☰ Menu eFinancialCareers

Quels sont les jobs en or de 2012 dans l’industrie financière…

Success: red graph over coins

En avant-première de la publication de ses études de rémunérations 2012, le cabinet de recrutement spécialisé Robert Half révèle les jobs en or de cette année en finance d’entreprise, banque de réseau, banque de financement et d’investissement, juridique & fiscal, avec un focus sur les dernières tendances, les salaires et les évolutions de carrière. Ce ‘cru 2012’ réserve quelques bonnes surprises, avec le grand retour sur le devant de la scène de certains métiers, comme le chargé d’affaires entreprises… 

Directeur administratif et financier (finance d’entreprise) 

Tendance : « Les directeurs financiers ou responsables administratifs et financiers de PME et filiales de groupe ont vu le nombre d’opportunités qui leur étaient offertes se renforcer significativement en 2012 : +40 % par rapport à l’année précédente », indique Bruno Fadda, Associate Director de Robert Half International France qui se base sur les offres enregistrées par le cabinet. 

Salaire (fixe + variable) :

· Chiffres d’Affaires inférieurs à 50 M€ = 55 000 – 70 000 €

· CA entre 50M et 100M€ = 70 000 – 120 000 €

· CA entre 100M et 500M€ = 120 000 – 200 000 €

· CA entre 500M 1Md€ = 150 000 – 300 000 €

· CA supérieur à 1Md€ = À partir de 250 000 €

Le montant global de la rémunération brute annuelle peut être impacté à la hausse si l’entreprise est en LBO ou cotée en bourse. Le variable est souvent composé d’un package qui peut comprendre : des primes sur objectifs personnels et société (de 0 à 35 %), une voiture de fonction, sans compter les stock-options ou les prises de participation au capital, ainsi que l’intéressement et la participation. 

Évolution de carrière : Très exposée, cette fonction peut s’avérer être un tremplin vers un poste de direction opérationnelle voire de Direction Générale.

Chargé d’affaires entreprises (banque de réseau) 

Tendance : Après plusieurs années de ‘disette’, le métier de chargé d’affaires entreprises, revient sur le devant de la scène. « Malgré les contraintes liées à Bale III, les banques recherchent des collaborateurs immédiatement opérationnels, capables de développer un courant d’affaires auprès des entreprises tout en maîtrisant les risques associés », précise Thierry Mageux, Business Development Director de Robert Half Financial Services. 

Salaire : 

· Expérience PME/PMI inf. à 5 ans = 35 000 – 42 000 € (+ variable jusqu’à 4 000 €)

· Expérience PME/PMI sup. à 5 ans = 42 000 – 50 000 € (+ variable jusqu’à 6 000 €)

· Expérience Grandes Entreprises inf. à 5 ans = 40 000 – 50 000 € (+ variable jusqu’à 8 000 €)

· Expérience Grandes Entreprises sup. à 5 ans = 50 000 – 80 000 € (+ variable jusqu’à 10 000 €) 

Évolution de carrière : Le chargé d’affaires entreprises peut évoluer vers plusieurs voies. Les plus traditionnelles sont une évolution hiérarchique vers un poste d’adjoint ou de responsable de centre d’affaires entreprises, et parfois vers la gestion d’un portefeuille de grandes entreprises. D’autres options sont possibles vers des fonctions spécialisées (épargne salariale, international, haut de bilan…) ou siège type audit ou inspection. Il est à noter que les évolutions sur ces derniers postes s’effectuent généralement par le biais de la promotion interne. 

Contrôleur des risques de marché (BFI) 

Tendance : « Le marché du contrôle des risques est en forte croissance de par les contraintes réglementaires et la mise en évidence des risques potentiels dans la gestion des produits dérivés ou structurés. Cette fonction est très recherchée en salle de marché ou en société de gestion. Les profils disposant de 5 à 7 ans d’expérience sont particulièrement appréciés », explique Thierry Mageux.

Salaire :

· 3 à 5 ans = 40 000 – 55 000 € (+ variable 10-20 %)

· 5 à 7 ans = 55 000 – 70 000 € (+ variable 20-30 %)

· 7 ans et plus = à partir de 70 000 € (+ variable 30 %)

Les experts opérant au sein d’équipes très qualifiées et très spécialisées voient leur rémunération de plus en plus valorisée par les employeurs potentiels. 

Évolution de carrière : Vers un élargissement des risques gérés (crédit, opérationnels) ou vers le conseil principalement. 

Fiscaliste (juridique & fiscal) 

Tendance : « Les directions financières des entreprises se mobilisent pour maîtriser l’ensemble de leurs charges et notamment la fiscalité dont le poids se renforce. Ainsi, dans un marché très réglementé, s’adapter rapidement aux évolutions fiscales et surtout les anticiper constituent un avantage certain pour l’entreprise, explique Sophie Hauret, Division Manager de la division Juridique & Fiscal de Robert Half International France. Face à l’empilement et la complexité d’une législation fiscale très dense et en mouvement permanent, de plus en plus d’entreprises recrutent des fiscalistes ». 

Salaire (fixe brut annuel) :

· 3 à 5 ans = 50 000 – 60 000 €

· 5 à 7 ans = 60 000 – 75 000 €

· 7 ans et plus = à partir de 75 000 €

Une première expérience dans un cabinet d’avocats et/ou une dimension internationale peuvent impacter favorablement la rémunération. 

Évolution de carrière : Au sein d’une entreprise, un fiscaliste peut, avec l’expérience des années, briguer un poste de directeur fiscal mais aussi faire évoluer sa carrière en prenant des fonctions à l’international. Autre voie possible : rejoindre un cabinet d’experts en fiscalité.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici