☰ Menu eFinancialCareers

TÉMOIGNAGE : « J’ai 40 ans, j’ai réussi dans la banque, mais je garde les pieds sur terre. »

banque

Quand les préceptes de la Rome antique sont plus que jamais d'actualité...

Si vous avez atteint les sommets dans la banque, vous faites partie d’un cercle très fermé : 1% seulement des banquiers y parviennent … Bravo ! Si ce n’est que la situation ne va pas sans quelques inconvénients : la réussite peut être source d’envie et de critiques. Si vous voulez maîtriser ces à-côtés plutôt déplaisants, sans risquer de devenir aigri ou de vous enfermer dans une tour d’ivoire, il vous faut adopter le bon état d’esprit. Voici la marche à suivre.

Sur le plan personnel, je viens de franchir un palier : la barre des 40 ans. Certes, c’est un cliché. Mais cette étape un peu spéciale dans ma vie m’a amené à me poser quelques questions sur ma vie et à réfléchir à mes priorités.

A mes débuts dans la banque, mon aspiration majeure se résumait en quelques mots : gagner de l’argent, ou plus exactement, le plus d’argent possible. Dix-huit ans plus tard, après en avoir gagné beaucoup… l’argent n’est plus ma priorité.

Mon objectif aujourd’hui tient en deux mots : sagesse et bonheur. Ma carrière m’a fait prendre conscience que rien dans la vie – ni les bons, ni les mauvais côtés – ne dure éternellement.

Pour garder la tête froide en travaillant dans la finance, sachez rester stoïque. Concentrez-vous exclusivement sur ce que vous avez le pouvoir de contrôler directement. J’essaie de prendre le temps de contrôler mes objectifs et mes valeurs. Le reste est indépendant de ma volonté, aucun intérêt donc de stresser outre mesure sur ces autres aspects. Je sais maintenant que je n’ai aucun moyen de contrôler les résultats quels qu’ils soient, pas plus que les actions des autres.

J’essaie aussi de me préserver de la flatterie ou des opinions que les autres ont de moi. Je refuse de passer mon temps et consumer mon énergie à atteindre LE statut ultime, susceptible de me valoriser aux yeux des autres. J’essaie de rester humble. Tout au long de cette carrière particulièrement exigeante, un objectif ne m’a jamais quitté : rester modeste en toutes circonstances. Aussi loin que j’aie pu aller, quoi que j’aie pu faire, j’ai toujours gardé en mémoire le fameux « Memento mori » des Romains, prononcé lors des triomphes des généraux – « souviens-toi que tu vas mourir ». Rester humble, c’est aussi le meilleur moyen de se protéger de la perte de tout ce qu’on a pu accomplir. Levez le pied, profitez de ceux que vous aimez : nous sommes tous dans le même bateau, en route pour cette folle aventure qu’est la vie.

J’essaie d’aider les gens, et je pense que c’est l’une des meilleures armes pour désamorcer l’envie et les critiques. Aider ceux qui ont moins et qui n’ont pas eux votre chance. Aider les petits nouveaux à se familiariser avec les ficelles du métier. Et surtout, j’essaie de ne pas oublier que je ne suis pas arrivé seul là où j’en suis aujourd’hui. Tout au long de mon parcours, j’ai été aidé par des amis, par des mentors, et c’est maintenant mon tour d’apporter mon concours aux jeunes générations, en les faisant profiter de la sagesse que m’ont transmise mes mentors. Ce faisant, j’aide les autres mais je continue d’évoluer…

Voilà de quoi m’occuper pendant les dix ans à venir !

WilowWallStreet est le pseudonyme d’un ancien managing director de Goldman Sachs, auteur du blog What I Learnt on Wall Street.



Crédit photo : Getty Images

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici