rapport à 2011 et le plus bas niveau jamais enregistré depuis 1997 !

Un déclin principalement lié à la chute de 59% des revenus tirés des opérations de M&A qui atteignent péniblement 291 millions de dollars (€239m) en 2012 contre 706 millions (€580m) un an plus tôt. Ce sont les revenus tirés des activités Institutions Financières qui tirent les revenus des BFI Françaises, avec 276 millions de dollars générés en 2012, suivies par les activités Energie et Ressources Naturelles ($183m) et Industrie ($143m).

A noter que c’est BNP Paribas qui dégage les plus gros revenus avec 11% des parts de marché en 2012, suivie de Société Générale (9%) et Crédit Agricole (8%).

Au niveau européen, ce n’est guère mieux puisque l’ensemble des revenus des BFI a atteint 8,1 milliards de dollars (6,6 milliards d’euros) en 2012, en chute de 33% par rapport à 2011. La dégringolade des revenus des BFI en France mais aussi en Italie (chute de 39% à 596 millions de dollars) et en Espagne (chute de 49% à 483 milllions de dollars) n’est pas étrangère à ces mauvaises performances.

Dorénavant, les banques françaises représentent à peine 12% des revenus de BFI au niveau européen, soit la plus faible contribution jamais enregistrée. De telles conditions augurent plutôt mal du montant des enveloppes de bonus qui seront versés l’an prochain au titre de l’année 2012, décidément un bien mauvais millésime pour la BFI…

Source : Dealogic

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici