☰ Menu eFinancialCareers

Retraite collective: BNP Paribas regroupe ses équipes commerciales

Un peu en avance sur ses concurrents, BNP Paribas poursuit sa campagne de communication active autour du thème de la retraite. Après avoir lancé une campagne publicitaire imposante le mois dernier, l’établissement annonce sa décision de regrouper les métiers de ses entités d’assurances et d’épargne salariale sans procéder à une fusion juridique à ce stade . Les deux pôles Epargne Entreprise et Assurance – ce dernier se composant de Cardif et de Natio Vie – disposent désormais d’une direction commerciale et marketing unique.

Dispositif commercial
En partant du constat que 64 % des chefs d’entreprise estiment que leurs salariés devraient privilégier un système en entreprise à un système individuel facultatif, l’établissement bancaire n’a pas lésiné sur les moyens commerciaux. Une équipe de 60 collaborateurs dirigée par le binôme Hugues Colmant, PDG de BNP Paribas Epargne Entreprise et Pierre Andrieu, directeur de l’activité Entreprises de BNP Paribas Assurance, se charge de diffuser les produits d’épargne retraite du PEE au Perco en passant par les articles 39 et 83 du CGI. Des offres que le groupe entend coupler selon les besoins des entreprises qu’elles soient petites ou grandes. La force commerciale est en effet relayée par les 700 chargés d’affaires du réseau entreprises et les 3.140 conseillers professionnels dédiés aux plus petites entreprises.

Prévisions

Les objectifs de la nouvelle entité sont ambitieux. Nous envisageons de capter 15 % de parts de marché d’ici à quelques années , confirme Pierre Andrieu. L’activité d’épargne salariale du groupe dénombre actuellement 8.000 entreprises clientes et 1,3 million de comptes salariés, tandis que le pôle assurances gère 3,5 milliards d’euros en retraite et prévoyance collective et détient 15 % de parts de marché en contrats indemnités de fin de carrière (IFC).

La banque aux étoiles cherche donc à s’affirmer rapidement sur ce marché qu’elle perçoit très porteur. D’après ses propres études économiques, il devrait entraîner un encours global de 450 milliards d’euros d’ici à 2020 (il est proche aujourd’hui de 100 milliards d’euros), réparti à 180 milliards pour l’épargne salariale, 180 milliards pour l’assurance collective et 90 milliards pour les nouveaux produits collectifs.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici