☰ Menu eFinancialCareers

Et si vous frappiez à la porte de ces banquiers seniors qui créent leurs fonds ?

Senior-level job seeker

Parallèlement aux plans de départs volontaires des grandes banques d’investissement françaises qui concernent surtout les profils juniors et les fonctions support, on assiste aujourd’hui à des départs de banquiers seniors désireux de lancer leur propre structure. Certains sont déjà passés à l’acte et commencent même à recruter. C’est peut-être le moment d’aller les solliciter pour décrocher un job, d’autant plus que ce ne sont pas les projets qui manquent. « De nombreux banquiers ressentent le besoin et la motivation de travailler à leur compte », rappelait dans nos colonnes Edmond Sassine qui a cofondé Analyst Pool en 2011, première banque d’investissement virtuelle.

Pour preuve, Pascal Quiry, responsable des équipes d’exécution sur les fusions-acquisitions Europe et Amériques chez BNP Paribas, vient tout juste de quitter ses fonctions pour lancer un fonds d’investissement sur les sociétés jugées sous-évaluées. Pour ce faire, le co-auteur du Vernimmen Finance d’Entreprise, un ouvrage faisant référence dans la finance, est en train de recruter une équipe de 3-4 personnes pour l’accompagner dans sa petite société de gestion qu’il est en train de monter et qui devrait être opérationnelle en fin d’année (Les Echos.fr).

Dans le même registre, Frédéric Lasserre, l’ancien directeur de l’investissement dans les matières premières de la Société Générale, prévoit de lancer au quatrième trimestre un fonds d’arbitrage avec deux de ses anciens collègues. Baptisé Belaco Capital, le fonds investira dans les futures sur les matières premières, dont l’énergie, les métaux et l’agriculture. Les fondateurs tablent sur une mise de 100 millions d’euros au premier trimestre de 2013 (L’Agefi.fr).

David contre Goliath

La tentation de frapper à la porte de ces nouveaux acteurs est d’autant plus grande que les besoins sont bien réels. « Nombre d’anciens banquiers ont créé leurs structures et recrutent les seniors des grandes banques », indique un chasseur de têtes spécialisé dans la finance. Et toutes les compétences pointues sont les bienvenues : les hedge funds recrutent dans le conseil, la vente, l’investissement. Mais pas seulement : une étude menée par KPMG et l’Alternative Investment Management Association montre par exemple que la quasi-totalité des hedge funds ont embauché des professionnels de la compliance ces dernières années. Quant aux analystes quantitatifs français, à présent qu’ils sont moins sollicités à la City où ils constituaient jusqu’à 75% des équipes de quants, certains d’entre eux qui sont revenus dans l’Hexagone pourraient également être tentés de démarcher ces nouvelles structures…

« Dans les années à venir, les structures de taille moyenne vont clairement prendre l’avantage sur les mastodontes », confirme un recruteur spécialisé en finance. Sauf que les grosses structures n’ont pas dit leur dernier mot. Sur le marché des fusions et acquisitions de taille moyenne, par exemple, elles n’hésitent plus à marcher sur les plates-bandes des boutiques. « Les grandes banques affectent leurs employés juniors – les moins bien rémunérés – aux transactions de mid-market. Avec le risque de donner au client le sentiment d’être un dossier de seconde classe », pointe du doigt Douglas M. Schmidt, président de la petite banque d’affaires Chessiecap (La Tribune.fr). Small is beautiful…

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici